Social

Les enseignants évacués dans le calme du Rectorat

La quinzaine d'enseignants qui avaient décidé de squatter le Rectorat hier soir après le CTP (Comité technique paritaire) ont finalement été évacués vers 23h30 par les force de l'ordre. Le Recteur Mostafa Fourar avait pourtant promis de ne pas faire appel à la police.


Les enseignants évacués dans le calme du Rectorat
Le recteur Mostafa Fourar avait pourtant promis de ne pas avoir recours aux forces de l'ordre pour évacuer les enseignants qui ont décidé hier de squatter toute la nuit le Rectorat. Mais ce fut après le départ des représentants syndicaux, vers 22h45, que trois fourgons de policiers, soit une vingtaine d'agents, ont débarqué et ont demandé aux jeunes enseignants de quitter les lieux.

"Nous avons formé une chaîne humaine et que nous somme sortis dans le calme"

"Dans un premier temps, ils nous en dit qu'on avait deux minutes pour sortir et que c'était le premier avertissement" raconte Marie, néo-titulaire du concours de l'IUFM et qui squattait le Rectorat depuis hier après-midi avec une dizaine de collègues solidaires pour dire non à son affectation à Créteil, alors que des postes existent ici. Des postes qui vont être occupés par des vacataires ou des contractuels venant de métropole. "Mais nous n'avons pas bougé. Ensuite, ils nous ont dit qu'il nous restait 30 secondes pour quitter les lieux et que c'était le deuxième avertissement. C'est là que nous avons formé une chaîne humaine et que nous somme sortis dans le calme".

"Si c'est comme ça qu'il tient sa parole, ça n'augure rien de bon pour la suite"

Les enseignants espèrent que leur action sera entendue jusqu'au ministère de l'éducation et que le recteur soutiendra leur cause, même si selon Christian Picard, secrétaire départemental de la FSU, ce dernier avait promis de ne pas faire appel aux forces de l'ordre. "Si c'est comme ça qu'il tient sa parole, ça n'augure rien de bon pour la suite".

Le FSU qui doit rencontrer le nouveau préfet Michel Lalande demain matin dans le cadre de sa prise de fonction, lui fera part de la volonté des 47 enseignants réunionnais concernés par des affectations en métropole de rester sur l'île. Le syndicat organisera ensuite une réunion demain après-midi pour décider de la suite de leur action.

"Les originaires ne doivent pas souffrir d’un long et parfois définitif exil"

De son côté, la SGPEN CGTR indique que "la Réunion doit rester une terre d’accueil, ouverte et tolérante mais les originaires ne doivent pas souffrir d’un long et parfois définitif exil, faute de mesures adaptées". Le syndicat regrette "l'inégalité de traitement entre administratifs et enseignants en matière de priorité d'emploi pour les originaires. Ainsi, au niveau des mouvements, les personnels administratifs doivent, eux aussi,  pouvoir  à l'instar des enseignants originaires bénéficier de points supplémentaires (1.000 points pour les enseignants, 0 pour les administratifs) qui leur permettraient un retour rapide au pays. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui (...). L'actuelle rupture d’égalité de traitement entre enseignants et administratifs originaires, qui résulte d'une gestion à géométrie variable du ministère, n’est pas acceptable. Les administratifs ne doivent pas faire l’objet d’une discrimination négative".
Mardi 30 Mars 2010 - 10:26
Karine Maillot
Lu 1721 fois




1.Posté par zlk le 30/03/2010 11:37
que les syndicats nous disent exactement combien de métros vont débarquer en Août et sur quels postes? Combien de réunionnais affectés en Métropole vont pouvoir rentrer au pays, combien d'enseignants proches de la retraite vont débarquer pour bénéficier d'une retraite dorée surrémunérée, il est inadmissible d'arriver à de telles extrêmités pour pouvoir rester chez soi alors qu'on trouve de laplace pour les autres, soit il n'y a de place pour pers soit les créoles ont le droit d'enseigner chez eux!!!

2.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 30/03/2010 11:53
C'était pourtant pas difficile de savoir que FOURAR n'avait aucune parole...
Si ROCHDI vous propose des Etats Généraux de l'Enseignement, ce sera idem...

Bienvenue au Club des Ignorés Financeurs du Service Public...
Le CANIONNIng, c'est "l'aptitude a évoluer" en eaux troubles...

3.Posté par Fabien le 30/03/2010 12:16
Concours national/Mutation nationale en particulier dans les disciplines où on a déjà trop de personnel (EPS, technologie...)!!!

4.Posté par chikun le 30/03/2010 12:56
"Les originaires ne doivent pas souffrir d’un long et parfois définitif exil"

Ce n'est pas un exil puisque tous les candidats à la profession d'enseignant savent et acceptent dès le commencement de leurs études les conditions d'emploi dans la fonction publique : à savoir les mutations.

Derrière cet argument fallacieux se cache le motif principal :
L'argent, ou si vous préférez : la surrémunération.

Le reste c'est du folklore destiné a justifier une conduite scandaleuse, anti-républicaine et discriminatoire pour le secteur privé.
En clair : tout pour moi, rien pour les zoreys et rien pour le secteur privé. Non ?

5.Posté par perplexe le 30/03/2010 13:12
Tout à fait d'accord avec post 3. Il s'agit d'un concours national et la règle est la même dans toute la France. Un Marseillais aussi devrait aussi avoir le droit d'enseigner chez lui mais on ne les voit pas occuper le rectorat d'Aix-Marseille parce qu'ils sont mutés à Lille ou dans la région parisienne!
Les concours catégorie A de la fonction publique sont nationaux. S'ils tombent des nues c'est qu'ils sont bien ignorants du fonctionnement de l'administration qu'ils ont intégrés. Pour des enseignants : chapeau!

6.Posté par olivier974 le 30/03/2010 13:14
Ils sont drôles ces fonctionnaires. Ils passent des concours nationaux pour être fonctionnaire d'Etat mais ils ne veulent pas être mutés,
le beurre, l'argent du beurre, la crémière et même la cremerie pour le coup !
Un fonctionnaire d'Etat a un emploi garanti à vie, un plan de carrière, et des perspectives de carrières et de formations assurées. La contre partie est la mobilité.
Si cette mobilité cesse, il n'y aura plus de fonctionnaire dans les parties rurales de la France, dans les banlieues etc.
Il va y avoir une explosion du nombre de fonctionnaire en PACA et Outre mer. C'est cela que nous voulons ?
Pense t-on également aux fonctionnaires réunionnais qui depuis 15 ans veulent retourner à la Réunion, et qui patiemment, point par point, gagne le droit de choisir leur destination finale.
Ces jeunes fonctionnaires, s'ils ne sont pas d'accord avec le système ... qu'ils le quittent et qu'il aillent dans les établissements privées ou carrément qu'ils se réorientent vers le secteur public.
Dans la fonction publique ce n'est pas l'intérêt du fonctionnaire qui est visé mais bien l'intérêt public ...

7.Posté par Parti et revenu ! le 30/03/2010 14:08
Mon fils a passé un concours de police nationale ( concours national) . Il est en France . Il attend un jour une possible mutation . Il le savait avant de passer le concours .
si déjà avant de travailler ;ces futurs enseignants commencent à ne pas vouloir accepter une mutation , qu'en sera t'il plus tard ? Il voudront avoir un poste dans le collège ou lycée à 100 m de chez eux .
Et ces jeunes profs qui sont partis et qui participent à un mouvement règlementaire pour avoir une mutation dans leur Ile .
Arrêtez de pleurer avant de commencer à travailler!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

8.Posté par SNIF le 30/03/2010 15:00
@ Fabien : En EPS il y a des postes vacants à la rentrée dans l'académie ( il suffit de demander au rectorat ... il faut se renseigner avant d'avancer des choses en techno je ne conteste pas qu'il n'y a que très peu de postes)

Tout d'abord je tiens à préciser que je ne suis pas fonctionnaire.
Baucoup critiquent ces jeunes qui se battent pour rester sur leur île... A leurs place qu’aurez-vous fait ? Prenons toutes les données en compte ( les arguments en leurs faveurs et leurs défaveurs) :
Il s’agit d’un concours National donc les mutations se font sur le plan national : nous sommes d’accord MAIS...
Dans certaines filières il y a un manque évident de profs mais on n’ouvre pas de postes ( ex : en EPS où il y aura une vingtaine de postes vacants à la rentrée prochaine) cela entraîne que des profs REUNIONNAIS partent en métropole parce que le rectorat n’ouvre pas ces postes et préfère embaucher des contractuels (contrat précaire). Un petit calcul s’impose donc :
Un prof certifié titulaire en début de carrière est à environ 2300€/2400€ net par mois sur 12 mois ce qui donne : 28000€ net/an de salaire ( c’est une moyenne)
Un contractuel est payé à l’heure (donc pas payer pendant les vacances) et il touche en moyenne 30 euros net (des fois un petit peu plus ou moins selon son niveau d’études mais il n’a AUCUN CONCOURS) et il y a environ 35 semaines de cours sur l’année, ce qui nous fait : 18900 € net par an
Vous rendez-vous compte de l’économie réaliser par le rectorat ???? Près de 10000 euros net par contractuel et il faut encore multiplier par le nombre de contractuels)
Donc dans certaines matières les postes sont là et si le Rectorat les ouvre nos enseignants Réunionnais n’ont plus besoin de partir(avec leur 1000 points ils sont surs de rester car l’offre de postes sera supérieure au nombre de demande de mutations de Réunionnais) et même certaines demandes de mutations venant de l’extérieur peuvent rentrer... TOUT LE MONDE N’EST PAS CONTENT ????
Je ne remets pas en cause le statut de contractuel qui permet à des étudiants de bosser et se familiariser au métier mais qu’on les utilisent en complément des profs stagiaires ou titulaires qui ont bataillé pour avoir leurs concours : Ne le méritent-ils pas ?
C’est facile de tirer à boulets rouge sur les fonctionnaires en disant que ceux sont des privilégiés qui n’arrêtent pas de râler même quand ils râlent pour la bonne cause.
Oté Créole arrête critiquer, not tout lé dans le même bateau alons râle la corde ensemble pou que not jeunesse y reste la Réunion et y montre que nous gagne réussir. Il est évident que dans les matières où il n’y a que très peu de postes il est difficile de faire rester les Réunionnais mais là où il y en a pourquoi les faire partir ???
Ayant ces informations : A LEURS PLACE QU’AUREZ-VOUS FAIT ?

9.Posté par dehors le 30/03/2010 15:36
heureusement que ces troubes fetes ont ete délogés, en effet, ils ont choisi de devenir enseignant et ils savaient les regles du jeu a savoir qu'ils seraient mutés comme tous les autres
alors s'ils ne sont pas d'accords, pourquoi avoir choisi cette filiere

10.Posté par babouck le 30/03/2010 17:27
Manipulations.

Il faut que le snalc, la FSU de picard et melle D'Or cessent de manipuler les enseignants stagiaires. Laissez le recteur, le snes et le se-unsa, qui ont des élus dans les commissions nationales travailler, à partir de règles établies et connues par tous, et les stagiaires dans certaines disciplines auront une chance de rester au pays.

11.Posté par thibaud le 30/03/2010 18:37
"A leur place qu'auriez vous fait"......post 8

1- Ils savent tous , avant de passer le concours, qu'il s'agit d'un concours national

2---les autres concurrents métropolitains n'ont aucune priorité pour être affectés dans leut Région.......lors de la réussite au concours

3--Il faudrait s'habituer sur cette ile , à ce qu'il y ait 2 catégories de français.....les Créoles et les Zorey.....l' "origine" s'avérant déterminante .....ça , je ne le pourrai jamais !.......ce principe a pour corolaire que , en matière d'affectation de fonctionnaires sur l'ile : le créole a vocation à être "plus" et le zorey "moins" !

4----il faudrait même ouvrir des postes budgétaires rien que pour permettre l'affectation sur place de tous les candidats reçus au concours .....L'Etat se borne à payer .....ET DU SURREMUNERE ....et le reste est géré localement ....on marche sur la tête !

5--Une fonction publique où l'on passe toute sa carrière sur place est une fonction dévaluée.....Même N De Launay ( dont je ne partage que très peu d'opinions ) soutient qu'il faut une première affectation en métropole aux fins de formation et d'ouverture !

6--On sait que la préférence régionale ne règlera en rien le problème du chômage....eu égard à la budgétisation de chaque poste de fonctionnaire..d'Etat...

7---En réalité, nous sommes là dans une pure démarche de type repli identitaire et communautaire ........en ce sens 50 années de Vergès ont profondément marqué les esprits.....pour lesquels la Réunionité passe avant le républicanisme français, lequel i est devenu une chimère illusoire et dépassée
En ce sens , Vergès , Marimoutou , Fuma , Bello et Gilles Leperlier, le petit dernier , ont gagné la bataille idéologique pour longtemps !

8----Après des années de réflexion sur le sujet , je ne vois toujours pas ce qui différencie fondamentalement cette démarche de repli identitaire, de celle portée par un certain parti en métropole.....il remplace "créole" , par "français de souche "....c'est pareil !.....et ça ne règle rien évidemment !.......

9---Reste une solution.....le transfert de la compétence "enseignement" à la Région Réunion.....qui recrutera et PAYERA sur ses fonds ses enseignants locaux.......Comme en Nouvelle-Calédonie........mais là, il faut sortir de l'article 73 , du droit commun et de tout ce qui va avec......!

BON , ce n'est pas pour demain !

Je ne veux pas polémiquer......mais ce sujet est abordé sur ce site à peu près toutes les semaines........et tout le monde sait que ça ne reglera EN RIEN le problème social gravissime de la Réunion !.......on fait semblant....et ça rapporte !
la crise a rapporté 22% à JMLP en PCA !.......mais la misère est toujours là!




12.Posté par réyonné. le 30/03/2010 20:57
Je pense que les réunionnais on le droit rentrer à la Réunion.

une solution est de faire participer au mouvement, CHAQUE ANNEE, tous les fonctionnaires non-réunionnais.


13.Posté par rougail saucisse le 30/03/2010 21:15
Eh bien en tant qu'enseignante native de l'île mutée récemment sur mon académie, j'ai mon mot à dire: un concours national veut dire mobilité sur le territoire, et quand on se présente à ce genre de concours, on le sait, donc pas de mauvaise foi, s'il-vous-plaît; ensuite Créteil est une expérience enrichissante bien que dure pour un néo-titulaire, mais on y survit (la preuve: je vous parle); sinon, en ce qui concerne les soit-disant recrutés contractuels, cela semble encore un bruit non fondé: il n'y a aucune mutation possible pour les non titulaires, donc exit le racisme envers ces pauvres professeurs aussi français et fonctionnaires que nous autres. MERCI

14.Posté par thibaud le 30/03/2010 21:52
post 13 .....merci de votre témoignage !

15.Posté par nicolas de launay de la perriere le 31/03/2010 01:21
que le rectorat donne la transparence sur quel catégorie de prof occupe quel poste (contractuel ou titulaire). que les contractuels soient remerciés, que les titulaires soient positionnés en remplacement et de préférence, des créoles demandant leur mutation.


16.Posté par SNIF le 31/03/2010 11:52
Je vous donne quelques chiffres pour vous permettre de comprendre le mode de fonctionnement du rectorat
Il y a 32 entrants dans l'académie et il y a 62 postes vacants au mouvement donc il y aura 30 postes qui ne seront pas occupés ( ou occupés par des contractuels) à la rentrée prochaine.
@Thibaud le rectorat n'as pas ouvrir des postes il a demandé a ce que ces postes soient occupés et en priorité par les enseignants titulaires, qui se sont battus pour avoir leur concours.
Il faut prendre en compte l'éloignement géographique de la métropole donc quand on peut éviter d' envoyer un CREOLE en métropole faisons le ( si il n'y a pas de place ici je suis d'accord avec vous). Il s'agit d'une question de bon sens à mon avis
C'est toujours plus simple de taper sur les profs surrémunérés et privilégiés.. Je ne vous dis pas que la surrémunération est juste et que les profs ne sont pas des privilégies mais arretons de jalouser ces profs qui ont des diplomes et ont passé des concours.
@ poste 13: Je n'ai jamais parler de mutation de contractuels relisez bien, Le rectorat embauche des contractuels sur l'académie mais en l'occurrence en EPS il y aura 30 postes vacant donc 30 contractuels ??? alors que des enseignants partent en métropole.
Il n'y a pas un gros problèmes.
Le contractuels sont la pour venir en aide au rectorat au cas ou il manque de titulaires
Je répète ce que j'ai dit dans mon autre post: "Je ne remets pas en cause le statut de contractuel qui permet à des étudiants de bosser et se familiariser au métier mais qu’on les utilisent en complément des profs stagiaires ou titulaires qui ont bataillé pour avoir leurs concours : Ne le méritent-ils pas ? "

Je reprécise ma pensée: LA où il n'y a pas de place à la Réunion il faut que les enseignants partent (loi du concours national) mais quand il y a de place avec leur 1000 points il doivent obligatoirement rester par les jeu de l'offre et la demande de postes vacants ( ce qui détermine le nombre de points minimum pour rentrer dans l'académie)
Reprenons mon ex parce que j'ai des chiffres:
La Barre était à 1071,1 points pour rentrer à la Réunion en EPS pour 32 postes demandés auraient-elle étaient la même si le rectorat en avait demandé 62? non elle aurait été beaucoup plus basse et les néo titulaires Réunionais et les métro qui avaient accumulés des points d'anciennetés auraient pu rentrer...
Je ne cherche pas à vous convaincre mais vous donnez des données pour comprendre le problème de certaines filières où il y a un déficit de profs.
Bonne journée à tous









17.Posté par MADAME L le 31/03/2010 15:42
mi dis arréte prend créole pour zot couillion, l'escalage la fini ! i battaile po pinte do riz . si fau fai la guerre nou va fai . main dan main fau marmaille lé née ici i travail ici , aprés zot i raconte a nou que i pa poin domoune cabiére ici ! cosa zot la pou o té ma travail la reunion , mettre a zot a zot places , zot té sa va en france ?????.......refériche un peu ban Messessieurs politisiens

18.Posté par Nico le 31/03/2010 17:27
@post 13+1,
j'ai juste à dire 2 choses: dans l'Enseignement, c'est un système pyramidal basé essentiellement sur L'ANCIENNETE & de 2, imaginez une seconde un Réunionnais enseignant de puis x années ou un Métro et qui veut travailler ici? Il devient quoi?
On est en France, c'est un concours NATIONAL, les "anciens" ont la priorité et on est tous français de la République.
Alors les caprices de "jeunes glandouilleurs" ça me gave...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales