Société

Les commerçants de St-Gilles ne veulent pas des horodateurs

Le ton est monté d'un cran hier soir lors d'une réunion publique entre la mairie de Saint-Paul et les commerçants/riverains de Saint-Gilles. Ces derniers refusent l'installation d'horodateurs au cœur de la zone balnéaire telle qu'elle est prévue par la municipalité.


Tout le monde ou presque se saisira du micro. Le sujet est sensible
Tout le monde ou presque se saisira du micro. Le sujet est sensible
 
Echanges sans concessions, haussement de voix, termes durs à l'encontre de la mairie, la première réunion publique sur le projet de mise en place d'horodateurs dans le centre-ville de Saint-Gilles a fait écho sous la voûte du marché forain couvert des Roches Noires hier soir.

Regroupé au sein d'un collectif simplement appelé "collectif des résidents et commerçants de Saint-Gilles Centre", le mouvement de protestation prend forme peu à peu.

Patricia Lamarque, sa porte-parole, est d'ailleurs fière d'avoir pu mobiliser en si peu de temps, une centaine de tracts à l'appui, les résidents et commerçants de la zone.

La réunion d'hier était en fait la deuxième. "Une réunion restreinte a eu lieu il y a quelques temps avec seulement cinq commerçants et c'est sur ces avis plutôt favorables de ces commerçants que la mairie voulait faire passer son projet", interjette la porte-parole. Au-delà de la forme, qui n'a décidément pas plu aux autres commerçants et riverains, la mairie a permis la tenue d'un second espace de discussion, "un bon point", reconnaît Patricia Lamarque. Hier soir, environ 100 personnes avaient pris place sous le chapiteau. Presque tout le monde prendra la parole.

Le projet de la mairie, dans sa version actuelle, prévoit l'installation de 120 places de parkings payantes. Une suite finalement logique après que la ville ait inauguré ses premiers horodateurs au coeur de son centre-ville historique il y a deux ans.

L'actuelle formule du projet ne passe pas auprès des riverains et commerçants qui se disent déjà assez taxés par des impôts locaux conséquents, si ce n'est les plus conséquents du territoire saint-paulois. "Ce projet ne nous prend pas en compte puisque nous ne pourrons plus garer nos véhicules gratuitement et à proximité de nos domiciles ou de nos commerces".

Le marché couvert était plein hier soir
Le marché couvert était plein hier soir
"C'est une façon de tuer le coeur de Saint-Gilles", lance un intervenant, micro à la main. Une prise de parole saluée par des applaudissements nourris. Emmanuel Séraphin, 13ème adjoint en charge de l'urbanisme est une nouvelle fois en première ligne. "On est dans un débat public et là pour entendre toutes les demandes" avant qu'un argument qui fera tiquer l'assemblée ne soit annoncé par un technicien de la mairie en charge du projet. "Je peux vous assurer que l'installation d'horodateurs coûtera plus cher à la collectivité du fait de son installation, de son entretien et du personnel en charge des relevés d'infractions", annoncera-t-il.

Si les deux parties sont finalement d'accord sur la finalité à atteindre : la redynamisation d'un centre-ville asphyxié par les automobiles, les moyens à déployer divergent.

Des parkings géants en entrée et sortie de ville ?

Avant que la réunion ne se termine, le collectif mettra sur la table un panel de propositions qu'a promis d'étudier la mairie. Certaines, plus que d'autres pourraient faire des remous entre commerçants eux-mêmes.

"Que les parkings détournés à des fins personnelles soient remis dans l'espace public". Patricia Lamarque stigmatise "l'incivilité" de certains commerçants qui "pour satisfaire leurs affaires" n'hésitent pas à s'attribuer des places de parking, empiétant, selon elle, sur l'espace public. L'arbre qui cache la forêt : le Cubana, est notamment évoqué.

Mais résolument constructif, le mouvement veut rassembler autour de sa cause en demandant l'attribution de cartes pour résidents et commerçants gratuites qui les exonéreraient de couler une pièce dans les horodateurs. 

La solution ultime serait malgré tout la création de deux "super" parkings en entrée et sortie de centre-ville, à la manière de ce qui a été fait à Saint-Paul centre. Le sujet reste ouvert comme le dira Emmanuel Séraphin.
Vendredi 28 Octobre 2011 - 17:50
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1331 fois




1.Posté par almuba le 28/10/2011 17:59
Jamais contents ces commerçants de Saint Gilles!
Ils n'ont que des exigences!
Si rien ne leur plait dans cette commune, qu'ils s'en aillent.

2.Posté par automobiliste de st gilles le 28/10/2011 18:03
pour l'argument des voitures ventouse, l'horodateur est un gros pipo. il vaut mieux la zone bleue gratuite

3.Posté par bertel le 28/10/2011 18:08
bertel
Dans toutes les villes, tous les quartiers où les voitures-ventouses posent problème, la pose d'horodateurs a réglé pas mal de problèmes. Je ne vois pas pourquoi il pourrait en être autrement à St-Gilles.

Bertel de Vacoa

4.Posté par résident le 28/10/2011 20:35
Pour les voitures ventouses il faut faire quelque chose certes. Mais sur le créneau des heures payantes, ce projet pénalisera les résidents qui:

- travaille en horaire décalé

- sont à la retraite, en congé, en congé parental,au chomage

- viennent visiter leurs parents agés qui y résident (j'en connais)

et la liste est longue.

Donc sa mise en place pénalisera les résidents qui n'ont pas d'autres choix.

Un des arguments avancé par la mairie et de dire qu'il faut arreter le "tout-en-voiture". Mais c'est ce que fait la majorité des résidents puisqu'hormis pour des déplacements professionelles, la plupart d'entre nous laissons la voiture et faisons tout à pied. Demain ,on nous demandera de faire un ballet incessant entre les heures payantes où il faudra déplacer la voiture sur des zones gratuites et ensuite, ramener la voiture aux heures non-payantes. Pas très écologique tout ça et surtout très pénalisant.

De plus, il est expliqué que cela fluidifiera la circulation à st gilles. Juste un chiffre: chaque année il rentre 25 000 véhicules supplémentaires à la Réunion. L'ensemble du réseau routier à la Réunion étant déja lui même saturé, on peut d'ores et déjà affirmer que cela n'améliorera en rien la circulation sur la zone.

D'un point de vue légal, si il est prouvé que les parkings payants ne fluidifient pas la circulation, qu'ils causent des gênes aux résidents et qu'au final les recettes ne servent qu'à enrichir la mairie, ils peuvent être déclarés ILLEGAUX.

Tout ce que nous demandons c'est de trouver une solution qui satisfasse tout le monde et ne pénalise personne.

La ballle est dans le camp de la mairie.Espérons que les discussions aboutissent...

5.Posté par CQFD le 29/10/2011 02:47
Piste de solution peut être ?

On crée des parkings entrée+sortie de St Gilles avec des pistes pour les vélos qui mènent au centre ville... les gens pourront donc faire leur marché à vélo = moins d'embouteillages, de la nouveauté, de l'écologie et pas de changement pour les commerçants... On peut y ajouter des navettes low cost de transport de proximité.




6.Posté par Roches Noires le 29/10/2011 06:54
Donc, si je vais à la plage il va falloir que je passe à la caisse?
c'est une honte.....
ça plus les requins et les restrictions de baignade...
Voilà une belle manière de tuer la plage...

Vous vous êtes déjà promené sur le front de mer des Roches Noires ? vous avez vu l'état du béton à terre? il y a par endroit de quoi se casser le pied ou même chuter.
QUe fait la maire concernant les ruines du Restaurant l'oasis? rien.....

De plus, tout le monde fustige les commerçants de Saint Gilles...mais personne ne la ramène quand à l'arnaque organisé que représente les supermarchés et leur prix prohobitifs sur tout.

ALors les commerçants peuvent bien pratiquer les prix qu'ils veulent....tant qu'il y aura des gogos pour acheter.....

7.Posté par annais le 29/10/2011 08:05
Si on veut limiter "la voiture" le tout "gros 4.4" il ne faut pas faciliter le stationnement....c'est une décision cohérente, juste de la part de la municipalité et qui a la faveur des gens qui résident ( pas seulement depuis 1an OU pour le commerce), c'est une solution qui "protège" notre ville, nos enfants..
RAS LE BOL DE CES RÂLEURS de ces soit disant" résidents" temporaires, si vous n’êtes pas contents allez ailleurs, bon débarras, mais ne venez pas nous dire ce qu'il faut faire en ne pensant qu'à vos intérêts, sachez aussi "partager le même destin" ce qui est loin d’être le cas ...il y a toujours Mayotte ou vous pourrez toujours "colonisé", faire le "moi je sais tout" pendant les premières années et avant gagne zot baisement"

8.Posté par jason bourne le 29/10/2011 08:18
post 2 bien sur la zone bleue est la solution ...

mais la mairie a besoin d'argent comme on n'augmente pas trop les impôts locaux

9.Posté par taxi-974 le 29/10/2011 09:48
Bien dit ANNAIS!

10.Posté par annaniaise le 29/10/2011 11:38
Oté annais ou na poin l'auto? Mi sort kaross pou travay sin gil ou vé dir par la ke mi met mon savat 2 doits et mi dsende a pié. Ou la plané là.
Le vré baisement cé ke tout bannd réionnais lé dan bouchon le matin ek le soir. A la la baisement!
Au fait si ou lé pa content ek l'auto domand lo mèr isnstall un joli lorodateur devan out kaz après nou koz
Dernié zafèr. Ou di band réziden temporaire travers a zot. Nou lé tous réziden temporair si la tèr. Alors biento ou aussi ou traverse inkièt pu!!

11.Posté par quelle bonne idée ces horodateurs! le 29/10/2011 12:44
Hier je vais à la sous-préfecture de saint paul pour des papiers. Je me dis chouette avec les horodateurs je vais trouver un place facilement.

Résultat j'ai tourné UNE HEURE avant de trouver une place pour me garer. Ah oui très efficace les horodateurs pour faciliter le stationnement des usagers!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales