Economie

Les échanges commerciaux entre La Réunion et Mayotte "limités"

L'Iedom (Institut d'Emission des Départements d'Outre-mer) présente une note qui constitue le troisième et dernier volet du projet d’analyse des échanges régionaux des DOM et COM. Intitulée "Échanges régionaux de La Réunion et Mayotte : facteurs de frein et éléments de soutien", cette note est centrée sur les échanges commerciaux de La Réunion et de Mayotte dans l’océan Indien.

Voici le communiqué de l'Iedom:


Les échanges commerciaux entre La Réunion et Mayotte "limités"
Les échanges de biens de La Réunion et de Mayotte avec les autres économies de l’océan Indien sont limités, tant à l’exportation qu’à l’importation (moins de 10% de leurs échanges commerciaux), avec de surcroît une part significative de réexportations. Ces échanges régionaux sont essentiellement concentrés sur les économies insulaires proches : les Comores, Madagascar et Maurice.

De manière globale, la métropole demeure le partenaire privilégié de la Réunion et de Mayotte. Selon l’étude, qui utilise un modèle dit de gravité, ces derniers échangeraient 30 fois plus avec la métropole que ce que la distance et la taille des marchés ne le suggèrent.

L'Afrique du Sud pourrait être "un partenaire commercial privilégié"

Par ailleurs, un certain nombre de facteurs structurels favorisent les échanges régionaux dans l’océan indien, tels que l’éloignement des grands centres économiques mondiaux (qui renforcent en conséquence les échanges intra-régionaux) et le partage d’une langue commune, le français. L’étude montre également que La Réunion et Mayotte bénéficieraient de gains à l’échange en cas de participation à des accords commerciaux régionaux.

Néanmoins, le faible niveau de développement économique des pays voisins associé à l’étroitesse de leur marché intérieur constituent indéniablement des freins au développement d’échanges régionaux plus importants. Selon ces mêmes critères, l’Afrique du Sud, combinant à la fois une taille de marché conséquente et un niveau de développement élevé, pourrait à ce titre constituer un partenaire commercial privilégié des deux DOM de l’Océan Indien.
Mercredi 28 Mai 2014 - 15:36
Lu 936 fois




1.Posté par vincezh le 29/05/2014 00:32
et il faut faire un étude pour sortir des évidences de la sorte ?? bon ca fait du travail vous me direz...

2.Posté par Jo nie walker le 29/05/2014 15:28
Les cales des navires risquent de devenir des quoi ça quoi ça !

3.Posté par polo974 le 29/05/2014 19:20
Là, c'est clairement dit, question développement en s'appuyant sur les pays voisins, c'est pas possible.

Donc que la région arrête de se promener à gauche et à droite pour ce motif...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales