Economie

Les bonnes prévisions de la CGPER

A l'occasion de l'ouverture de la campagne sucrière dans le Sud et l'Ouest de l'île, la CGPER est intervenue ce dimanche sur les prévisions de la coupe sucrière de 2010. Au programme, confiance des planteurs, coûts de production ainsi que les menaces pesant sur le foncier agricole local.


Les bonnes prévisions de la CGPER
Alors qu'une cérémonie de bénédiction du travail agricole se tenait hier à Saint-Gilles-les-Hauts, le président de la CGPER, Jean-Yves Minatchy, tenait son habituel point de presse dominical à quelques jours des premières réceptions de cannes à l'usine du Gol.

Premier constat dressé par le président de la Fédération Sud de la CGPER Jean-Bernard Gonthier, la "confiance des planteurs du Sud" à l'approche de l'ouverture de la campagne sucrière. "Les agriculteurs sont plutôt confiants cette année. Déjà grâce à la prime bagasse, ça a donné un petit plus aux agriculteurs qui ont gagné des sous. Tout le monde est désormais sur le qui-vive pour commencer à couper et pouvoir livrer les premières cannes jeudi", poursuit Jean-Bernard Gonthier.

Foncier agricole et coût des engrais évoqués

Pour autant, les problèmes d'actualités n'ont pas manqué d'être évoqués avec, en première ligne, les inquiétudes de la profession agricole à Saint-Pierre. Une partie d'entre elle ayant décidé de se réunir en collectif pour s'opposer à l'hypothèse d'une déviation Asile-Hôpital-Balance sur leurs terres. Une déviation dont les tracés sont actuellement soumis à concertation à la mairie de Saint-Pierre. Sur ce point, le membre de la CGPER est clair. "On a conscience qu'il faut prendre sur les terres agricoles (...) mais il faut également arriver à préserver et prendre le moins possible en densifiant les habitations de manière à ce que le foncier cannier et la diversification ne perdent pas de terrain".

Dernier point abordé, la réduction du coût de l'engrais dans le département. Un coût qui satisfait globalement la profession agricole même si des efforts plus conséquents restent à observer note Jean-Bernard Gonthier. "On a constaté cette année une baisse du prix de l'engrais. Il y a encore à faire mais c'est déjà une petite bouffée d'oxygène".

Après les fermetures tournantes des balances du Sud en 2009 pour avarie technique à Bois-Rouge, les planteurs du Sud envisagent donc les cinq prochains mois de coupe avec sérénité et confiance. Gageons que la campagne sucrière leur donne raison.

jean_bernard_gonthier___cgper_sud.mp3 Jean-Bernard Gonthier - CGPER Sud.mp3  (2.41 Mo)


Lundi 12 Juillet 2010 - 12:00
Ludovic Robert
Lu 1091 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales