Social

Les enseignants du collège Oasis attendent plus que des agents de sécurité

Le dialogue de sourds se poursuit au collège de l'Oasis du Port. Parents d'élèves et enseignants ont tenté de trouver des réponses de la part de l'inspecteur d'académie dépêché sur place. Pour l'heure, le mouvement de débrayage des enseignants se poursuit.



Lundi dernier, le collège de l'Oasis connaissait un nouvel épisode violent. Un élève s'en était pris, à l'aide d'un couteau, à un professeur. Une agression de trop pour les enseignants du collège qui ont choisi la voix du débrayage.

Soutenus par de nombreux parents d'élèves venus encore ce matin assister à la réunion avec les représentants du rectorat, ces derniers se sont avoués déçus des solutions apportées par l'institution.

"On nous répond depuis ce matin 8h, que face à nos questions il n'y a pas de solutions. Dans ces conditions, je ne vois pas qu'est-ce que nous avons encore à faire là", s'exclame un parent d'élève passablement en colère. Ce dernier, en poussant ce mécontentement, a signé la fin de la réunion sous les coups de midi.

Les enseignants du collège Oasis attendent plus que des agents de sécurité
En guise de réponse "urgente", l'inspecteur académique, Bernard Zier, a conforté la mise en place d'une équipe mobile de sécurité. En clair, ce sont neuf agents placés sous l'autorité du Rectorat qui seront chargés de la veille sécuritaire aux entrées/sorties et interclasses de l'établissement. Leur fonction court jusqu'à la fin de l'année civile, trop peu pour les enseignants.

"Les mêmes problèmes ressurgiront à la rentrée"

L'un d'entre eux, professeur d'éducation physique et sportive, se lève et exprime son malaise à la salle bondée : "Il nos reste 10 jours avant les vacances, je suis sûr que je vais me repointer à la rentrée scolaire en janvier pour retrouver la même situation".

Face à la détresse du monde enseignant, le Rectorat reste lucide sur les limites de son intervention : "je n'ai pas de baguette magique. Il vous appartient à vous également, de vous saisir des possibilités offertes de créer un Comité local de suivi par exemple".

Une fin de non-recevoir qui aura eu le mérite de piquer au vif l'assemblée. Un professeur répond : "malgré toutes les initiatives que l'on pourrait bien prendre, la question centrale à laquelle on sera confrontée sera celle du manque de moyens financiers".

Une autre réunion cet après-midi

Thierry Chabriat, représentant syndical SE-UNSA et lui même professeur d'EPS avance les chiffres qui font mal : "la dotation par élève provenant du Conseil général est passé de 40 euros par an à 1 euro il y a deux ans". Une invective qu'il aura l'occasion de réexprimer cet après-midi en présence cette fois d'un élu du Palais de la Source.

Le marathon de discussions n'est donc pas terminé. La réunion commence à 14h. Le personnel enseignant maintien pour le moment son mouvement.

Les enseignants du collège Oasis attendent plus que des agents de sécurité

Les enseignants du collège Oasis attendent plus que des agents de sécurité
Mercredi 8 Décembre 2010 - 13:53
Ludovic Grondin
Lu 2342 fois




1.Posté par Ded le 08/12/2010 14:53
La différence entre l'équipe mobile de sécurité envoyée par le Rectorat et les vigiles du même rectorat c'est...que ceux du Rectorat ...sont là... pour protéger les zozos face aux brutes épaisses que sont par exemple des enseignants en grève! et les autres ,il faut attendre que les pontes de St Denis prennent la décision de les envoyer sur place après la bagarre...
De toute façon , ces équipes mobiles ne sont qu'un foutage de gueule en plus du ministère!
Le père Chatel se fout de l'école comme de son premier shampoing L'oréal
Qui peut croire que le Rectorat veut ou peut agir alors qu'il supprime les adultes dans les établissements scolaires , y compris ceux qui sont répertoriés comme sensibles, que le nombre de surveillants baisse sans cesse pour être remplacés par des "assistants d'éducation" presqu'aussi jeunes que les élèves et qui ne peuvent avoir aucune autorité sur les gamins en rupture d'école.

Et ça va aller en empirant, hélas , dans les établissements concernés

2.Posté par noe974 le 08/12/2010 14:58
Le Monde enseignant rencontre énormément de problèmes en ce moment :
1) démotivation des élèves , des enseignants , mais comment les re-sourcer ?
2) manque de moyens , mais lesquels ?
3) moins d'aide de la part de la hiérarchie , mais que peut-elle faire ?
4) moins d'aide des parents , mais peuvent-ils encore intervenir ?

La solution doit venir de soi-même si on aime son métier , on va de l'avant et on n'attise pas le feu quand on sait qu'on n'arrivera pas à l'éteindre ...
Les Jeunes se révoltent très vite si on les laisse tomber ou si on commence à entrer dans les bla-bla-bla des adultes ...

Des enseignants ne sont pas formés dans la gestion des conflits : souvent ils se cantonnent dans "je sais tout , vous , les élèves vous écoutez" ; souvent on ne leur donne pas les moyens de réfléchir et de donner leurs opinions !!!
D'où blocage et comme tj , on dira que l'enseignant(e) a tj raison !!! C'est fini le temps des punitions à la tête du client , des colles , des brimades .... le jeune se révolte et attention à votre voiture sur le parking !!!!

3.Posté par Le départ ment le 08/12/2010 15:12
Temps de réaction du département : 3 jours !

Soit, grosso modo, du 0,5 km/heure !

Sans commentaire.

4.Posté par TINOUNE le 06/03/2011 08:42
attend un coup là si les personnes ki se dit surveillant arrive et se prend aussi pour zorro i nana in façon cause avec un zenfant surtout des zenfants de kartier difficile moins mi fait du sociale mi voit un tas zafer mais personne i prend compte kosa nous dit(nous travail dans des assos et c là ki voit zafer, un marmail qui dés fois lé sans manger le soir parce ke la pu rien, nous in ti barquette i fait a li du bien sa nous vive tous les jours.Personne i pense pas lé vrai zot va dit a moins kosa lé parents i fait avec l'argent surtout ferme si la point rirn pou dit.Quand ou voit un marmaille i baille dans la classe c pas par manque de sommeil mais li la mal dormi parce que li la faim sa c'est mon analyse de maman et membre d'une assos des rues un enfant que se soit son âge s'il est bien dans sa peau tout se passe bien pour le mieux alors allons regarde mieux le problème des enfants ( la faim, le respect, ou peu avoir un camion diplômes si voit pas alors jette lo diplôme là. Un marmaille ke lé bien entouré au sein familial lé pas trop agréssif Kan mi dit sa la c ke moins la balaye devant mon porte et moins la vue sa

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales