Société

Les conclusions du rapport CHARC dévoilées


Le rapport final du programme CHARC a été communiqué aux principaux donneurs d’ordre la semaine dernière.

Le document de 130 pages compile les résultats obtenus sur le comportement des deux espèces de requins les plus menaçantes pour l’homme.
Ces études lancées en décembre 2011 sont les premières du genre à La Réunion. Les analyses des observations ont été menées jusqu’en décembre 2014 sur 45 requins tigres et 38 requins bouledogues marqués.

Cette étude avait pour but d’apporter des connaissances sur la stratégie d’occupation spatiale et temporelle, sur le comportement alimentaire et sur les déplacements des populations des deux espèces.
 
Les résultats concernant le requin tigre indiquent que cette espèce se déplace dans un habitat plus au large que celui détecté par la majorité des stations d’écoute côtières. Ses interactions avec le requin bouledogue sont faibles, résume le rapport.
 
Pour l’autre espèce, jugée encore plus dangereuse pour l’homme, le suivi acoustique et satellite montre qu’elle n'est pas présente de façon permanente sur la côte ouest/sud-ouest de La Réunion. Les données tendent à confirmer que ces requins sont capables d'explorer l'ensemble des côtes de l'île mais ne sont pas assujettis aux zones littorales. Des détections sur les dispositifs de concentration de pêche et les suivis satellite mettent en évidence leur capacité de déplacement exploratoire très loin des côtes.
 
Le requin bouledogue est davantage présent, sur la côte Sud-Ouest de La Réunion, au cours de la transition été-hiver austral entre les mois de mars et juin, période au cours de laquelle les mâles et femelles sont en période de reproduction.
 
Une estimation de la population maximale

Cette phase d'accouplement semblait être localisée en 2013 et 2014 sur des zones spécifiques, notamment en face de Saint-Gilles et de l'Etang du Gol. La présence accrue des requins bouledogue en été austral, hors de ce qui pourrait être la période principale d'accouplement, est principalement constatée sur deux sites dans la baie de Saint-Paul et près du port de Sainte-Marie.
 
L'analyse des facteurs environnementaux a permis d'isoler ceux qui jouent un rôle prépondérant dans la présence des requins bouledogues près des côtes. Dans 40% des cas, la présence de bouledogues est expliquée par quatre facteurs que sont les moyennes de précipitations, les hauteurs moyennes de houle, la turbidité de surface et la richesse relative en poissons sur la côte ouest.

Les tailles des populations de requins tigre et bouledogue à La Réunion sont inconnues, rappellent les chercheurs. L’IRD propose un chiffre concernant, non pas la taille de la population, mais le nombre maximum de requins bouledogue que les côtes réunionnaises pourraient accueillir. L'estimation de ce nombre maximum de requins est basée sur le principe qu'il existerait une capacité maximale d'accueil qui serait atteinte au cours de la période de plus forte fréquentation (entre mars et juillet d'après les données de marquage), mais cette hypothèse n'est pas démontrée. L'estimation de ce nombre maximum de requins serait de 1200 requins. "L'analyse est très partielle à ce stade et demande à être précisée, surtout dans le cas d'une population ouverte ou semi-ouverte et ayant des capacités migratoires."
 

Dimanche 3 Mai 2015 - 23:20
Lu 4651 fois




1.Posté par tradition le 04/05/2015 09:59
le rapport est simple vaut mieux pas se baigner à la réunion...faut un désenvoutement de la reun se serait plus utile

2.Posté par Mamitu le 04/05/2015 10:20
L'estimation de ce nombre maximum de requins est basée sur le principe qu'il existerait une capacité maximale d'accueil qui serait atteinte au cours de la période de plus forte fréquentation (entre mars et juillet d'après les données de marquage), mais cette hypothèse n'est pas démontrée. L'estimation de ce nombre maximum de requins serait de 1200 requins. "L'analyse est très partielle à ce stade et demande à être précisée, surtout dans le cas d'une population ouverte ou semi-ouverte et ayant des capacités migratoires."

Une capacité d'accueil pour les requins... Hé, faut pas charier ! La mer est à tout le monde !!! Que dire alors de la capacité de la mer à accueillir les humains ??? Les requins comme tous les poissons sont dans leur environnement naturel ! A l'homme de savoir ce qu'il doit faire : se mettre face au danger ou pas !

3.Posté par Romain le 04/05/2015 12:32
"Dans 40% des cas, la présence de bouledogues est expliquée par quatre facteurs que sont les moyennes de précipitations, les hauteurs moyennes de houle, la turbidité de surface et la richesse relative en poissons sur la côte ouest. "

"La richesse relative en poissons sur la côte ouest"..... Relative.... Est ce que c est par pour dire que la reserve a un effet de concentration des poissons et est donc un garde manger à requin mais on doit pas le dire....

Relative... Non mais je rêve !

4.Posté par christine le 04/05/2015 13:15
@Romain,ce qu'il ne faut pas dire,c'est que l'Ile de la Réunion est maltraitée par une partie de ses habitants qui affectionnent les décharges à ciel ouvert,sans parler des restaurateurs et entreprises qui jettent leurs déchets dans la mer pour économiser la taxe ordure ménagère et pour finir,le clou du spectacle,les touristes qui font la fète sur les plages en laissant leurs déchets derrière eux...
10 tonnes de déchets ramassés sur les plages rien qu'à nouvel an,pouark...!!!
La cote ouest,c'est pas seulement la réserve naturelle,la cote Ouest,c'est surtout l'endroit où se concentrent le plus de touristes...!!!

5.Posté par Purusha le 04/05/2015 14:23 (depuis mobile)
La réserve devrait avoir 25x+ de Biomasse ! Elle est désertique :c''est le terme "richesse" qui est désolant. Il faudra 20 années de repeuplement et de luttes pour assainir les sorties d''égouts, de ports et de ravines, et reconstituer l''écosystème.

6.Posté par ma sonnerie le 04/05/2015 18:29
4.
ce ne sont pas les déchets du nouvel an qui attire le requin christine..faut pas dire des conneries de cette nature !

7.Posté par EKOLO le 04/05/2015 18:34
Romain :
"Est ce que c est par pour dire que la reserve a un effet de concentration des poissons et est donc un garde manger à requin"

Les récifs à l'état naturel ont un effet de concentration de poissons, et constituent donc un garde-manger pour les requins de récifs.
Les récifs abîmés ont perdu de cet effet, et pour des raisons encore floues, les requins de récifs ont disparu.
La réserve a pour ambition de revenir à la normale, et elle est encore très loin du résultat.

Si tu es bien un plongeur comme tu le prétendais il y a peu dans l'article sur "les plongeurs qui sortent de leur réserve", eh bien va donc plonger avec eux pour voir si la réserve est un garde-manger pour requins ou un paysage de désolation.

Au pire, si contrairement à ce que tu affirmais dans tes récentes interventions, tu es encore hostile à la réserve, va donc surfer à St Pierre, il y a des récifs et pas de réserve marine. Et bientôt des drumlines seront posées.
Comme ça, s'il y a des attaques, on ne pourra plus remettre en cause la réserve, mais plutôt les drumlines.

8.Posté par 974 le 04/05/2015 18:37
Nous sommes les locataires destructeurs de cette terre nourricière,l'héritage qu'on vas leurs laisser,sera a la hauteurs de notre aveuglement,il n'est peut être pas trop tard,c'est a nous de voir ce que nous voulions pour nos enfants...

9.Posté par L'Ardéchoise le 04/05/2015 18:41
4, les touristes qui font la fête et déversent leurs déchets ?
C'est quoi, ce gag ?
C'est nouveau, ça vient de sortir, il y a plein de touristes qui viennent polluer l'île.
Chaque WE, ce ne sont pas des touristes qui campent sur les plages et laissent 2 jours, voire plus, de saletés en tous genres...
Sans parler des ordures dans les ravines, sur les chemins, bref un peu partout.
C'est sûrement les touristes...
!!!

10.Posté par IMBECILE le 04/05/2015 18:43
Il faut arrêter vos débats à deux balles. la mer représente plus de 70 % de la surface du globe ce n'est pas en pêchant tous les requins autour de notre ile que ces derniers n'auront plus de place pour vivre .La mer autour de notre ile appartienne aux hommes . Exactement comme sur terre nous avons pas des lions, des tigres ... dans nos villes . Bande d'imbeciles .

11.Posté par EKOLO le 04/05/2015 22:43
"Exactement comme sur terre nous avons pas des lions, des tigres ... dans nos villes ."

Tu as bien fait de préciser "dans nos villes". Parce qu'ailleurs, il y en a.
Mais jusqu'à preuve du contraire, on n'a pas encore de villes sous la mer. On peut donc tolérer qu'il y ait des requins dedans.
Même un imbécile peut comprendre ça.

12.Posté par KLD le 04/05/2015 23:21
je suis rassuré qu ' ekolo sache remettre les choses à leur place , merci ! je désespérais un peu d'un discours de bon sens sur cette crise .

13.Posté par EKOLO le 05/05/2015 03:04
Salut mon ami

Et merci pour ton post. Mais tu peux essayer de remettre les choses à leur place, il y aura toujours quelqu'un pour refaire du désordre. C'est une lutte sans fin.

Pour ce qui est de la crise requin, je suis presque satisfait du stade où on est arrivé : les surfeurs et baigneurs en voie de sécurisation. J'aurais préféré des digues à la place des filets : on se sent plus en sécurité à l'abri de murs qu'on peut voir, qu'à l'abri de filets qu'on ne voit pas et dont on sait qu'ils ne sont pas totalement hermétiques. Sans parler des dégâts collatéraux.

Les requins payent un tribut inutile avec les drum-lines, puisque les usagers de la mer seront protégés ; peut-être est-ce seulement une mesure en attendant que les travaux de sécurisation soient achevés ? On verra ça.
Tribut inutile aussi parce qu'on sait maintenant que les études ciguatéra n'étaient qu'un prétexte.
D'un autre côté, la commercialisation à grande échelle reste interdite, et l'Etat ne subventionnera pas les pêcheurs. Les requins pourront être pêchés, mais au moins ça sera pour nourrir des gens, et uniquement pour ça.

Pour les vigies, le problème de la sécurité demeure. Certains espèrent qu'il y aura des accidents. Pas moi.
C'est pour ça que j'ai conçu le système EKOLORK renforcé :
Dans le système EKOLORK simple, les vigies étaient déguisés en orques (avec bande-son de vrais cris d'orques).
Dans le système renforcé, on utilisera des bouées renforcées reproduisant l'orque (d'une taille de 8 mètres pour intimider même les plus grands requins), lestées de telle manière à ce qu'elles soient stabilisées à 4 mètres de profondeur. Les vigies se relayeront par équipes de 4 pour faire patrouiller les fausses bêtes, et seront équipés d'appareils pour la bande-son.
Les requins, devant une telle masse, hésiteront, tourneront en rond, ce qui permettra de disposer du temps nécessaire pour donner l'alerte en surface et faire tourner les bandes sonores. Au pire, si le requin attaque, l'orque-bouée lui pètera à la gueule et son 1er réflexe sera de détaler. Et la bouée-orque servira également de bouclier aux vigies.

Et si ça ne convainc pas les décideurs, il y a aussi le système EKOLORK blindé (inspiré du requin en tôle dont se servait Tintin pour explorer les fonds marins dans "Le trésor de Rakam le rouge").
Seulement, ça nécessitera un autre budget et posera la question de l'énergie utilisée ...

14.Posté par Masabiras le 05/05/2015 12:09
J'espère que ce ne sont pas les requins marqués, faisant l'objet d'analyses, d'observations, de suivis acoustiques et satellites qui attaquaient.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales