Economie

Les agrumes péi tentent de lutter contre les importations

Ce week-end, Petite-Île met en avant le travail des producteurs d'agrumes. Cette manifestation permettra aux consommateurs de s’approvisionner à nouveau en fruits gorgés de vitamines qui font la fierté des "agrumiculteurs" de la commune. L'occasion aussi de faire le point sur une filière dont la balance entre importation et production locale penche encore pour la première.


Les agrumes péi tentent de lutter contre les importations
 
Combiner sortie "week-end" et plaisir de déguster péi, c'est tout l'intérêt de la Foire aux agrumes et fleurs de Petite-Île qui commence ce vendredi 24 juin (Lire : Petite-Île fait sa foire aux agrumes). Une opportunité supplémentaire, aussi, de faire pencher la balance de la vente des fruits du côté de la production locale.

Parmi les fruits produits à la Réunion, la famille des agrumes est la plus soumise aux importations (4.224 tonnes en 2009, soit 39 % de la production locale). En dépit d’une légère tendance à la baisse, les quantités d’oranges importées restent importantes, variant entre 2.500 à 3.000 tonnes.

En 2008, les oranges représentaient près de 70% des importations totales d’agrumes, les citrons 15%, les mandarines 8%, et les autres agrumes 7%.

Les collectivités ne jouent pas forcément le jeu du local

Un des enjeux de la filière agrumes, surtout celle du tangor, est de diminuer la part prise par l’orange importée (2.910 tonnes tout de même en 2009), notamment au niveau des collectivités pour alimenter les cantines scolaires notamment.

L'enjeu crucial de la recherche

La production essaie de se stabiliser, mais les difficultés rencontrées par les planteurs (aléas climatiques, vergers vieillissants, la part importante des importations et bien d’autres facteurs) pourraient mettre à mal la présence de ces produits identitaires sur les étals. En effet, depuis 2009, la production subit une perte de vitesse et les tentatives pour relancer la filière fleurissent.

De nouvelles pistes sont explorées par les techniciens des services de la chambre d’agriculture avec l’ARMEFLHOR et le CIRAD, pour permettre aux agrumiculteurs d’apporter de nouvelles variétés d’agrumes plus résistantes avec un meilleur rendement. Ces recherches permettant de déboucher sur des produits d'une plus grande résistance aux aléas permettraient à cette filière de s'écouler tout en gardant toute sa qualité.

Les préférences des consommateurs jouent des tours aux produits locaux

Avec 13 ha de citrons, la production de citrons est très faible à la Réunion et les importations s’élevaient à 660 tonnes en 2008, malgré cela la commercialisation des citrons pays est relativement difficile. Ce paradoxe trouve son explication dans la différence variétale entre les citrons d’importation jaune et les citrons réunionnais, de couleur verte, moins prisés par les consommateurs. Nul n'est roi en son pays.

D'autres chiffres :

La mandarine, principalement la variété "Beauty" occupe plus de 45% de la surface totale consacrée aux agrumes. Ceci engendre aujourd’hui des problèmes d’écoulements dus à des pics de mise en production entre mai et juillet. La Réunion cultive 150 ha de mandarines.

La clémentine est le premier des agrumes à arriver sur les marchés réunion- nais (de mars à mai). En fin de période de production celle-ci est fortement concurrencée par la mandarine. 40 ha de clémentines sont cultivées à la Réunion.

La production d’oranges (120 ha), deuxième espèce d’agrumes présente à la Réunion, est dominée par l’hybride Tangor qui représente 60 % des surfaces.
Vendredi 24 Juin 2011 - 17:22
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2377 fois




1.Posté par noe974(le vrai) le 24/06/2011 17:38
En cette saison froide , il est bon de consommer ces fruits fraîchement cueillis , remplis de vitamine C pour lutter contre les états grippaux ....à consommer sans modération !
tisane : en décoction : écorce d'agrumes + écorce de benjoin+miel+rhum+feuille de cannelle .....à boire chaud le soir avant de dormir (rhum à ajouter quand c'est pour un adulte)...Un bon "grogue" empêche de tousser ....

2.Posté par Choupette le 24/06/2011 20:21
Je n'ai JAMAIS vu un tangor dans le rayon fruits et légumes dans un super/hypermarché de l'ouest.

Les agrumes qu'on trouve ici viennent d'AS ou d'Israël.

@ 1.Posté par noe974(le vrai). Ouais, peut-être...

En tous cas, on dit et écrit "GROG". Ce qui donne "GROGGY"= assomé.
Logique.
Perroquet vert.

3.Posté par Anti cons et connes le 25/06/2011 00:29
Il faudrait peut-être oeuvrer du coté de la qualité et de la constance de la qualité ...
A une époque, on trouvait des agrumes du pays absolument succulents, à tel point que les consommateurs ont pu découvrir ce qu'est un agrume par rapport à ce qui doit désormais être qualifié de saloperie acide d'Israël ou d'ailleurs.
Ensuite, la production locale a connu les mêmes travers que les produits d'importation : cueillette prématurée et obtention d'un jus qui ressemble davantage à de l'acide chlorhydrique qu'à du jus d'orange ...
Quant à certaines productions, il ne faudrait pas parler de culture de Tangors mais de culture de pépins de Tangor. Certains agriculteurs semblent avoir sélectionné des espèces pour donner 50% de leur poids en pépins. Non, non, c'est le contraire qu'il faut faire : il faut sélectionner les arbres qui donnent des fruits avec peu de pépins. Les pépins sont ces petites choses dures difficilement avalables qu'on appelle "grains" en créole (ou "grin" en kréol sossialisss Alin Arman*).

* Qu'est ce qu'il devient celui-là ? Il est mort ? Non ! Dommage.

4.Posté par Civilisation le 25/06/2011 09:40
Toute cette affaire est carrément un problème de civilisation : comment expliquer qu'une boîte de tomates en conserve qui fait le tour de la planète est moins chère que les tomates cultivées à 30 kilomètres de chez soi ?

5.Posté par citron pays le 10/03/2012 11:08
producteur d'agrume dans en coopérative, celle-ci préfère acheter en Afrique du Sud plutôt que de faire travailler ses adhérents, la qualité et quantité sont assuré à l'importation alors qu'en local il y a des problème de climat. petit rappel en ses périodes de vie "chère" un Kilo d'orange importé coute 47 cts quand il est sur le sol réunionnais et revendu 2, 40 € en grande surface. une tangor local à un cout de production de 80 cts et est vendu par l'agriculteur entre 1€ et 1,20€, celle ci se retrouve dans les magasins à 2,40 €.
la coopérative et la grande distribution multiplient par 5 leurs margent sur un produit d'importation et seulement 2 sur un produit local ... je vous laisse faire le calcul et savoir qui est à avantage a ne mettre dans les magasins que des produits d'importations.

petit rappel : il faut 6 ha irrigué en canne à sucre pour faire vivre 1 agriculteur et seulement 1,5 ha en agrume. plus on consommera local au détriment de l'importation, mieux la production local va s'écouler et insiter les canniers à se diversifier au bénéfice de l'emploi local ! et de la mise en valeurs de notre savoir faire!

Pour ceux qui trouvent qu'un agrume pays à trop de pépin ... ici je n'utilise que des produits homologués et j'ai fais la démarche de ne plus utilisé de produit issu de l'industrie chimique, je respect le cahier des charges bio à 90 % tout en donnant une tracabilité exemplaire, la qualilté du miel et des analyses pratiqué est là pour confirmer mes bonnes pratiques. les produits d'importations sont sans tracablité, traité avec des produits non homologué en france et en europe ... Pour avoir des fruits sans grain (parténocarpique) ils sont traité avec de l'étrel, favorisant une nouaisons des fruits sans fécondation naturel, des résidus se retrouve dans l'estomac du consomateur. aujourd'hui certains pays ont interdiction d'importer des agrumes en france suite à des teneurs dix fois supérieurs aux normes autorisés. Alors à prix égal et avec une apprarence moins jolie n'esitez pas à prendre un produit pays certe vos yeux ne seront pas émerveillé mais votre santé appréciera ...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales