Economie

"Les entrepreneurs ont besoin de visibilité"

Le monde économique réunionnais n'a pas fini de parler des mesures annoncées hier par le Premier ministre François Fillon. Une économie réunionnaise qui demande au gouvernement une "visibilité" pour pouvoir envisager l'avenir avec sérénité.


"Les entrepreneurs ont besoin de visibilité"
 
Entreprendre, mais dans quelles conditions ? Les chefs d'entreprises de la Réunion se sont réveillés ce matin avec l'amer impression d'être une nouvelle fois pris pour cible. "La Réunion est jusqu'ici un bon élève en terme économique", admet Gilles Couapel, gérant de l'entreprise Dom'eau et homme multi-casquette à l'ADIR (Association pour le développement industriel de la Réunion), ou encore du Club Export. "On a l'impression que le gouvernement tape toujours sur les mêmes".

Le rabot de 10% sur les niches fiscales annoncé hier marque les consciences, car la Réunion fait l'expérience en ce moment même l'expréirence de l'application du projet de loi de finances 2011. Seule certitude à cette heure : le coup de rabot devra être précisé dans l'élaboration du projet de loi de finances 2012. Quelques mois de sursis donc pour les acteurs économiques qui ne manqueront pas de faire du lobbying.

Batailler ferme avec Paris

La suppression de l’abattement de 30% sur le bénéfice imposable des entreprises dans les départements d’Outre-mer fait également partie de la panoplie dévoilée par le gouvernement. Une mesure qui touche directement le porte-monnaie des entreprises. Une mesure qui doit rapporter 100 millions d’euros par an à l’Etat dès 2012. Mais combien de pertes pour les entreprises ? L'entrepreneur fait entendre un autre son de cloche. Une inquiétude partagée. "Avec d'autres chefs d'entreprises, on a largement commenté ce qui a été dit par le gouvernement depuis ce matin", affirme Gilles Couapel. Le chef d'entreprise veut transmettre un message essentiel à ses yeux.

"On manque de visibilité sur le long terme. Nous, quand on investit c'est au minimum pour une durée de cinq ans, mais le plus souvent, c'est sur 10 ou 15 ans. Or, là on change de loi, on applique des réformes tout le temps". Une "mauvaise habitude que prend la France, selon lui. Autant s'il y a un changement de majorité gouvernementale, on peut s'attendre à une nouvelle politique mais là… D'ailleurs, si nous, chefs d'entreprises, on changeait de cap tous les cinq mois comme le fait le gouvernement, ça deviendrait ingérable", en rigole-t-il à peine.  

Un brin défaitiste, le président du Club Export n'en rappelle pas moins un devoir de "solidarité nationale qui doit jouer" car la situation financière du pays le réclame. Une crise qui touche d'ailleurs tous les pays du monde. Avec 50 employés qui composent son entreprise, il compte bien, avec l'aide du meilleur VRP de l'économie réunionnaise, Maurice Cérisola (président de l'ADIR), peser de tout son poids pour défendre l'intérêt des opérateurs économiques.

Un rendez-vous Fedom (association composée des organisations patronales des départements d'Outre-mer) est d'ailleurs programmé le 2 septembre prochain à Paris. Rien de tel que d'être au plus prêt des instances décisionnelles pour faire entendre la voix éloignée des départements ultra-marins.
Jeudi 25 Août 2011 - 18:35
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1361 fois




1.Posté par David Asmodee le 25/08/2011 19:52
Je me demande s'il y aura encore des fous qui vont embaucher dans les mois (voire les années) qui viennent ?
Quand j'entends le mec de la CGTR être mécontent, je me demande ce qu'il lui faut. Le gouvernement est allé dans son sens : celui de la destruction systématique des entreprises, surtout des PME. Que veut-il de plus ? Une balle dans la nuque de chaque patron ?

2.Posté par Thierry le 25/08/2011 20:27
Messieurs, .... Arrétez de vouloir faire croire au LOUP. Les patrons des petites entreprises locales sont loin d'être concernés par le bouclier fiscal... très très loin .... Et je ne pense pas que vous utilisez le bouclier fiscal pour investir à la Réunion sinon cela se saurait. Vous l'utilisez pour faire couler vos sociétés à la Réunion, obtenir des rallonges financières (style Caillé, style Foucque, etc.). Le bouclier, vous le renversez pour qu'il vous serve de panier mais pas dans le bon sens .... en tout cas pas au profit de la petite économie réunionnaise.

Alors, un conseil .... allez comptez vos sous, entassez les sous vos oreillers et laissez le gouvernement réfléchir à des mesures pour éviter que la France ne soit égale à la Grèce ou à l'Espagne. Certes, c'est critiquable mais quand il y a une hémoragie, il faut garoter coute que coute sinon c'est la mort. Moi, je suis de chez les petits, le bouclier fiscal ne m'impressionne pas plus que cela. Je suis prêt à serrer la ceinture et à retrousser mes manches et en toute solidarité nationale même si d'autres profiterons du système et en abuserons. Je ne veux pas de l'exemple de la Grèce pour la France, pour mon pays.

Crier à la misère c'est facile mais être dans la misère, la VRAI GRANDE MISERE, je ne veux pas et ce au nom de pouvoir rester libre. Une nation pauvre, c'est synonyme d'être voué aux dictatures, à l'intégrisme en tout genre, c'est crever le ventre VIDE .... Je veux voir demain, je veux pouvoir prévoir, réver pour demain ..... Y a que comme cela que cela marchera

3.Posté par Sansblague... le 25/08/2011 22:23
Les très petites et petites entreprises sont celles qui payent le maximum d'impôts. Les grosses, elles s'organisent pour n'en pas payer. Ainsi Total, la 1ère entreprise française, n'en paye pas à raison d'une loi concoctée par Sarko et cie, permettant à Total d'être domiciliée à l'étranger....

Ces petites entreprises sont les vaches à lait .Je connais une entreprise qui payait 3000€ de taxes professionnelles. Celle-ci a été abrogée par SARKO mais la nouvelle taxe mise en place, l'année d'après par l'UMP est plus mortifère: il doit régler plus du double.........C'est çà aider la création d'entreprise....

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/08/2011 00:34
couapel couapel...sauret ???

nonobstant ce parallèle, faut que les entrepreneurs réunionnais arrêtent de pleurnicher comme des couards.

osons rappeler les montants dont ils bénéficient au titre des exonérations, et autres aides à l'export pour ceux qui, comme le sieur couapel, bénéficient de dispositifs de soutien publics pour ce type de prestation.

comme je l'ai écrit par ailleurs, la Réunion regorge de compétences. que ceux qui ne savent pas gérer, assument leur incompétence en recrutant de quoi les rassurer.

5.Posté par jumeau_974 le 26/08/2011 00:51
En même temps, c'est cela être un département : même régime que les autres. Arrêtons avec ces régimes d'exception ! D'ailleurs, un rapport récent stipulait que les entreprises des DOM étaient plus profitables que leurs homologues métropolitaines.

6.Posté par ndldlp le 26/08/2011 07:17
"On manque de visibilité sur le long terme"

non sans blague...allez vous plaindre auprès des banques américaines qui ont plombé l'économie mondiale...!!

certains feraient mieux de se taire..

7.Posté par falcucci pascam le 26/08/2011 10:12



SES BIENS CONTINUER

PASCAL FALCUCCI

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales