Economie

Les filières agricoles locales grignotées par les importations

En 2010, les filières agricoles locales n'ont pas connu de grands bouleversements quant à leur poids économique. Seul bémol pour les filières volaille et porcine : l'essor de l'importation qui est passée de 12.000 tonnes en 2008 à 15.000 tonnes aujourd'hui pour la première.


Les filières agricoles locales grignotées par les importations
 
Les chiffres 2010 du poids économique des filières agricoles des départements français sont connus. Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation se penche, entre autres, sur les statistiques des différentes filières agricoles de la Réunion.  

Ce qui pourrait apparaître comme un bon point pour la filière volailles est tempéré par des chiffres de l'importation inquiétant. La production locale en volailles progresse dans un premier temps, avec 3,1% d'abattage supplémentaire pour la filière. Cependant, l'essor des importations pour cette production est significatif depuis quelques années : 12.000 tonnes de découpes de volailles congelées importées en 2008, 14.000 tonnes en 2009 et 15.000 tonnes en 2010 selon les chiffres de l'Agreste du ministère de l'Agriculture.

La filière laitière chute de 6%

La filière de la volaille n'est pas la seule impactée. Les abattages de la filière viande porcine reculent légèrement de 1,6%, la part de marché étant affectée par la progression des importations. Par ailleurs, la collecte 2010 de lait diminue une nouvelle fois, de près de 6%. Elle atteint 19,8 millions de litres.

Pour les filières animales, la situation en 2010 est très proche de celle de 2009. Ainsi, la valeur de la production animale s'élève à 108,8 millions d'euros, contre 108,1 millions d'euros en 2009.

La canne : une valeur sûre malgré la perte de richesse

Pour les filières végétales, les quantités produites en fruits et légumes ont été moins importantes en 2010. De même, les prix observés sur le marché de gros sont en légère baisse par rapport à 2009. Ces deux éléments conduisent à une baisse de la valeur de ces productions de 10 millions d'euros. La campagne cannière se situe légèrement au-dessus de la moyenne décennale (+3%). Néanmoins, le tonnage est légèrement inférieur à celui de 2009. De surcroît, la richesse en sucre est aussi inférieure à la moyenne décennale (13,5% contre 13,95%) et à 2009 (13,90%). La valeur économique de la production de canne reste toutefois proche de celle de 2009.

En 2010, la production de canne à sucre s'élève à 130,5 millions d'euros, les autres productions végétales (fruits, légumes, horticulture) s'élèvent à 135,2 millions d'euros là où la production animale (produits de l'élevage) a donc représenté 108,8 millions d'euros.

L'agriculture réunionnaise pèse 378 millions d'euros

La valeur totale de la production agricole est estimée à 378,5 millions d'euros en 2010. Après avoir atteint une valeur record en 2009 (385,7 millions d'euros), elle est en 2010 légèrement supérieure à celle de 2008.

Pour comparaison, le résultat agricole par exploitation réunionnaise se rapproche de la moyenne métropolitaine. Comparée aux autres DOM cette fois-ci, la Réunion a produit 36% de la valeur totale des productions agricoles de l'Outre-mer en 2009.
Mercredi 20 Juillet 2011 - 17:57
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1442 fois




1.Posté par de mondialisation le 20/07/2011 18:47
il faut rehabiliter l'octroi de mer

2.Posté par noe10000000000000000000 le 20/07/2011 19:12
Il faut manger "péi" ...zot tout la compri ?

Le goût oté !
Les viandes importées sont issues d'animaux morts ....

3.Posté par sgeg le 20/07/2011 20:56
la culture de la canne est un aberration économique...la production mondiale explose sous la pression de pays à faible coûts salariaux comme le brésil par exemple..résultat ? les cours du sucre chutent et la filière péï ne subsiste que grâce à des subventions de plus en plus massives et de plus en plus contestées au niveau du commerce mondial...dans le même temps , nous importons x et x millions de tonnes de riz...il serait temps d'engager une réflexion de long terme pour progressivement substituer à la canne des cultures vivrières afin de tendre vers une forme d'auto-suffissance alimentaire , seule garantie de notre sécurité future...à la réunion, nous avons la chance d'avoir de l'eau ( peut mieux faire pour la gérer ceci dit...)...alors profitons en !

4.Posté par polo974 le 21/07/2011 14:02
canne: 70% du sol, 130 millions
fruits, légumes, horticulture: moins de 10% du sol, 135 millions

trouvez l'erreur...

il faut transformer pour conserver et/ou exporter (confitures et autres...)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales