Faits-divers

Les grévistes de Renault condamnés par le juge des référés


Les grévistes de Renault condamnés par le juge des référés
17h30, le juge des référés a condamné les salariés grévistes de Renault qui avaient été assignés par la direction. Il retient ainsi les atteintes à la liberté de travail et l'entrave à la libre circulation, évoqués pendant l'audience ce début d'après-midi par Me Codet, avocat d'Automobiles Réunion.

Ils doivent donc libérer sans délai l'accès à l'ensemble des bâtiments appartenant à Automobiles Réunion, sous peine d'une astreinte de 500 euros par personne et par infraction constatée. Le juge des référés a également autorisé le recours à la force publique si un nouveau blocage venait à être constaté. En outre, les salariés grévistes condamnés doivent rembourser les constats d'huissiers effectués par la direction, soit environ 1.500 euros au total.

"Cette décision ne change rien et le mouvement va continuer", lâche à la sortie de l'audience Jacques Bhugon, secrétaire général de la CGTR auto-moto. De son côté, Me Nativel, avocat de la CFDT, rappelle que l'entreprise ne "fonctionnera pas normalement" évoquant le chiffre de 90% de salariés grévistes au sein d'Automobiles Réunion, distributeur de la marque Renault.

De son côté, la direction de Renault a distribué un communiqué de presse après le prononcé du délibéré. "Nous respectons le droit de grève mais nous avons aussi le devoir de nous préoccuper du respect des libertés de chacun (…). Le mouvement ne concerne qu'une trentaine de salariés (sur 370 ndlr), soit 10% des effectifs", explique la direction. Cette dernière regrette également que la dernière réunion NAO (négociations annuelles obligatoires), qui s'est tenue hier, se soit soldée par un échec après que la délégation a quitté la table des négociations au bout de "10 minutes". La direction de Renault espère que la "situation s'apaisera" pour la prochaine réunion NAO prévue le 18 juin prochain.

Mais les représentants syndicaux ne semblent pas être du même avis que la direction. Ils ont annoncé que la grève allait se poursuivre et qu'un durcissement du mouvement social est même à envisager dès mardi de la semaine prochaine. A suivre
Vendredi 14 Juin 2013 - 17:47
Julien Delarue sur place
Lu 1095 fois




1.Posté par David Asmodee le 14/06/2013 19:24
C'est bien que la justice condamne les méthodes kaniar.
La grève, ce n'est pas la violence.

2.Posté par Docker le 14/06/2013 22:40
Zot y doit pas douter un seul instant cher camarade,,, demain laissez libre accès,,, et mobilise tout le monde,,, il faut que tout le monde y doit sentir à zot conçernés sauf les "Macros" bien sur...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:38 La comptable escroc détourne plus de 700.000 euros

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales