Social

Les dockers provoquent une AG, le port bloqué


Tensions à la Somacom (photo d'archives)
Tensions à la Somacom (photo d'archives)
Les dockers du groupement d'intérêt économique Sermat (qui regroupe les sociétés SAMR, SOMACOM et SGM) sont en assemblée générale depuis ce jeudi matin.

Cette réunion, qui a lieu sur les quais du Port Est, n'a pas vocation à déboucher sur une grève d'ampleur comme l'année dernière mais les représentants syndicaux veulent informer l'ensemble des travailleurs sur les agissements de leurs directions respectives depuis quelques semaines.

Le premier motif de mécontentement concerne le ralé-poussé qui est intervenu entre le délégué CGTR de la Somacom, David Thomas, et le président de la Sermat, Franck Doki-Thonon. Ce dernier se serait installé dans les locaux de la Somacom, ce qui a fait l'objet de remarques de la part du syndicaliste qui lui a signifié qu'en tant que président de la Sermat, il n'avait rien à faire dans les locaux de la Somacom. S'en sont suivis des échanges d'amabilité entre les deux hommes.

Autre fait que font remonter les dockers, le personnel en charge du "petit matériel" ne disposerait plus d'un camion spécifique qui leur permettant de transporter les imposantes pièces vers l'enceinte du port Est. "Ce camion est en panne depuis deux mois et notre direction nous demande de composer avec un véhicule type fourgon qui ne nous permet pas de transporter de grandes pièces une à une. Il y a les câbles, les grandes échelles… Quand il y a trois bateaux à livrer sur le port, on ne peut qu'en servir un et ce retard nous est reproché par le contremaître. Finalement ça retombe sur nous", raconte Raphaël Gossard, de la CGTR Port et Docks qui estime que ce manque de considération représente "une forme de pression sur les salariés".

Enfin, certains salariés n'ont pas eu, disent-ils, l'écoute attentive qu'ils attendaient de la médecine du travail que certains ont consulté hier. Le médecin aurait considéré qu'il devaient s'orienter vers les Prud'Hommes pour la prise en compte de leur souffrance au travail. "On attendait au moins qu'il nous écoute", expliquent les dockers.

L'assemblée générale de ce matin est à son tour un avertissement envoyé aux deux directions du GIE. Aucun mouvement de grève n'est pour l'heure à l'ordre du jour.

Le blocage express des entrées de l'enceinte portuaire a été levé dans le courant de la matinée.
Jeudi 3 Avril 2014 - 10:11
LG
Lu 1852 fois




1.Posté par David Asmodee le 03/04/2014 13:12
Ce pays donne vraiment envie d'investir et d'embaucher.
Sincèrement. C'est l'idéal.

2.Posté par Zeus69 ZEUS69 le 03/04/2014 13:43
La mission de la CGTR qui consiste à saper l'économie et les entreprises se confirme , idem pour les grands prts de metropole , finalement ils scient la branche sur laquelle ils sont assis ,les armateurs iront ailleurs pour la métropole et pour l'approvisionnement de notre Ile il restera les corbeaux !!!!

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/04/2014 15:19
Bravo les gars ! Tienbo larg' pas.

4.Posté par chikun le 03/04/2014 16:39
Encore un petit effort les gars, la sermat n'est pas tout à fait moribonde. Faut l'achever ! (rires)

5.Posté par posez-vous la question le 03/04/2014 18:54
quand on entend ça on n'a pas pris en compte leurs souffrances au travail quelles chochottes et en plus grand seigneur on attendait au moins qu'il nous écoute ,vous feriez mieux de faire profils bas et aller monté des murs de moellons après vous pourriez l'ouvrir votre grande bouche vous être la honte pour ce métier

6.Posté par Noe le 03/04/2014 19:18
16h de travail hebdomadaire 4000 euros par mois et ils font grève, prennent tout le monde en otage, se foutent royalement du peuple qui attend d'être livré… Faudrait faire comme Reagan avec les contrôleurs aériens, virés tous les grévistes et être ferme. Faut pas qu'ils oublient que l'on est sur une île et que 80 pour cent du crêt passe au port. Ce n'est ni plus ni moins que des valeurs simple et du respect...

7.Posté par oui le 03/04/2014 19:18
pourquoi ne pas laisser ces privilégiés casser leurs outils de travail, les virer et donner la gestion à une boite privée ?

8.Posté par David Asmodee le 03/04/2014 21:23
Ils aident le gouvernement à emmener le chômage à 50% à la Réunion.
Mais le gouvernement peut y arriver tout seul. Disons que ça va accélérer.

D'ailleurs, les boug' de chez SIB la fini gagne zot sirop déjà.

Larg' pas, larg' pas ! Le Pôle Emploi est au bout du chemin pour les Kamarades.

9.Posté par zoé le 03/04/2014 21:31
La mafia des dockers..
Tous à virer de force et réemployer d'autres en intérim.
Partout dans nos ports français on se laisse faire à employer des crétins qui nous pourrissent nos économies (navires déroutés vers d'autres port).
Ces une connerie, on devrait pouvoir faire quelque chose, il y a une revendication salariale tout les six mois quand dans les autres professions c'est une toute les cinq à dix ans (ces gas là sont une partie du coût du coût de la vie sur place!!!). Si les autorités ne font rien pour durcir le ton face à ce que je qualifie de mafia salariale ça ne pourra qu'empirer dans les année à venir. Pourris ces mecs là...pourris

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales