Economie

Les gérants vont attaquer l'arrêté interdisant la vente d'alcool dans les stations-service


Le secrétaire du syndicat livre quelques clés de compréhension sur l'importance de la vente d'alcool dans les stations
Le secrétaire du syndicat livre quelques clés de compréhension sur l'importance de la vente d'alcool dans les stations
L'arrêté préfectoral durcissant la vente d'alcool dans les stations-service sera attaqué par les gérants de stations.

Ce mardi 13 mai, le syndicat réunionnais des exploitants de stations-service (SRESS) se réunit en assemblée extraordinaire. Les membres du bureau devront donner leur accord pour que le syndicat agisse en justice.

Le SRESS continue de contester l'application de l'arrêté qui est entré en vigueur le 23 avril 2014. Sa mise en place à La Réunion pénalisera l'activité commerçante - hors carburant - des stations, estiment les gérants. Une fois de plus, la répercussion d'une telle mesure pourrait se voir sur les emplois de pompistes.

Concrètement, depuis le 23 avril, la vente d’alcool à emporter dans les stations-service est interdite entre 18h et 20h. Quant aux boissons alcoolisées réfrigérées, elles sont interdites à toute heure. La même réglementation s'applique à tout commerce type camion-bar situé à 200 mètres (hors agglomération) et 100 m (en agglomération) des stations-service. Le syndicat tentera de démontrer que cet arrêté engendre une distorsion de la concurrence.

Afin d'illustrer son propos, Akbaraly Goulam, secrétaire du syndicat des gérants de stations-service, explique que la vente d'alcool représente l'emploi de deux à trois salariés dans une station qui en compte en moyenne 10 à La Réunion.

Le poste "vente d'alcool" est celui sur lequel la station "réalise le plus de marges, devant les trois autres piliers que sont la vente de carburant, le snacking et la vente de cigarette", explique le membre du bureau syndical. Pour avoir un ordre d'idée, la marge réalisée sur la vente de cigarettes oscille à 9%. Toutes ventes confondues, une station réalise une marge d'environ 15%.

Cet argumentaire économique ne manquera pas d'être communiqué voire rappelé au représentant de l'Etat à La Réunion une fois que le président du syndicat, Gérard Lebon, aura le feu vert de son bureau pour engager une action en justice.

Le bureau du syndicat de gérants de stations se réunira mardi aux alentours de 20h.
Lundi 12 Mai 2014 - 14:49
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1576 fois




1.Posté par noe le 12/05/2014 16:05
Ils ont raison d'attaquer cet arrêté ...
On sait que ce n'est pas l'alcool qui tue mais le buveur qui a trop soif , qui exagère en buvant plusieurs verres de gros calibre !
Si on ne peut plus boire un ti Dodo , nout patrimoine , alors c'est la porte à la prohibition-péi à la française !

2.Posté par Môvélang le 12/05/2014 16:17
pourquoi, ils ne vendraient pas des courroies , des bougies autres essuies glaces et faire des réparations d'urgences au lieu d'inciter les alcooliques ç tuer des innocents!

3.Posté par Gino le 12/05/2014 16:49
Ce mardi 13 mai, le syndicat réunionnais des exploitants de stations-service (SRESS)

L ALCOOL N EST PAS BON ! remplacé leu par autre chose ! arrête de faire n import quoi !


Elle tue la société Réunionnaise ! chaque MINUTE ne soyer pas ignorant

4.Posté par cucu le 12/05/2014 16:57
l'importance ! de la vente d'alcool et interdite selon l'islam , la au moins y a plus de problème général.

5.Posté par Réunionnaise scandalisée le 12/05/2014 17:01
A quand la condamnation de tous ceux qui par intérêt, contribuent à favoriser la propagation de ce fléau qu'est l'alcoolisme à La Réunion ???

Comment osent-ils se plaindre d'une perte de leurs profits ???

Oseront-ils aller affronter le regard des familles de victimes qui ont perdu la vie ???

6.Posté par S le 12/05/2014 17:29
J'habite à coté d'une station qui n'a jamais vendu d'alcool et au moins il n'y a pas de soulards qui trainent devant !!! Il y a une grande boutique et un service de nettoyage et petites réparations... Je peux vous dire qu'il y'a bcp de personnel et que vu les voitures de la famille ils ne sont pas pauvres et loin de la faillite !
Arrêtez de donner cette mauvaise image, vous etes tout le temps en train de vous plaindre en ayant les euros qui dégoulinent de vos poches

7.Posté par La vox populi.com le 12/05/2014 18:42
Le syndicat réunionnais ds buveurs de coup de sec se joint à la démarche....pour rendre mol l'arrêté préfectoral et hips....

8.Posté par Ray_au_Port le 12/05/2014 19:36

Mon vendeur d'essence possède une Porsche à côté de laquelle celle de DSK fait figure de Deux-Chevaux ! ! !

Et ça ose se plaindre ! ! !

9.Posté par lol le 12/05/2014 20:07
devant la station du Guillaume, lé tranquille maintenant la pu un jeune qui traîne avec leur moto et zamal tous les jours comme avant cette arreté

10.Posté par puce974 le 12/05/2014 20:16
Ils sont toujours à ce plaindre et menace à chaque fois pour un oui pour un non les emplois sautent et les petits commerçants aux alentours qui on du fermer leur boutique par leurs fautes car ils ont retiré de leurs mains sans remord ce qu'ils vendaient ils se sont retrouver du jours au lendemain sans boulot pour nourrir leurs familles.
A quand ! les stations service dans les grandes surfaces, Ils se permettent bien de vendre ceux que les super ou hyper marcher vendent il faut que ca aille dans les 2 sens !

11.Posté par et_les_boites le 12/05/2014 20:32
Au lieu de s'attaquer aux stations services, est ce qu'on pense aux boîtes de nuits ? eux aussi ils vendent de l'alcool jusqu'à très tard dans la nuit.

12.Posté par jpleterrien le 12/05/2014 21:03
Mr Goulam, si c'est la vente d'alcool qui permet la + grosse marge, qu'attendez-vous pour ouvrir un bistro au lieu de votre station ?
C'est pourtant simple.....
Au fait, ça tient toujours le boycott des stations ????

Chacun son boulot !!!

13.Posté par citoyen malade d'alcool du soir le 12/05/2014 23:54
Quel honte il tue les Réunionnais la société la justice est contre le préfet a bien Raison pour la protection de la société Réunionnaise déjà très mal par les violence du a l alcool !

vous défende une très mauvaise cause que Dieu vous guide

14.Posté par almuba le 13/05/2014 06:45
Faire passer les profits avant la santé et la tranquillité publiques c'est faire preuve d'irresponsabilité.
Ces gens se croient au-dessus des lois et c'est toujours le chantage à l'emploi.
Chiche! Licenciez et venez, vous-même, servir les clients.
Cela vous laissera moins de temps pour parader dans vos bagnoles de luxe.

15.Posté par S à 11 le 13/05/2014 12:28
Oui mais c'est leur métier aux boites de nuit... Le problème des boites de nuit est qu'il ne sensibilisent pas les conducteurs... les passagers, piétons et cie ils s'alcoolisent si ils veulent dans une boite de nuit du moment qu'ils ne sèment pas le trouble sur la voie publique !
Les stations ont un métier : vendre de l'essence !!!

16.Posté par Citoyenne indignée le 13/05/2014 13:48
Que Monsieur le Préfet soit ferme avec ces "maître-chanteurs" dont le seul crédo est l'argent et qui ont, pour certains, des tragédies sur fond d'alcool sur la conscience, et que la Loi qui s'applique sur tout le territoire métropolitain soit appliquée à La Réunion, Département Français !!!

17.Posté par franck le 13/05/2014 18:07
incroyable . des marges oui certainement. mais je rappelle plusieurs choses : d'abord ils ont une gérance pour vendre du carburant. les activités commerciales demeurent contractuellement annexes. ensuite, il y a d'autres moyens de se faire une marge, le loto pmu par exemple, la vente de pain,...
l'alcool en lien avec de la vente de carburant pour des automobilistes, il y a de quoi rire un peu, voyons par exemple ce qui se passe ailleurs et on constate que le cas réunionnais est assez spécifique. enfin, c'est vrai que beaucoup de gérants n'ont pas à se plaindre. et un Président d'un syndicat (lobby en fait) qui promeut l'alcool devrait avoir honte

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales