Société

Les barbelés du pont de l'Entre-Deux vont-ils délocaliser les suicides ?


Les barbelés du pont de l'Entre-Deux vont-ils délocaliser les suicides ?
Le Conseil général officialisait ce matin la fin de la pose des barbelés sur le pont de l'Entre-Deux, dénomination auquel le maire, Bachil Valy, préfère, et il n'a pas manqué de le rappeler, celle de pont du Bras de la plaine. Réaliste, le maire et vice-président du Conseil général prévoit que cette sécurisation ne fasse que déplacer les tentatives de suicide.

Malgré tout, sur une portion de route qui est de son ressort, le Conseil général avait décidé d'agir. Une fois médiatisée il y a quelques mois, la décision n'avait pas manqué de faire douter de son intérêt. Alors que le dernier suicide est intervenu la semaine dernière, un peu plus d'un mois après le début des travaux, les barbelés cadrent les deux rambardes du pont.

"Je dirais : enfin !", annonce, soulagé, Bachil Valy, représentant pour l'occasion la présidente du Département, Nassimah Dindar, en déplacement. Le Conseil général se garde bien de crier victoire. "Les barbelés : c'est un dispositif dissuasif. On ne peut pas penser que ça va éradiquer ce phénomène. Qui peut croire que l'on ne délocalisera pas le problème ? Forcément, des gens iront ailleurs", reconnaît Bachil Valy, lucide.

Pour le maire de l'Entre-Deux, "ce n'est pas la solution technique qui va résoudre la question des suicides mais la solution humaine. La prise de conscience doit venir de chacun de nous, il nous revient de nous occuper de notre environnement, de notre cellule familiale, de ne pas rester dans son coin."

Dispositif à répliquer sur d'autres ouvrages ?

Une vision partagée par la présidente de l'association Prévention Suicide, Lutchmee Danone Odayen. "L'acte du suicide n'arrive pas d'un jour à l'autre, c'est un processus lent jusqu'au jour où arrive un déclencheur", avise-t-elle avec l'expérience associative qui est la sienne depuis 2003. Amenée, comme d'autres associations, à se prononcer sur cette sécurisation, Prévention Suicide explique l'utilité d'une telle sécurisation. "Nous pouvons continuer la sécurisation des ponts et y mettre les moyens", juge-t-elle.

Avec les barbelés, le Département complète finalement une sécurisation plus étoffée mais moins visible. De septembre 2012 à mars dernier, la pose d'une grille renforcée pour interdire l'accès à l'arche de béton sous la partie roulante de l'ouvrage a été posée. Son coût : 250.000 euros. L'installation de barrières anti-chute est en cours d'expertise. Les barbelés auront coûté 35.000 euros.

Livré en 2002, le pont du Bras de la plaine veut tourner le dos à une image sinistre, tant pour le site que pour la ville de l'Entre-Deux a qui il est malheureusement associé. Le pont est en effet partagé entre les deux communes de l'Entre-Deux et de Saint-Pierre. Ironie de l'histoire, sa réalisation aussi haut dans les montagnes avait été à l'époque décidée du fait de la plus grande proximité des deux falaises à cet endroit des remparts. Moins de mètres à franchir, c'était aussi un coût revu à la baisse, rappellent les témoins de cette décision.

"De pont de la mort, il doit devenir celui de la vie", a conclu le sous-préfet de l'arrondissement Sud, Jean-Luc Lhemanne. De janvier à aujourd'hui, c'est pas moins de 89 interventions des secours pour des tentatives de suicide qui ont été recensées. Sept décès sont à déplorer.

Les barbelés du pont de l'Entre-Deux vont-ils délocaliser les suicides ?

Jeudi 18 Juillet 2013 - 16:13
LG
Lu 1677 fois




1.Posté par Choupette le 18/07/2013 17:04
Ce ne sont pas des barbelés qui dissuaderont les désespérés mais des trampolines ...

2.Posté par polo974 le 18/07/2013 17:07
débauche de moyens pour un truc inutile de l'aveu même de l'édile...

bravo ! ! !

3.Posté par darky le 18/07/2013 17:16
un peu d'élan et une bonne révision du fosbury..et hop..
"quand on veut..on peut.." (caroupaye)

4.Posté par almuba le 18/07/2013 17:18
De l'argent foutu en l'air et qui n'empêchera pas les candidats au suicide de se foutre en l'air, eux aussi.
C'est ce qui s'appelle jeter de l'argent par dessus les ponts.
Vivent nos décideurs gestionnaires.

5.Posté par andré le 18/07/2013 18:25
le grand politicien qui réfléchi comme le miroir, double face droit et gauche,c'est de la pub gratuit avant l 'échéance 2014. gaspillage, il faut attaquer le problème à la base, notre société est en souffrance, la solution n'est pas dans les barbelés, ça c'est déplacé le problème.

6.Posté par Môvélang le 19/07/2013 08:30
hum!!!!!!!!!!!!!!, moi en tout cas je suis sûr que cette pose de barbelées n'a pas été fait pour aider un ami qui en avait un stock et qu'il ne savait pas quoi en faire, mais je suis sûr aussi qu'il n'y aura plus jamais de suicide à la Réunion, C'est la solution radical anti-suicide!
bien trouvé mes chers amis Élus!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

7.Posté par C'est moi le 19/07/2013 12:07
Laissez donc les suicidaires se suicider, un peu de liberté enfin.
Encore un exemple d'argent public qui disparait inutilement.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales