Social

Les assistants familiaux protestent contre leurs mauvaises conditions de travail

Une poignée d’assistantes familiales, en grève, se sont à nouveau installées aujourd’hui dans le hall du Conseil général pour signaler leur mécontentement face à une situation professionnelle de plus en plus précaire. Demain elles reviendront, en plus grand nombre…


Les assistants familiaux protestent contre leurs mauvaises conditions de travail
Zinfos974 signalait il y a quelques jours le cas d’une assistante familiale en grandes difficultés suite à une suspicion de maltraitance sur appel anonyme. Depuis le 8 juin, celle-ci tente de demander au Département de revoir sa situation. La réponse ne s’est pas faite attendre : le 12 juin, un courrier lui était adressé stipulant que "dans l’intérêt de l’enfant, je vous demande de ne plus interférer dans le projet actuel".

De là, la grogne a eu un effet contagieux sur l’ensemble des assistants familiaux qui dénonçaient déjà il y a quelques mois leurs conditions de travail. Demain donc, un groupe se rendra au Conseil général, muni de banderoles, pour protester contre leur situation précaire.

"seule la loi du plus fort prévaut"

Un document de l’UDSPAFAM 974 le rappelle : "seule la loi du plus fort prévaut dans les prises de décisions en cas de difficultés nécessitant une évaluation sérieuse et précise comme une accusation portée par un enfant à l’encontre de sa famille d’accueil…", évoquant là le fait que l’assistante familiale se substitue à la mère, tente de donner les meilleures armes à l’enfant pour qu’il puisse s’en sortir, mais ne représente rien en cas de problème.

Selon la secrétaire générale du syndicat, Marie Lebon, de plus en plus d’assistants familiaux et maternels appellent au secours, victimes de décisions graves. "Beaucoup ne retravaillent jamais, ne récupèrent jamais les enfants" souligne-t-elle.
Pour ces raisons, l’UDSPAFAM demande "l’annulation de la disposition interne qui prévoit le retrait de l’enfant et la suspension automatique de l’assistant familial suspecté de maltraitance, sans une évaluation sérieuse de la situation".

Le cas de l’assistante familiale décrit ici : "suspicion de maltraitance sur un appel anonyme, une assistante familiale crie au désespoir ", est particulièrement douloureux du fait de la lenteur de l’étude du dossier par le Procureur alors que l’urgence est certaine.  "Que fait-on de la présomption d’innocence qui permet au moins de continuer à percevoir un salaire ?" s’interroge une assistante familiale du Tarn, actuellement en vacances à La Réunion, venue soutenir ses collègues ce matin.

Demain, c’est reparti. Les assistants familiaux occuperont les locaux du Conseil général dans l’espoir qu’on les écoute et qu’une solution puisse être trouvée, dans l’intérêt de tous.
Jeudi 18 Juin 2009 - 18:54
Melanie Roddier
Lu 2991 fois




1.Posté par Coco-Dur le 19/06/2009 09:18
Et pendant qu'elles manifestent qui s'occupe des enfants qui leur sont confiés ? Des professionnelles dites-vous qui passent plus de temps à déployer des banderolles et à faire le siège des administrations ! Un peu de dignité mesdames, vous avez en charge des enfants qui sont déjà victimes de situations catastrophiques, placés par décision de justice et vous vous révoltez contre une mesure de prudence ? IRREPROCHABLE vous devez être ! Donc s'il y a un soupçon de maltraitance vous devriez dans le strict respect de la procédure en cours attendre la décision du procureur et non pas chercher à faire pression avec une grande mauvaise foi !

2.Posté par nizart vanessa le 19/06/2009 10:13
JE TROUVE FORMIDABLE QUE DANS SE TRAVAIL TRES DURE QUE TOUTES LES ASSISTANTES FAMILIALES SOIENT SOLIDAIRES.
ALORS MAMAN NE BAISSE PAS LES BRAS JE SUIS DE TOUT COEUR VEC TOI!!!!!!!!!!!!!!!!

3.Posté par beverly, une réunionnaise de st pierre le 19/06/2009 13:32
Mais que faire pour séparer l'ivraie du bon grain, concernant ce métier.Car c'est devenu un métier en ce temps de crise pour renflouer l'argent du ménage.Meme avant le temps de crise, c'était ainsi.Il faut comprendre que ces enfants sont déjà bousillés dés petits, et si on se trompe et on les place ou on n'en rajoute une couche supplèmentaires, imaginons les dégats?Il y a eu l'ivraie que les journaux ont retrouvés concernant les personnes agées placés en familles d'accueil.Memes des petits enfants dont les maltraitances ont été vérifiées quand meme.Mais que faire pour trouver l'ivraie ? C'est trouver une aiguille dans une botte de foins, à mon avis.J'ai des cousins qui ont vécus des calvaires, aujourd'hui, adultes, ils sont bousillés, concernant leurs vies sentimentales, et en tant que maris.Moi je pense, il faut etre encore plus vigilant qu'avant encore.Moi, j'ai entendu que des situations négatives concernant ces enfants placés sur notre ile.Avant, dans certaines familles, ce sont les tantes, les membres de la famille qui prenait la relève en prenant les enfants sous leur ailes, je dis bien dans certaines familles.Les riches ils font cela bénévolement, et dans la majorité des cas, ils sont bien traités, car ce n'est pas le meme état d'esprit.

4.Posté par sabine le 19/06/2009 14:39
Le soucis des assistants familiaux a toujours été l'intérêt de l'enfant et sa protection..nous ne pourrons jamais effectivement éradiquer les "mauvaises" personnes..Mais en règle générale, notre profession permet à des tas d'enfants maltraités car tout de même il y a décision de justice ou cabosser par la vie de reprendre espoir , de refaire confiance à l'adulte qui l'a abandonné, a accepter son histoire aussi douloureuse soit elle pour transformer cela en une force qui lui permettra de réussir sa vie...C'est nous les ass fam avec nos familles qui réussissons cette alchimie, nos aidons à briser les chaines..Nous avons un cadre administratif, un employeur la présidente du conseil générale, des lois qui gèrent notre profession, mais qui ne sont pas souvent respectée, tout comme un instituteur, un éducateur nous pouvons etre accusé à tort, qui nous protège alors.personne jusqu'à ce que le procureur décide de rendre son verdict bien des mois après et pendant ce temps nous sommes victimes de la rumeur, nous n'avons plus de travil et les enfants avec qui ont a créer des liens très fort nous sont enlever, tant pis si ils souffrent de ce qu'il se passe mais cela s'appelle protection de l'enfance..parce que le contrat d'accueil s'arrête, on doit arrêter notre t^te et notre coeur et se dire tant pis pour lui, encore une cicatrice de plus????alors qu'ils nous ont fait confiance et qu'on les abandonne encore..Où est la présomption d'innocence??
4 mois d'attente avec 6'oo euros par mois et la porte???avec dans cette profession une grande part de bénévolat....
C'est un métier très riche en expériences douloureuses ou joyeuses,porté par toute notre famille avec les risques que cela comporte( dénonciation calominieuse) sans avoir le droit de se défendre ou de porter plainte pour diffamation parceque soit disant pas recevable!!!, payé 4H smic par jour alors que parfois c'est des nuits entières qu'on ne dort pas car nous travaillon 24H/24H...sans congés, l'enfant restant la priorité,où l'on fait des accompagnements d'enfants handicapés, malade psy que les familles ne peuvent faire...pour leur donner un semblant de vraie vie loin des institutions à 300 euros du prix de journée....On râle, on a le culot de demander un peu de reconnaissance mais sans nous l'aide sociale à l'enfance ne serait rien..Nous sommes un des principaux pilier de cette belle administration, nous méritons un vrai statut, respectueux des lois mais au dessus avec un intérêt supérieur celui de l'enfant...;Nos méritons le respect, avoir au moins le droit de s'exprimer auprès de son employeur est le minimum, au moins avoir l'impression d'être entendu que les portes ne restent pas fermées, les enfants dites vous? ne vous inquiétez pas pour eux ,ils sont dans de bonnes mains dans nos familles et nous savons faire la part des choses les mettre à l'abri de notre précarité et de nos revendications, nous ne mélangeons pas tout Monsieur,
par contre en face de la marmaille et de tout ce qu'il faut reconstruire avec eux , cela fait longtemps que nous avons appris à nous accrocher contre vent et marée et plus qu'opiniâtres, nous sommes pugnaces! et l'udspafam 974 a bien raison de continuer à crier sa révolte..au moins cela signale que les ass fam de l'île sont encore humaines et ne s'arrêteront pas à la grosse machine administrative qui veut les faire taire. Certains départements en Métropole ont compris et ont fait en donnant les moyens de personnes (educ , équipes, financiers) des ass fam leur fer de lance car ils ont compris qu'alors les vraies économies (sur les institutions entre autre) allaient pouvoir être réalisés. Comment négocier, discuter sur l île alors que la Présidente même au bout d'une semaine de grève reste sourde alors que c'est elle qui détient les clés????
Je suis ass fam de métropole, et j'étais avec vous, même partie je le resterai par le coeur, courage les filles vous avez bien raison car vous méritez le meilleur pour pouvoir donner aux enfants que vous avez en charge une grande part de ce meilleur là.
Etre juste une corde supplémentaire sur l'arc du destin, l'enfant s'en saisit ou pas mais on leur a proposer......et parfois on se rends compte que grâce à nous il a été très loin...!!!!!

5.Posté par Marie le 19/06/2009 16:59
Quest ce que c'est une assitante familliale ? on ne s'ais même pas monsieur dame , nous sommes famille d'accueil , ( on 'entend souvent ah! vous ne travailez pas vous garder des enfants) nous acceuillons ,un vrai métier avec une formation et maintenant des diplomes d'état.
la profession a évoluée , mais nous travaillons avec nos coeur et nos tripes .........
juste vous donner un exemple parmi tant d'autre , j'ai accueilli une peite fille de 7ans a l'époque qui ne savait ni lire ni écrire et qui est devenu une belle juene fille infirmière sur Paris car de l'amour et de la sécurité , de la confiance tout cela y régnait ......... nous avons construit ensemble dans la durée du temps ........ Nous demandons un peu de reconnaissance et des moyens de travailler.......... car accueillir des enfants des autres un vrai métier , Mais sachez que dans tous métiers il ya du bon et des mauvais ........ Tout travail mérite salaire ,et nous sommes comme tous les éducateurs , travailleurs sociaux les méritants du travail social. Nous sommes les réparateurs d'enfants ,nous effaçons les maux pour que ces gamins en grande souffrance puissent s'en sortir .......... Mais c'est sur que ce n'est pas donner à tout le monde de faire ce métier d'ou l'exigence du service de PMI pour attribuer l'agrément ...........

6.Posté par marie le 19/06/2009 17:16
Etes vous sur coco dur que vous être IRREPROCHABLE dans votre travail? vous ne savez pas ce que c'est notre métier , travailler 24h sur 24 avec des enfants nos difficultés , nos pénibilité de ce métier ? savez vous écouter les autres donner aux autres construire des liens avec des enfants qui ne sont pas les votres.............. je vous invite a venir discuter avec nous de notre métier ensuite on pourra en parler Coco dur ...........


7.Posté par christiane le 21/06/2009 00:00
bsr zot toutes et tous bon je viens y mettre mon com perso je suis également assistante familiale (famille d'accueil) pr celles et ceux qui ont du mal a comprendre quoi consiste notre métier au dépard on fait une demande avec la PMI pr obtenir un agrément ne croyez pas que ça s'arrete là non alors rendez vous chez le psychologue, médecin, enquétrice qui vient pr la visite a domicile et nous pose un max de question sur notre vie perso idem avec nos enfants verifie que tout est en ordre dans la maison pr accueillir un enfant il arrive nous oblige a faire quelque modification insiste pr savoir si vos animaux sont bien vaccinés et aprés tout ça vous attendez encore la décision pr savoir si vous avez l'agrément ou pas et quand vous l'avez vous dites youpi une étape de franchit aprés c'est l'attente que l'on vous place un enfant et quand ça arrive enfin vous redites youpi on a du boulot l'enfant ou le jeune arrive a oui j'ai oublié nous ne choisissons pas vraiment car l'agrémént et de 0 a 21 ans au début tout baigne l'enfant est charmant vous posez vos regles tout de meme qu'il n'est pas de malentendu et ensuite au fur et a mesure vous découvrez le caractère de l'enfant son mal etre et là ça commence soit ça repond a tout vent ou la violence meme les insultes et nous les familles d'accueil ont continue de leur apporter le maximum de comprehension de tolèrance tout en essayant de l'aider en tant que professionnel on leur apporte le meilleur de nous des fois ça marche et les autres fois ça foire voilà je vous ai expliqué en gros notre dur mètier alors je m'adresse a toutes et tous les lecteurs que notre travail est trés précaire car on sait quand on commence mais jamais exactement quand ça te termine nous sommes sur des sièges éjectables et le mot est faible incomprehension avec certaine referente(assistante sociale , du responsable du GUT et aussi du conseil général) on se sent laiser par notre profession ou est notre statut le respect c'est pr cela a ce jr on revendique nos droits et notre ras-le-bol nous travaillons 24/24h 12/12mois pr un salaire de misère meme si on est devant le conseil général les enfants confiés ne sont pas en danger on reste pro malgré ce que l'on essaie de nous faire croire le contraire nous organisons notre temps déja bien rempli pr assurer notre corps de métier et pr certaine personne arretait de dire que l'on reste tranquilement chez nous faites le au moins 2 a 3 mois et aprés on en rediscute ok bonne lecture

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales