Social

Les dirigeants de la SIB reçus par le préfet "pour évoquer l’avenir du site et de ses salariés"

Dans un communiqué, la Préfecture annonce que le préfet, Jean-Luc Marx, a rencontré "les dirigeants de la Société industrielle de Bourbon (SIB) pour évoquer l’avenir du site et de ses salariés". Voici ce communiqué:


Les dirigeants de la SIB reçus par le préfet "pour évoquer l’avenir du site et de ses salariés"
"Jean-Luc Marx, préfet de La Réunion, a souhaité rencontrer les dirigeants de la Société industrielle de Bourbon (SIB) pour évoquer l’avenir du site et de ses salariés, en présence de la sous-préfète de Saint-Paul et du directeur des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIECCTE).
 
Le préfet a particulièrement rappelé la nécessité que les négociations en cours avec les représentants du personnel se poursuivent dans les conditions d’un dialogue social de qualité.
 
Dans le souci premier de garantir la pérennité d’une activité industrielle sur le site permettant le maintien des emplois, il s’est assuré que les différentes hypothèses de reprise du site ont bien été mises à l’étude.
 
L’entreprise a été rappelée à son obligation d’une part, d’assurer le reclassement professionnel des salariés dans les meilleures conditions possibles et d’autre part, de mettre en place une convention de revitalisation.
 
La société SIB a présenté un plan d’accompagnement (congé de reclassement d’un an rémunéré à hauteur de 80% du salaire, aide à la formation, à la reprise rapide d’emploi, à la création d’entreprise, mise en place d’une cellule d’accompagnement renforcé…) qui sera discuté le 21 février, lors de la prochaine réunion avec les représentants du personnel.
 
Les services de l’Etat assureront un suivi très vigilant des mesures à mettre en œuvre pour le maintien de l’emploi."
Mardi 18 Février 2014 - 14:18
Lu 464 fois




1.Posté par ti zouvrier le 18/02/2014 17:19
Si la boite est rentable et dégage des gros bénéfices comme l' affirment les syndicats, pourquoi les salariés ne reprennent pas la boutique en mettant leurs indemnités de licenciement comme fond de roulement pour rassurer les banques et ensuite en se retroussant leurs manches pour bôsser sérieusement pour devenir des salauds de patrons ?

2.Posté par ndldlp le 18/02/2014 20:23
Conditionnement local des produits marques premium et mdd de la gamme human care et home care.

3.Posté par Lolilol le 19/02/2014 12:51
1. Parce que légalement, ils ne touchent leurs indemnités qu'une fois l'usine fermée donc qu'il n'y a plus rien à racheter. En plus, le montant de leurs indemnités ne couvre pas nécessairement le coût du rachat si la production était intensive en capital. Enfin parce que l'entreprise n'a pas nécessairement envie de se créer un concurrent.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales