Faits-divers

Les amants sados-masos-fondus: Elle accuse son mec de viol, na!


Le Port, septembre 2013/février 2014. Une histoire sordide qui aurait pu se terminer aux Assises sans la perspicacité des enquêteurs…

Karine et Eddy forment ce qu’on pourrait appeler un couple infernal, une union improbable mais hélas réelle, sur fond d’alcool permanent, de coups et blessures plus ou moins volontaires, de ruptures et reprises incessantes car ils ne peuvent malheureusement pas se passer l’un de l’autre.

Ils vivent ensemble depuis plusieurs années, sont accros grave à l’alcool et à la violence. D’ailleurs, la présidente Corrine Peinaud a perdu son flegme habituel et a dû expulser l’accusée qui attendait son tour en vitupérant et gesticulait fort. Jalousie en pleins ébats !

Lorsqu’ils boivent, du lever au coucher du soleil, ils picolent sévère. Un peu de bière et beaucoup de rhum. Comme ils ont le charrette vindicatif, le ton monte, enfle, explose. Et les coups pleuvent, de part et d’autre, mais c’est surtout elle qui en fait les frais car le gars est un costaud. Elle a plusieurs fois porté plainte.

Karine et Eddy, pas égoïstes, sont adeptes des jeux amoureux spéciaux, de préférence à plusieurs. Ce soir du 26 septembre 2013, sans doute émoustillés par le 49°, ils invitent une amie "proche" à partager leur lit. Cela débute bien, jusqu’à ce que Karine trouve que son bonhomme s’occupe plus de l’invitée que d’elle-même. Elle veut alors arrêter, ce que lui n’admet pas, les disputes commencent, les claques aussi. La séance gymnique stoppe aussi sec. Ils décident de reconduire leur partenaire occasionnelle chez elle.

En cours de route, la vessie titillée par les nombreux liquides ingurgités, elle demande à son compère de s’arrêter pour qu’elle puisse expulser le trop-plein. Elle n’est pas plus tôt descendue qu’il repart en trombe, bien décidé à finir une joute qui lui a laissé un goût de pas assez.

En pétard, à pied, en chaleur et en tenue très légère, elle marche jusque chez une amie et décide alors de se venger de cet affront à son honneur et à sa vertu, laquelle ne risque pourtant plus rien depuis longtemps. Mais les vapeurs trop titrées ont parfois de ces conséquences insoupçonnables… Ce que femme veut…

Elle débarque en trombe chez une copine. Trajet classique, pompiers, hosto, police, munie du certificat médical constatant la réalité des coups qu’elle a subis. Et les autres… forcément, après la séance amoureuse! Plainte pour viol. Contre son copain attitré mais aussi contre un autre dalon occasionnel "rien que pour le faire chier parce que je ne l’aime pas!" A quoi tient l’ire féminine…

Avec le certificat médical et les traces visibles sur son corps, les enquêteurs commencent par alpaguer l’homme. Puis, très vite, les nombreux détails qui ne collent pas les titillent. Notamment les déclarations contradictoires de la "pauvre victime" qui s’enferre dans des contradictions à n’en plus finir.

Pressée de questions, elle finit par admettre que tout ça, c’est de la daube. Elle a voulu se venger, des coups mais aussi d’une séance de privautés dans laquelle estimait ne pas récolter sa juste part.

N’empêche que son coquin a bien failli finir aux Assises pour viol avec violences. En fin de compte, tous les deux comparaissaient, elle pour déclarations mensongères, lui pour coups et blessures.

"J’étais bien à Domenjod"

"Vous avez bu ? Vous êtes calmée maintenant ?" s’inquiète la Présidente Peinaud tandis que le couple maudit s’approche de la barre. "Oui" aux deux questions. "Une bière ce matin et du rhum après, tous les deux", avouent-ils sourire aux lèvres, inconscience en batterie. En jurant leurs grands dieux ne pas avoir de pile plate dans la poche.

L’affaire, qui pouvait paraître amusante au premier abord, s’avère sordide. Très sordide, notamment dans les détails qu’elle avait donnés aux enquêteurs concernant le soi-disant viol.

Pas contrariants, ils reconnaissent tout, l’addiction, les cris, les disputes, les coups, avec une nuance : "Comme je suis un homme, je suis plus fort donc je cogne plus fort. Mais elle cogne aussi". Ce qui ne justifie pas les coups de planchettes, de poings ou de pied de sa part ; ni les coups de n’importe quoi lui tombant sous la main de sa part à elle.

Les réponses de Karine au substitut Saunier sont désarmantes : "Oui j’ai déjà été emprisonnée… J’étais bien à Domenjod… Y’avait pas d’alcool… Des projets ? Oui, rester ensemble !!! ... Les violences durent depuis quatre ans… Il menace de m’astiquer si je le quitte…" N’empêche qu’en attendant leur tour, ils étaient amoureusement accolés, main dans la main. Comprenne qui veut.

"Je ne veux pas requérir aux Assises !"

Le substitut a souligné le passé douloureux de la femme et les personnalités troubles des co-accusés. "Mais il n’empêche que des gens ont été accusés à tort ; et que lui n’a jamais mesuré ses coups. Ce que vous avez fait, madame, est anormal ; mais ce que vous avez subi l’est tout autant, dira-t-il avec force en les regardant dans les yeux. La spirale alcool/violence est infernale et il faut que ça cesse. Je n’ai pas envie d’avoir à requérir aux Assises un de ces jours !"

Ce qui est réglé comme du papier à musique si ces deux-là restent ensemble, ça ne fait pas un pli.

La Cour a suivi en tous points les réquisitions. Six mois avec sursis pour chacun, obligation de soins concernant leur terrible addiction, interdiction de vie commune et même de se fréquenter. Ce qui devrait (?) mettre fin à une cohabitation désastreuse.
Ils ont juré de respecter les condamnations à la lettre… et sont repartis main dans la main, sourire aux lèvres. Fasse Dieu que la vision de M. Saunier ne soit pas prémonitoire !
 
Vendredi 5 Juin 2015 - 10:01
Jules Bénard
Lu 4155 fois




1.Posté par EKOLO le 05/06/2015 17:40
Eh oui, des fois c'est comme ça l'amour. J'en ai connus quelques uns, des couples comme ça. En général, vers les 60/70 ans, ça se calme un peu.

Ca me rappelle une internaute qui reconnaissait en direct sur Zinfos avoir un faible pour Joey Star parce qu'il est violent.

2.Posté par EKOLO le 05/06/2015 18:02
Non, en fin de compte, ça me revient : l'internaute disait qu'elle n'aimait pas Joey Star parce qu'il n'est pas violent. Ce qui revient à peu près au même, c'est seulement par souci de la vérité à 200% que j'ai pris la peine de rectifier.
D'ailleurs, je l'avais rassurée immédiatement en lui fournissant un lien internet sur la vie de Joey Star, son parcours musical, son parcours judiciaire, sa conception de la romance amoureuse ...

Par la suite, elle a entretenu une brève -mais très violente- liaison avec notre ami KLD qui, sans être une "Star", a quand même à son actif un appel public à la torture sur une gramoune (affaire étouffée depuis, KLD ayant plaidé pour un regrettable malentendu).
C'est probablement ce qui avait séduit l'internaute en question.

Heureusement pour l'ordre public que toute cette histoire se passait uniquement sur internet.
A méditer quand même ...

3.Posté par Lossy le 05/06/2015 21:38 (depuis mobile)
Bravo au narrateur !!!! J aime votre façon de nous donner envie de connaître les détails ! J ai eu plaisir à lire votre article !

4.Posté par Jules Bénard le 05/06/2015 22:19
Merci à 3 LOSSY,.
J'écris pour me faire plaisir, c'est sûr, mais surtout pour donner du plaisir à nos lecteurs de Zinfos 974.
Votre satisfaction me va alors droit au coeur.
Quant à vous, cher EKOLO, je ne sais trop quoi vous dire, sinon d'écrire plus souvent.
Pas forcément parce que vous m'approuvez.
Mais si, au fait :continuez, continuez !!!!
Non, sans rire, vous avez du talent d'écriture. Et surtout,vous avez de l'humour, de l'humour "à froid", rare pat les temps qui courent.
Ravi d'échanger avec vous.
Votre style est hors concours.
Cordialement..

5.Posté par Totaly addicts! le 06/06/2015 18:48
6 mois avec sursis et obligation de soins: vu leur niveau d'imprégnation alcoolique et leur masochisme, je pense que ça ne servira pas à grand chose. Surtout que la dame a apprécié son séjour à Domenjod (sic)!

Au fait, à part boire et se taper dessus, ils font quoi dans la vie ces 2 là ?

Chômistes? Béqueurs d'clés? Bénéficiaires de revenus sociaux? Ou bien un des 2 travaille vraiment?

6.Posté par Jules Bénard le 06/06/2015 18:57
A posté 5 : ils sont tous les deux au RSA !

7.Posté par vanille le 06/06/2015 23:16
post 2
KLD qui, sans être une "Star", a quand même à son actif un appel public à la torture sur une gramoune (affaire étouffée depuis, KLD ayant plaidé pour un regrettable malentendu).

Non non l'affaire n'est pas étouffée, je l'ai justement ressortie aujourd'hui car KLD en prend à ses aises et avec moi - qui ne suis pas encore une gramoune mais ça viendra (lol), il n'a pas affaire à une ingrate ! Je déteste la provoc et KLD en abuse. Il n'a donc que ce qu'il mérite.

8.Posté par EKOLO le 07/06/2015 00:06
Cher JB

Parlons peu, parlons sérieux : le misérable chacal que je suis n'aura jamais l'impudence de prétendre songer à vous arriver à la moitié de la cheville, même sous hallucinogène.

Mais qu'un homme de lettres comme vous, dont le talent est reconnu et apprécié par tous (les gens équilibrés), me félicite sur mon écriture, je m'incline bien bas devant un tel honneur.

Ce qui m'inspire, c'est d'une part certainement une conjonction Mercure-Zafér dans mon ciel astral, mais surtout vos propres récits judiciaires. En plus de procurer un plaisir intellectuel aux lecteurs, vous faites des émules, soyez-en assuré.

Bien que nous ne nous soyons jamais vus, j'ai la certitude, maintenant, que vous avez une bonne tête.

Je demeure votre fidèle abonné,
EKOLO

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales