Société

Les éleveurs du Volcan se mobilisent contre la charte du Parc national


Les éleveurs du Volcan se mobilisent contre la charte du Parc national
Hier, les membres du conseil d'administration du Parc national ont été accueillis par des commerçants et des éleveurs mécontents. Ces derniers ont bruyamment manifesté pour protester contre la charte que souhaite mettre en place le Parc national. Pour l'heure, tous les élus ne semblent pas sur la même longueur d'onde quant à ce projet qui doit fixer, pour 10 ans, les modalités d’application des règles dans l’aire d’adhésion du Parc.

L'adoption finale du texte n'est donc pas encore d'actualité, d'autant que les communes s'inquiètent de voir cette charte leur imposer de nouvelles contraintes. L'unanimité risque d'être difficile à obtenir compte-tenu du nombre important d'administrateurs qui composent le CA du Parc : ils sont 88. Parmi les élus qui ne sont pas prêt à voter le texte en l'état, André Thien Ah Koon et Jean Jacques Vlody, les deux conseillers généraux du Tampon qui représentent le département, souhaitent plus de garanties.

Les éleveurs envisagent de bloquer la route du Volcan

De leur côté, les éleveurs et commerçants du volcan regrettent de ne pas avoir été consulté. "La pa mi a nou dedans", regrette Gérard Bègue, le président de l'association des éleveurs du volcan. Selon lui, les éleveurs n'ont pas été identifiés parmi les activités autorisées au cœur du Parc: "Ben, nou lé la nou", peste-t-il. Même son de cloche du côté des commerçants de la route du Grand-Brulé qui ne semblent finalement pas décidés à quitter l'endroit où ils exercent leur activité (lire ici : Dernier jour de sursis pour les camions-bars de la route des laves).

Au final, même si la charte n'est pas encore votée, les éleveurs envisagent de bloquer la route du volcan s'ils ne sont pas entendus. Quoi qu'il arrive, le chemin est encore long pour que tous les protagonistes s'entendent autour d'un texte définitif. Avant la mise en application de la charte, il faudra préalablement que les collectivités concernées se prononcent avant l'enquête publique et l'éventuelle validation par le Conseil d'Etat. La charte du Parc, ce n'est donc pas encore pour tout de suite mais le blocage de la route du volcan pourrait, lui, arriver plus vite que prévu. Des éleveurs de Mafate envisageraient de s'associer au mouvement.
Vendredi 10 Février 2012 - 17:43
Lilian Cornu
Lu 1914 fois




1.Posté par NEMO le 10/02/2012 17:40
A-t-on des nouvelles sur le ou les incendiaires du Maïdo ???

2.Posté par mafia974 le 10/02/2012 17:47
C'est le Gonhtier et la hoareau de directrice qu'il faudrait enfermer dans un zoo. Ces deux là sont en train de plomber et d'effacer notre histoire et nos traditions sous couvert de protection de l'environnement. Tout simplement scandaleux, aujourd'hui les éleveurs traditionnels et les vendeurs ambulants. A Mafate ils ne peuvent plus bouger le petit doigt sans demander l'assentiment du parc. Demain qui se sera? Ils veulent faire de La Réunion un musée pour touriste occidentaux en mal de dépaysement dans une ile qu'ils veulent aseptiser pour faire comme partout. Ces gens là sont arrogants et méprisants en mettant en avant leur soit-disante science infuse. Ils sont en train de mettre le feu dans les hauts et tant qu'ils seront là notre parc national n'avancera pas.

3.Posté par ecolo bobo pasteque le 10/02/2012 21:09
1.Posté par NEMO le 10/02/2012 17:40
A-t-on des nouvelles sur le ou les incendiaires du Maïdo ???


Marylene , Daniel , jean François, René et les autres n'ont rien a foutre que la foret brule ou pas. Le principal pour eux est de brasser le fric, le pouvoir et les coqueteles. Meme si la foret entiere brulait, on les verrait s'accocher a leur voiture de service comme des moules à leur rocher.

Voila pourquoi les incendiaires serait mieux inspiré de bruler les locaux du parc, leur voitures plutôt que NOS forets.

4.Posté par jyves974 le 10/02/2012 23:34
88 de trop.. et il y en a qui se plaignent qu'ils n'ont pas ete consulté.
Le parc NATIONAL doit être géré par l'Etat. C'est a l'Etat de décider, pas le maire du coin, le député du coin et encore moins l’éleveur de Mafate. Il y en a marre des profiteurs qui sont prêts a saccager la nature pour défendre leur incompétences.

Ah ben.. Chuis habitué a me servir gratuitement dans le frigo du voisin.. Vois pas pourquoi cela doit changer et abandonner mes .. euuhh.. traditions !!!

5.Posté par NEMO le 11/02/2012 05:33
3.ecolo bobo pasteque
" Le principal pour eux est de brasser le fric, le pouvoir et les coqueteles."

Ce que vous dites là, résume tout à fait le comportement de la quasi majorité de nos CHERS élus Réunionnais !!!

6.Posté par Qui tape a mwin? le 11/02/2012 05:50
Avant au grand brulé, navé un grand marché forain... l'était culturel... Les sachets plastiques, les restes de fruits et légumes jonchés sur les sol... l'était joli...

Avant au grand brulé, il y avait la décharge à ciel ouvert... ça faisait partie du paysage... Les sachets dans les arbres, les odeurs, les rats et meutes de chiens... ça sentait bon la nature...

Créole i abandonne zot chien dans grand brulé... le plein air, la nature... vive la liberté...

Camion bar rouillés insalubres, tables et parasol publicitaires couleur rouge volcan, intégrés, ça lé zoli...

A mwin mi lé o RSA, fé mi nouri mon bann marmy, na un bon peu do moun tou les w-end i sa va au volcan, mi sa vend sandwich bouchon gratiné ketchup piment mayonnaise à la plaine des sables, qui i tape a mwin?

7.Posté par ecolo bobo pasteque le 11/02/2012 07:51
4.Posté par jyves974
Le parc NATIONAL doit être géré par l'Etat. C'est a l'Etat de décider, pas le maire du coin, le député du coin et encore moins l’éleveur de Mafate. Il y en a marre des profiteurs qui sont prêts a saccager la nature pour défendre leur incompétences.



Entierement d'accord. L'ONF (a part qq points noirs) a fait du tres bon boulot à la Réunion depuis les années 60. C'est depuis peu que les derapages s'accelerent.

--------------------

La face cachée des parc Nationaux

Extrait:

(...) La doctrine ultra-libérale, mise en œuvre par les Etats-Unis, l’Europe, l’ONU, l’OMC, la Banque Mondiale, le FMI (…) affirme que seul le marché peut et doit gérer le monde, qu’il faut abolir toute entrave à son fonctionnement. Milton Friedman, le père de cette idéologie et fondateur de l’ « École de Chicago », préconisait déjà dans les années 50 qu’il fallait "tout privatiser, y compris les parcs nationaux » (*). On comprend pourquoi il faut augmenter le nombre de parcs nationaux et d’aires protégées, y compris marines, sous prétexte de protéger la biodiversité. De fait, les parcs nationaux dépossèdent les communes, ou les communautés autochtones, de leur territoire et des ressources qu’elles avaient su gérer et préserver.

(*)Cité par Naomi Klein, dans son livre "La stratégie du choc, montée d’un capitalisme du désastre", P. 91-92


--------------
Au moins de decembre tous les bobos de droite (vie oceanne et les autres) sont allé acceuillir NKM au local des TAAF a st pierre pour l'inauguration du parc marin des Glorieuses. Partout en france les parc nationaux fleurissent (calanques a marseilles etc...). Personne ne s'est demandé l'utilité de créer ces structures qui ont pourtant le meme statut d'etablissement public administratif comme l'ONF. La raison en est simple: A terme il s'agit de passer ces territoires du domaine public des Etats a des entités "autres" qui s'occuperont de la marchandisation au profit notamment des grand groupe hôteliers . ( Aux assises du tourisme il ont parlé de faire venir Beachcomber avec son staff mauricien...)

8.Posté par Lyo & Loa le 11/02/2012 08:21
Depuis sa création, le Parc National agit selon des logiques purement bureaucratiques, technocratiques et réglementaires. Que ce soit dans le "cœur habité" de Mafate ou ailleurs, il ne s'est jamais appuyé sur la conscientisation et la responsabilisation citoyenne, encore moins sur une alliance confiante avec les habitants ou les professionnels éleveurs - producteurs concernés. Il n'a jamais pris en considération l'expérience des populations rurales, pour les solidariser à la protection de leur environnement ou à leur développement, ni pour aider cette expérience à évoluer de concert, ni même simplement pour l'écouter et la respecter. Au lieu d'associer, de mobiliser et d'enthousiasmer, le Parc s'impose en parfaite autocratie. Logique néocoloniale, paradoxalement menée par des réunionnais hélas héritiers des pires procédures despotiques. Aucun étonnement devant les réactions de rejet que suscite ce fonctionnement antidémocratique… Et à nouveau avec ce triste projet de charte élaboré par les technos de service et jamais avec la population, pour se faire simplement entendre, il va falloir comme souvent à la Réunion imposer un rapport de force, avec occupations de route, etc… Consternant !

9.Posté par noe 2012 le 11/02/2012 09:07
Il faut enfermer les boeufs ...Ils polluent trop et bouffe tout !!!
Les éleveurs doivent payer les dégats §§§

pas moyen de marcher là-haut , il y a des tas de crottes partout !!

10.Posté par metencor le 11/02/2012 13:58
6.Posté par Qui tape a mwin? le 11/02/2012 05:50

Qui tape a mwin y devrait remercier les éleveurs du volcan et les vendeurs ambulants parce ces gens payent des impôts qui payent ote rsa po nourrir ton bande marmaille. leur activité est parfaitement déclaré auprès des services compétents DAAF, service sanitaire, chambre de commerce et d'agriculture, depuis bien avant la création du parc national qui essaye de faire croire que se sont des profiteurs.

Ceux qui profitent grassement de l'argent public c'est bien vous avec votre RSA et le travail au black que vous faites. Le parasite c'est bien vous et pas ces gens qui travaillent dans des conditions difficiles pour nourrir comme vous leurs familles.





11.Posté par metencor le 11/02/2012 14:08
4.Posté par jyves974 le 10/02/2012 23:34

Heureusement ces gens là sont beaucoup moins mal élevés que vous et ne se permette pas de prendre dans le frigo du voisin puisque justement eux travaillent pour subvenir à leur besoin et n'attendent pas le RSA.

Ces gens produisent une viande de qualité qui leur a valu d'être la première exploitation outre-mer en agriculture raisonnée.

Quand au foncier du parc national il appartient à 80% au conseil général qui dépense plus de 14 millions d'euros par an pour l'entretien et la protection des forets via l'onf. Donc selon vous le conseil général devrait continuer à payer et fermer sa gueule? Le parc va dépenser en 2012, 388 000 euros pour protéger nos forêts. 4.5 millions pour payer ses 89 agents sur rémunérés et prés de 2 millions en frais de fonctionnement pour aller bat'carré en métropole dans des réunions de pseudo experts. Vive l'état!!

12.Posté par E. Delest le 11/02/2012 15:14
7 et 8 bien d'accord avec vous, ne laissons pas faire n'importe quoi et dénonçons les politiques qui sont complices.

13.Posté par 14 millions !!! le 11/02/2012 15:33
Mais que fait l'ONF avec ses 14 millions !!!

Voilà ce qu'ils reconnaissent eux -même !!

" ... ACTIVITES PASTORALES
Il existait un pâturage divaguant à Foc-Foc et dans le fond de la Rivière de l'Est.
Celui-ci a eu des conséquences très négatives sur les espaces naturels. En effet on constate :
- La destruction de la flore par abroutissement et piétinement.
- L' accélération de l'érosion.
En 1958, la création de la Coopérative des Eleveurs de la Plaine des Cafres a permis
d'instaurer un pâturage tournant sur de vastes ensembles clôturés de landes à brandes (...) .
A partir de 1980, l'objectif a été de valoriser les secteurs les plus prometteurs pour
l'élevage et de constituer ainsi des unités de gestion plus petites, plus intensives et
géographiquement autonomes (chemins de desserte, points d'eau, bâtiments...), pour faire progressivement disparaître la divagation des animaux avec ses conséquences néfastes sur le milieu naturel et améliorer la condition des éleveurs en faisant de leur élevage une activité
économique à part entière.
Les éleveurs intéressés se sont répartis sur les territoires aménagés à la Plaine des
Cafres et au Piton de l’Eau, en formant des Groupements Pastoraux.
Les pâturages divaguant de Foc Foc et de la Forêt de la Crète ont été totalement
supprimés. En l’an 2002, un dernier agriculteur fait encore pâturer ces animaux dans le fond
de la rivière de l’Est. Cependant suite à la libération d’un pâturage dans la zone du Piton de
l’Eau, les derniers animaux devraient y être transférés dans le courant de l’année.
En 20 ans, le pâturage sur le massif de la Coloraie du Volcan aura été quasiment
totalement supprimé et redéployé vers les terrains de la zone du Piton de l’Eau. "

Ils ont eu l'autorisation de rester finalement?

14.Posté par mafia974 le 11/02/2012 16:21
De pâturages libérés au piton de l'eau il n'y en a jamais eu pour cette éleveur qui est l'un des derniers à faire de l'élevage extensif , c'est à dire sans engrais ni pesticide. le parc a une fois de plus repousser la décision. depuis 5 ans que le parc existe cet éleveur attend, il attendait déjà avant la création du parc.

15.Posté par ecolo bobo pasteque le 11/02/2012 16:22
13.Posté par 14 millions !!!
Ils ont eu l'autorisation de rester finalement?


sans deconner ? et alors? On le sait que l'ONF est en conflit avec ces eleveurs depuis longtemps et qu'avant l'arrivée de l'ONF il y avait déjà des conflits sur ce territoire.

IL y a qu'aujourd'hui l'eleveur s'engage à limiter son troupeau à 50 tête maxi et ne demande pas mieux que les enclos pour empecher les betes de divaguer soient reparés. Que les betes viennent paitre sous les tamarins ne derange personne. Au lieu de ca l'ONF et le parc essaient de lui fourguer 150Ha sans aucune valeur fouragère et donc en parfaite connaissance que l'elevage ne pourra continuer.

Faut vraiment ete fauxcul comme Daniel Gonthier pour pointer du doigt leur présence alors qu'a coté 650.000 euros ont ete claqués pour la piste du piton de l'eau et que le parc a accordé aux 5 eleveurs ...des permis de construire; Elle est ou la protection de l'environnement ? il est ou l’intérêt général?

Faux vraiment ete fauxcul comme la srepen pour enculer les mouches sur ces paturages alors qu'ils laissent pousser le beton au Maido et qu'il ont voté a l'unanimité l'autorisation des forages en 2008 et revoté l'autorisation des forage en 2009!!!

Globalement l'ONF a plutot un bon bilan depuis les années 60, mais cette affaire est justement l'un des gros points negatifs. Aujourd'hui l'ONF fait du hors piste et se discredite autant que le parc.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 16:50 Les écoles de Saint-Louis au bord de l'explosion

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales