Social

Les agents de maintenance de Bois-Rouge refusent d'être convoqués

Depuis 8h, ils sont 50 manutentionnaires de la centrale thermique de Bois-Rouge à débrayer de leur poste. Objet du mouvement social : la convocation par la direction de deux premiers agents qui avaient refuser d'être réquisitionnés ces dernières semaines.


Les agents de maintenance de Bois-Rouge refusent d'être convoqués

11h45
: Les agents "débrayeurs ont repris le travail malgré le statut quo concernant les convocations de certains agents de maintenance. "Nous déciderons d'une suite à donner à notre mécontentement", affirme Nicolas Bègue, représentant des agents EMS de Bois-Rouge.

Depuis 8h : Mouvement d'humeur depuis ce matin 8h à la centrale thermique de Bois-Rouge. "50 agents d'exploitation et de maintenance de service (EMS) sur 60 ont décidé de montrer leur opposition à la convocation de deux des leur", lance Nicolas Bègue, représentant de la CGT EMS.

"Seuls les cadres continuent leur travail. Des cadres à qui ont a remis la conduite du service jusqu'à 11h", heure à laquelle le débrayage doit cesser. "Mais nous sommes prêts à poursuivre si aucune réponse n'est donnée de la part de la direction d'ici 11h".

A la date du 23 mai, deux agents ont été convoqués par la direction suite à des réquisitions du personnel qu'ils auraient esquivé. D'autres convocations doivent arriver. "On leur a signifié leur convocation en précisant dans la lettre que la date de l'entrevue sera communiquée ultérieurement".

Production pas menacée

"Ce n'est pas aux dirigeants de faire cela mais à la justice. C'est d'autant plus étonnant que ces deux agents n'avaient pas été convoqués par le tribunal", poursuit Nicolas Bègue. Du côté de la centrale thermique du Gol, aucune convocation n'a été émise selon le représentant des agents de maintenance. "Il s'agit d'un excès de zèle de la direction".

La production électrique de la centrale thermique de Bois-Rouge n'est pas menacée pour le moment. "Trois heures ce n'est pas assez pour poser des problèmes car les cadres ont la conduite à suivre, et ils y sont habitués mais au-delà oui, le problème se posera", répond Nicolas Bègue.
Lundi 23 Mai 2011 - 10:12
Ludovic Grondin
Lu 1873 fois




1.Posté par noe974 le 23/05/2011 12:33
Qu'on arrête les conflits inutiles et qu'on se mette autour d'une table !!!

2.Posté par jean Jouhis le 23/05/2011 11:49
ils REFUSENT d'etre convoqués !!!
MDR
parlons FRANçAIS si possible !!

ce n'est pas a eux de décider qui il faut convoquer ! ils sont les décideurs ?

éventuellement qu'ils refusent de répondre à la convocation ce n'est pas pareil
et là ils risquent d'être poursuivis ou licenciés !

payés comme ils le sont , ils feraient mieux de mettre profil bas


3.Posté par droit de s'exprimer le 23/05/2011 15:50
comme d'habitude certains parlent de ce qu'ils croient savoir.
Les décideurs doivent aussi respecter la loi, le droit existe aussi pour les employés dans quelques entreprises qu'ils soient.
Effectivement, si il y avait une vrai discussion pour que les conflits s'arrêtent et que le droit soit respecter ce serait fini mais comme on dit chez nous c'est beaucoup mieux faire "zoreil cochon dan marmite pois".

4.Posté par polo974 le 23/05/2011 21:41
"payés comme ils le sont , ils feraient mieux de ... "

Chiffres et source vérifiable SVP.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales