Société

Les deux ministres à l'écoute des doléances de la jeunesse réunionnaise


Les deux ministres à l'écoute des doléances de la jeunesse réunionnaise
Bernard Cazeneuve, ministre de Intérieur, et George Pau-Langevin, ministre de l'Outre-mer, se sont rendus à l'Université de la Réunion pour écouter la restitution des rencontres de la jeunesse qui se sont déroulées le 6 juin dernier à Saint-Denis.

"Aujourd'hui sont présents 50 jeunes qui ont participé à cette rencontre. Elle représente la jeunesse dans toute sa diversité, lycéens, étudiants, collégiens (…). La rencontre a rassemblé 400 personnes, 250 jeunes et 150 acteurs où s'est tenue une vraie séance de travail autour des préoccupations de la jeunesse", explique en introduction, le sous-préfet en charge de la cohésion sociale, Ronan Boillot.

Trois orientations ont été arrêtées pendant la rencontre : l'ouverture au monde, la mobilité comme enrichissement, la remobilisation des jeunes au bord du chemin et l'engagement et la parole donnés aux jeunes. "On constate que la mobilité, locale, régionale ou nationale, est une vraie ouverture au monde, un enrichissement personnel ou professionnel (…). J'ai décidé de partir pourquoi ? Pour acquérir de nouvelles expériences, me former à l'extérieur et pour l'ouverture d'esprit", explique Gaëlle Soundron, jeunes ayant travaillé sous le statut de volontaire international aux Seychelles.

Mais plusieurs freins existent à cette mobilité comme la séparation avec la famille, la peur de l'inconnu, la peur de ne pas revenir ou plus simplement le coût du transport. "La mobilité n'est pas facile, mais on apprend beaucoup en allant à l'extérieur pour voir comment travailler ailleurs. Même si cela est difficile, on en tire du positif", explique la ministre de l'Outre-mer, George Pau-Langevin. "Il faut prendre le risque de se confronter à de l'expérience ailleurs, avoir une expérience professionnelle réussie. La personnalité se forge, se fortifie. Notre rôle est de vous donner le choix. En vous incitant à la rencontre", ajoute le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

10 propositions concrètes pour la jeunesse

Sur la question du décrochage, les jeunes présents ont réclamé plus de dispositifs de suivis. "Manque de confiance, découragement, mentalité défaitiste, beaucoup de jeunes ont des difficultés à accepter les règles, et sont sans perspective d'avenir. Il faudrait travailler sur les capacités et l'estime de soi dans le cadre scolaire", explique Moustafa Attoumani, en formation à l'école de la deuxième chance. Pour Guillaume Solon , vice-président du Conseil régional des jeunes, il ne faut pas attendre que les jeunes soient en "décrochage". La ministre de l'Outre-mer, rappelle que des dispositifs existent. "Ce n'est pas totalement juste. Il y a eu beaucoup de réflexions et d'actions pour lutter contre le décrochage scolaire, dès le primaire", explique George Pau-Langevin.

Dernières orientations débattues, l'engagement et la parole donnée. Stéphane Maillot, étudiant président de l'UNEF à la Réunion, se lance sur les problématiques de la jeunesse à la Réunion. "Les jeunes attendent énormément de ce gouvernement sur la question du logement, problématique majeure, mais aussi sur la question de l'emploi. Au-delà, il y a aussi la question de la formation, une problématique fondamentale à la Réunion (…). Si vous croyez dans la jeunesse, investissez pour eux, avec eux. On pourra retrouver le lien entre les jeunes et les institutions", explique-t-il.

Après les échanges, 10 propositions ont été faites au gouvernement :

- Une journée de sensibilisation à la mobilité pour tous les jeunes
- L'expérience de mobilité avant 16 ans pour tous les jeunes
- Impliquer et informer les parents.
- Informer les professionnels qui travaillent avec les jeunes
- Renforcer la présence de travailleurs sociaux
- Mettre en place espace pour les jeunes
- Mettre en place débat de quartier
- Faire de la place aux jeunes dans les associations
- Développer lien entre créateur d'emploi et les jeunes
- Valoriser les compétences acquises tout au long de la vie

"Un processus a été enclenché et j'espère qu'il y aura d'autres rencontres. Reste à ce que les propositions seront suivies dans le temps, car qui mieux que la jeunesse parle de la jeunesse, pour la jeunesse", conclut Guillaume Solon, vice-président du Conseil régional des jeunes. Clap de fin pour la première rencontre de la jeunesse, avant la tenue en septembre prochain des rencontres nationales de la jeunesse à Paris.
Vendredi 20 Juin 2014 - 18:59
Lu 852 fois




1.Posté par Stephen le 20/06/2014 20:33
AH AH AH
L'AJFER devant la prefecture avec toutes la jeunesse rebelle
et Stepahne MAILLOT serre la main au ministre de HOLLANDE
On vois ou sont les vraies militants. Le peuple a déja choisie !

2.Posté par david Vincent le 20/06/2014 23:36
Après la débâcle des municipales et la déroute des européennes , la stratégie est d'inverser la courbe pour 2017 en emmoutonnant quelques Couillons . Cause toujours , j'en parlerai à mon cheval .

3.Posté par claude le 21/06/2014 08:16
Quels étaient les dispositifs mis en place pour les jeunes en 1940, ces jeunes gens qui étaient appelés à partir à la guerre ?
Aucun, les états d'âme, le mal du pays, dans sa poche et son mouchoir par dessus, il fallait y aller, point.
Alors aujourd'hui, cette jeunesse dorée, partisane du moindre effort, trouve toujours de bons pretextes pour préserver le meilleur de la vie. On pleurniche pour un rien, on se révolte contre le plus petit effort à fournir, il faut trop chaud, il fait trop froid , ils veulent le beurre, l'argent du beurre et la crémière.
Puisse Dieu nous préserver d'un conflit car alors, qui sera prêt à défendre la France ? Les vieux ? En tout cas pas ces jeunes pleurnichards.
.

4.Posté par cause toujours le 21/06/2014 11:45
et les propositions des " Etats généraux" de 2009 dont on a fait tout un foin ?

vous vous en souvenez ? ça a donné quels résultats ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales