Société

Les éleveurs laitiers ruinés sortent les preuves contre les Sica


Les éleveurs laitiers ruinés sortent les preuves contre les Sica
Le 12 septembre, Zinfos974 publiait le témoignage d'un couple d'anciens éleveurs laitiers, ruinés à l'issue de huit années d'activité pourtant prenantes, 365 jours par an.

Ce témoignage, qui piquait au vif la gestion de la coopérative Sicalait et dans une moindre mesure de l'Urcoopa ces 10 dernières années, a fait réagir du côté de la Plaine des Cafres, "patrie" de l'élevage laitier à La Réunion.

Dans un document destiné à notre rédaction, la situation sanitaire décrite par ce couple d'ex-éleveurs fauchés y est confirmée par d'autres éleveurs qui se disent eux aussi lésés par les pratiques de l'époque. Ils sortent des tiroirs un document attestant de la situation de crise sanitaire vécue à l'époque par l'interprofession.

Un collège d'acteurs de tout premier ordre parmi lesquels se trouvait celui qui n'était pas encore président de la Sicalait, Patrick Hoarau, n'ont eu de cesse il y a dix ans d'alerter les autorités contre les pratiques des coopératives. Mais Patrick Hoarau n'était pas seul à signer ce jour-là un pamphlet décrivant l'état de "poubelle sanitaire" qu'étaient en train de devenir les exploitations laitières.

Il est signé de l'interprofession : la section UPRA Réunion présidée à l'époque par Jean-Luc Fontaine, le Syndicat Charollais (Geslin Hoarau), l'Association des Eleveurs Sélectionneurs de la Réunion (Christian Dugain), l'Association Réunionnaise des Eleveurs Bovins (Norbert Somnica), le Syndicat Limousin (Maxime Grondin) et la Réunion Génétique Bovine présidée par Patrick Hoarau.

Leur lettre de "colère" face aux maladies introduites pas des vaches importées et livrées sans précaution chez les exploitants avait tout de même été adressée au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre de l'Agriculture, de l'Outre-mer et à toute la classe politique réunionnaise de l'époque, des parlementaires jusqu'aux maires. Le courrier est daté du 31 octobre 2003.

Ce sont aujourd'hui d'autres éleveurs laitiers, ou ex-éleveurs pour la plupart, qui viennent, à l'aide de ce document, prouver que les dégâts collatéraux engendrés par ces importations malheureuses de vaches malades ont précipité dans le mur de nombreux exploitants, sans, disent-ils, que les coopératives concernées n'aient jusque-là reconnu leur responsabilité.

Ces importations de vaches étaient pourtant rendues nécessaires, pour des raisons de bonne pratique en renouvellement des souches, d'amélioration légitime de la production ou de mise en place de cheptels de race pure.

Pourtant, "les coopératives Sicalait et Sicarevia ont réintroduit la rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR), dans sa forme la plus virulente, avec des cas cliniques, entraînant la mortalité d'animaux pendant le transport, puis dans les jours qui ont suivi. Ces bêtes ont été contrôlées, certifiées et débarquées comme étant "saines", puis dispatchées dans les élevages, le jour même, contaminant ainsi des troupeaux pour certains jusqu'alors totalement indemnes, et infectés à 100% à ce jour", dénonce un extrait de ce courrier.

Mortalité des vaches laitières 2 à 4 fois supérieure (rapport 2009)

Se sentant démunis et peu écoutés, les éleveurs de l'époque faisaient porter le chapeau aux "services de l'Etat retranchés derrière le règlement", à la Sicarevia "pseudo groupement d'éleveurs, aujourd'hui acculée à des opérations strictement spéculatives d'importation d'animaux dont personne ne veut" ou encore à la Sicalait, qualifiée comme la Sicarevia de "groupements privilégiés".

"Est-il cohérent de financer un développement qui n'est ni durable, ni pérenne, puisque s'ensuit systématiquement mortalité, abattage et infestation des troupeaux ?" écrivaient les signataires de cette requête de l’interprofession.

"Les grands perdants sont en premier chef les éleveurs, puis les financeurs (Etat, collectivités, fonds européens) mais jamais les vrais fautifs", déplorait ce courrier.

Six ans plus tard, ce constat amer de l'interprofession allait être confirmé par l'expertise sur la mortalité des bovins laitiers à la Réunion (ou rapport Brunschwig - Lancelot - Zanella) suite à une demande de la Préfecture de la Réunion.

Ce rapport y concluait à "la mortalité des vaches laitières 2 à 4 fois supérieure à celle observée sur la moyenne de cheptel français". L'autre faiblesse relevée tient dans l'alimentation des animaux. "Sur le papier, l’augmentation de la part de concentrés dans la ration augmente toujours la marge sur coût alimentaire. Dans la réalité, les risques sanitaires sont en contrepartie nettement augmentés, même dans les conditions optimales de conduite du troupeau", avisait le rapport.





Vendredi 26 Septembre 2014 - 16:14
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2403 fois




1.Posté par noe le 26/09/2014 17:22
Il faut créer une autre association moins voleuse !

2.Posté par Mammitu Namu le 26/09/2014 18:17
Non, Noé. Il faut arrêter de manger de la protéine animale dont le corps n'a pas besoin. Un jour, il n'y aura plus de vaches sur terre... Pauvres bêtes, et pauvres humains qui mangeons et avons mangé leur viande et leurs laitages.

3.Posté par KLD le 26/09/2014 18:50
En tout cas , ce post est hyper réactif par rapport à celui juste au dessous , c'est une réponse percutante , si j'ai bien suivi , mais j'ai bu trop de lait et je n'ai plus toute ma tete .

4.Posté par Why not? le 26/09/2014 20:22
Les vaches sont les 1° pollueuses de notre planête !!! qu'on se le dise !!!!

5.Posté par KLD le 26/09/2014 21:02
Bon , je vais arreter la bière et me mettre au lait ! En tout cas si c'est vrai , il faut dénoncer toutes les magouilles , allé di partou !

6.Posté par Zoé le 27/09/2014 00:14
La sica est manifestement lobbyiste pour faire payer le prix fort à ses membres. Pas assez d'alternatives pour les éleveurs aux capacité financières modestes à la Réunion.
L'Europe est aussi (à tord) de la volonté de faire grossir les exploitation et réduire le nombre de petit exploitants (c'est une grave erreur). A mon sens le secteur agricole en période de crise durable devrait permettre au contraire de réassimiler une partie de la main d’œuvre. Hors ce qui se passe est qu'il n'y a pas de fond agricole, ni de terres intéressante qui pourrait permettre l'installation de nouveaux agriculteur/éleveur).
Il y a une difficulté à trouver du foncier aujourd'hui. Il faut garder la main mise sur les terre agricole et forcer les maires a réévaluer leur PLU en hauteur dans leur commune afin d'augmenter la densité de population dans les villes et limiter la tache urbaine qui grignote chaque jour le capital emploi de l'agriculture.
Beaucoup reste à faire pour les réformes. Que chacun se batte pour que le plus juste pour notre avenir s'impose. Même si on le sait dans l'aménagement, un terrain bâti est un terrain perdu pour la communauté. Il faut arbitrer entre la nécessité du foncier en classement naturel, le tiers au moins en foncier agricole et le restant en densité urbaine.
Le poids le plus lourd dans cet emploi agricole perdu est le poids de la démographie réunionnaise qui fait grignoter chaque année la tâche urbaine. Limitez le nombre d'enfant à un renouvellement (2), au delà un jour ce sera les favela de Rio...

7.Posté par Dimitri ALAIN le 27/09/2014 08:23
consomme pays crève pays que d'arnaque dans cet merde

8.Posté par Urcoopacilamsicalaitsicarevia!!! le 28/09/2014 00:07 (depuis mobile)
Arrête vole band éleveurs!!! Soit disant un outil i doit être à zot service lé devenu pire que des multinationales qui profites à certains!!! Des millions de dividendes! Finance opaque!!! Salariés mal payés!! La population i paye le prix fort!!!

9.Posté par Non aux âneries du post 2 le 28/09/2014 08:47
Si l'estomac de l'homme produit de l'acide, c'est bel et bien pour digérer la viande.
Seule la viande permet l'apport en fer retenu par notre organisme.
On peut se passer de protéines animales uniquement lorsqu'on est adulte.
C'est le cas des moines trappistes.
Les viandes et les laitages sont indispensables à la croissance équilibrée des enfants.
Armand GUNET

10.Posté par bande couillon le 29/09/2014 22:18 (depuis mobile)
L''ignorance va tuer créole les Sica les a qui si les pas aux éleveurs . Pfff lamentable seul les vrais éleveurs ( les bosseur les encore la ) aujourd''hui sa les fauché ou la coulé ben fallait travail et mi connais de quoi mi parle étant producteurs

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales