Social

Les chirurgiens tirent la sonnette d'alarme

Face à un mouvement de la CGSS qui perdure, les professionnels de santé se voient dans l’obligation de commencer à demander à leurs patients de régler directement les prestations. C’est au tour de l’Union des chirurgiens de France, représenté localement par Bernard Boden, de monter au créneau.


Les chirurgiens tirent la sonnette d'alarme
"Nous avons rencontré un représentant de la CGSS mais sa réponse ne nous permet pas d’être rassurés", explique le chirurgien Bernard Boden, représentant de l’Union des chirurgiens de France.
Après les pharmaciens, tous les professionnels de santé commencer à pointer du doigt les conséquences provoquées par le mouvement social de la CGSS qui ne semble pas trouver d’issue.
Paralysé depuis le début de la grève, le système de tri, de gestion, de saisie informatique et de remboursement commence à provoquer des difficultés nettes dans les cabinets, les cliniques et les hôpitaux.

"Les rattrapages de paiements se font de manière très disparates, tous les honoraires ne sont pas payés. Nous nous retrouvons face à une situation difficile", explique Bernard Boden.
Si ca dure encore plusieurs semaines, que fait-on ?
"La moitié des patients n’ont pas les moyens et pas d’assurance. S’ils viennent nous voir pour une opération grave qui coûte des milliers d’euros et qu’on avance les frais, sans savoir si l’on va pouvoir être remboursé, comment fait-on ? On avance à l’aveugle", s’inquiète le chirurgien.

La convention suivie par les chirurgiens prévoit que s’il y a une modification substantielle des conditions de fonctionnement du système par rapport à la date de signature de la convention, cette même convention réserve le droit de se dispenser d’effectuer l’avance des frais. En d’autres termes, les patients paieront directement leurs prestations s’ils veulent obtenir des soins.

bernard_boden.mp3 Bernard Boden.mp3  (453.48 Ko)


Jeudi 7 Mai 2009 - 13:46
Melanie Roddier
Lu 817 fois




1.Posté par THE DUDE le 07/05/2009 16:24
Depuis plus de 20 jours le directeur de la CGSS décide chaque matin de ne pas faire bosser les non-grévistes. Ensuite on fait retomber ça sur les grévistes.
Mais faite-les bosser !
L'argument classique: "Oui mais les grévistes ont bloqué l'informatique." Mais le directeur de la CGSS l'a dit lui-même pour faire céder les grévistes la semaine dernière: "C'est Hortefeux que vous avez en face de vous. Pas moi. Pas l'UCANSS. HORTEFEUX. Une grève comme celle-ci est, toute proportion gardée, comme une "mini guerre". Tu ne peux pas faire de courbettes, ni de cadeaux à ton ennemi.
Maintenant n'allez pas me dire qu'il n'y a pas de solution pour régler les primo-demandes et les cas d'urgence. Il fallait commencer par faire bosser les non-grévistes il y a 20 jours.
Pour éviter le chaos total et verser la plupart des minimas sociaux, là NO PROBLEMO !
Mais pour faire bosser les non-grévistes et traiter les cas d'urgence ( à l'ancienne s'il le faut), il n'y a plus personne. Pour ensuite dire que ce n'est la faute QUE DES GREVISTES.
POURQUOI? Laisser pourrir la situation.
Les grévistes ne veulent pas que la situation pourrisse. Ils vont se la prendre dans la gueule au retour. Ils ne sont pas cons.
Mais les gros zozos en face, eux, ils prennent bien leur temps entre chaque cycle de négociation.
Croyez-vous qu'ils auraient avancé des arguments pour dire que ce mouvement est illégitime?
Non! Ils laissent la population et certain médias s'échauffer contre les grévistes. Jusqu’à ce que le mouvement s’effondre.



2.Posté par olivier le 07/05/2009 17:22
De quels chirurgiens parle t on ? De ceux qui demandent des dépassements d'honoraires en espèces à leurs patients? Ou de ceux qui ,n'oubliant pas le serment d'Hippocrate, pratique des tarifs opposables, sans dépassements d'honoraires?
Quant à la grève des nantis , il est temps de siffler la fin de la récréation.

3.Posté par kortex974 le 07/05/2009 21:15
Attend les chirurgiens lé payer à la semaine comme coupeur canne mi pige pas la ?
AAAAAAAAAAlLLLLLLLLLLLLEEEEEEEEEEEZZZZZZZZZ MARCHER.
combien de ,4 smic zot y touche pour pas attend 1 semaine de plus.

Emprofite pour allez à des congrès payé par les laboratoires .
A bonne entendeur.

4.Posté par elf le 08/05/2009 13:48
AH les docteurs! ca sort le bout du nez quand on touche à leur porte feuille! reniant sans cesse leur serment d'hyppocrate, ce sont devenus des suceurs d'honoraires dépassés, et qui sans état d'ame pratiquent l'abus de position qui consiste à dire: si tu payes plus et maintenant on te soigne maintenant, si tu peux pas payer maintenant, tu attends 3 mois.. si t'es pas mort ou aggravé. Exemple: un cabinet ophtalmo du sud qui propose 2 tarifs pour une meme intervention,de suite en privé avec dépassement ou normal dans trois mois...Les voila qui se plaignent parceque ce sont les plus à plaindre? Non! parcequ'ils ne pensent qu 'au fric et se sentent soudainement concernés... hyppocrites!

5.Posté par Chaudron le 08/05/2009 17:52
Alors comme est la bann' runionais y supporte pi que bann' zantillais y gagne autant d'arzent qu'zot ! Y faut touzour plis ! Banna lé Zalous mi di aou

Alors qu'elles étaient de 24 % auparavant en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane, elles sont portées à 35 % à compter du 1er janvier 2009 et à 40 % à compter du 1er janvier 2010 », détaille Philippe Renard. En revanche, à la Réunion, où la majoration atteignait déjà 41 %, l'accord du 10 avril prévoit qu'elle soit portée à 42,5 %

6.Posté par thierry le 08/05/2009 19:44
Le tiers payant est un service que rendent les pros de santé (hors cmu) en aucun cas une obligation comme le font croire sécu et mutuelles...

Ca me semble normal qu'ils n'aient pas envie d'être de leur poche pour faire plaisir, ils sont pas là pour ça.
Il faut plutôt s'en prendre à la direction qui ne fait pas bosser les grévistes, ou qui ne dérive pas les flux noemie sur des centres métropole, pour jouer le pourrissement.

Un service minimum comme pour les trains et le métro devrait être mis en place pour la sécu.

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/05/2009 23:51
la santé ne saurait être marchande, c'est bien pour cela qu'il faut revenir sur les cliniques privées, la libéralisation des tarifs (secteur 2), et envisager les modalités d'une fonctionnarisation des professionnels de santé.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales