Social

Les chats errants de la prison du Port ont leurs anges gardiens


Les chats errants de la prison du Port ont leurs anges gardiens
Au lieu d'être euthanasiés, les nombreux chats vivant sur le domaine du centre pénitentiaire du Port se retrouvent au coeur d'un programme original. L'idée, venue de l'association de protection animale Droit de Cité, associe pour la première fois des détenus ayant pris la responsabilité d’un ou plusieurs chats, le personnel pénitentiaire et le vétérinaire qui effectue les actes de stérilisation, d'identification et de vaccination.

Ce programme en deux volets, baptisé "Le lien félin", permet aux détenus qui s’y engagent d’adopter un ou plusieurs chats socialisés issus de la population de chats errants vivant sur le site de la prison.

Il constitue, selon les acteurs impliqués, un facteur d’équilibre et de responsabilisation des détenus en établissant une relation suivie avec l’équipe vétérinaire lors des visites régulières, en favorisant leur sens de l’engagement dans le cas de l’adoption d’un chat, en développant leur connaissance des besoins des animaux tout en se sentant utile. Ces adoptions peuvent aussi être un facteur d’éducation à la tolérance pour les détenus rejetant la cohabitation avec les chats afin d’éviter les actes de maltraitance.

Les détenus concernés par l’action sont incarcérés au centre de "détention en responsabilités", une unité spécifique accueillant des détenus purgeant de longues peines mais dont le profil ouvre la voie à une plus grande autonomie. Ils bénéficient ainsi en journée d’une cellule porte ouverte sur le périmètre du site. C’est dans ce cadre que certains ont pu progressivement tisser des liens avec l’aide bienveillante des chats errants ayant élu domicile sur le site de détention.

Déjà 22 détenus qui s'impliquent

L'autre versant de cette action inédite doit permettre la lutte écologique contre les rats grâce à une population maîtrisée de chats libres stérilisés et en bon état sanitaire. C'est une mesure qui prend le contre-pied des pratiques antérieures basées sur la capture périodique des populations de chats par la fourrière du TCO en vue de leur euthanasie, des populations très vite remplacées par de nouvelles colonies. "Une situation parfois mal vécue par certains détenus qui perdaient ainsi leur compagnon félin", retient la présidente de Droit de Cité, Astrid Puissant.

Vingt deux détenus ont adopté un ou plusieurs chats qui ont été identifiés, vaccinés et stérilisés et une quarantaine de chats libres ont pu être stérilisés. Ce programme a cependant "un coût, réduit  grâce à la solidarité de la vétérinaire en charge des actes", un coût entièrement supporté jusqu’à présent par Droit de Cité, l’Administration pénitentiaire n’ayant pour l’heure aucun budget pour ce type d’action.

"Ce projet a, depuis sa mise en œuvre cette année, démontré sa faisabilité et son utilité", souligne la bénévole qui espère voir ce programme prospérer en 2014 et au-delà. "Vous ne pouvez pas changer le monde, mais vous pouvez changer le monde de quelques-uns".

-----
Vous pouvez, vous aussi, contribuer à sa réussite, et à sa poursuite en effectuant un don en faveur du "Lien Félin". Un reçu fiscal vous est délivré en retour pour imputation au titre de dons aux œuvres d’intérêt général.

cdr___bulletin_de_parrainage_le_lien_felin.pdf CDR - Bulletin de parrainage Le Lien félin.pdf  (69.01 Ko)

Lundi 9 Décembre 2013 - 07:17
LG
Lu 2464 fois




1.Posté par noe le 09/12/2013 07:49
C'est bien ce projet !
ça occupe l'oisiveté des "enfermés" mais c'est le travail d'intérêt général qu'il faudrait leur donner ...On voit que ces gens s'engraisse car nourris gratuitement ! et quand ils sortent , ils redemandent d'y revenir !
Ne pas oublier que la viande de chat est comestible et bonne pour guérir l'herpès (aux dires d'une dame sur Freedom) surtout le foie grillé !

2.Posté par jeanlouis de cambuston le 09/12/2013 06:08
Ailleurs on élève des oiseaux, certes, en aillant mis un grillage à petite maille, pour éviter l'évasion ( des volatiles! ) .cela responsabilise et socialise tous les pensionnaires. Et permet de vivre les longues heures de la journée tout en observant les comportements de ces compagnons de cellule.

3.Posté par nidra le 09/12/2013 09:11
C bien mais malheureusement ce n'est pas seulement ces chats là qu'il faut stérilisés et vaccinés mais l'ensemble des chats errants sur l'île afin d'éviter la prolifération.

Quand on prend un animal c'est pour sans occuper de A à Z ce que beaucoup de gens ne savent pas faire et abandonne ou échange quand ils veulent.

4.Posté par Entropie !! le 09/12/2013 09:56
Et puis il y a des gens qu'il faudrait stériliser aussi, ça éviteraient la prolifération de c*** sur l'île tsss
En tout cas bon projet c'est comme ça qu'une société avance. Malheureusement il en faudrait beaucoup plus et cela dans divers domaines pour espérer faire changer les mentalités...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales