Société

Les acteurs publics sensilisés à la lutte préventive contre la radicalisation


Les acteurs publics sensilisés à la lutte préventive contre la radicalisation
La préfecture de La Réunion accueille en ce début de semaine le préfet Pierre N’Gahane, secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD). Celui-ci animera un séminaire de formation et d’information à l’égard de l’ensemble des acteurs et partenaires de la lutte préventive contre la radicalisation et la délinquance.

La venue du préfet N’Gahane s’inscrit dans un objectif de meilleure information, formation, et coordination des différents acteurs prenant part à la prévention de la radicalisation et de la délinquance que sont les forces de l’ordre, les magistrats, les élus, les coordonnateurs de CLSPD, mais aussi le monde associatif partenaire.

La prévention de la délinquance à La Réunion

La Réunion se situe au 67e rang des départements français en terme de faits de délinquance constatés, ce qui le classe dans la catégorie des départements relativement sûrs.

La déclinaison départementale de la stratégie nationale de prévention de la délinquance s’articule désormais autour de  conseils locaux  de sécurité et de prévention de la délinquance  (CLSPD) coordonnés par le conseil départemental de prévention de la délinquance (CDPD).

Le CDPD a notamment pour objectifs de lutter contre les dangers liés à la consommation abusive d’alcool, conforter la lutte contre les violences faites aux femmes et intrafamiliales, réduire l’insécurité routière, renforcer la sécurisation des établissements scolaires, lutter contre les dérives sectaires, et développer la prévention d’actes de malveillance par la vidéo-protection.

La prévention de la radicalisation à La Réunion

La Réunion n'est pas épargnée par le phénomène de radicalisation, comme l’a illustrée l’arrestation, le 2 juin dernier de cinq personnes soupçonnées d’association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes.

La plateforme nationale de signalisation, créée par le ministère de l’Intérieur, permet à toute personne de signaler un individu radicalisé. Les services de l’État à La Réunion effectuent un suivi précis de ces signalements, en coordination avec l’autorité judiciaire locale ainsi que les services de renseignement.

Le volet préventif de la lutte contre la radicalisation a été mis en place au sein d’une cellule départementale de prévention et de partenariat entre les services de l’État, le conseil départemental, et les communes concernées afin d’échanger l’information et de coordonner l’action préventive des acteurs sur le terrain. Deux associations ont répondu à un appel à projet visant à l’accompagnement de jeunes signalés comme pouvant se radicaliser ainsi qu’à celui des personnes ayant signalé un cas de radicalisation à la plateforme d’appel.
 
Lundi 21 Septembre 2015 - 16:07
Lu 783 fois




1.Posté par rom le 22/09/2015 09:24 (depuis mobile)
Pour la prévention de la radicalisation : commencer par bannir Nour Olivier Bassand d'antenne ? Parce que pour ce qui est de la démagogie et de la création d un climat haineux, il est champion. Sur une antenne nationale il ne serait déjà plus là...

2.Posté par elson le 22/09/2015 09:39
Pour la vraie sécurité de tous, des solutions de bon sens à la portée de n'importe quel élève de maternelle s'imposent comme par exemple l'interdiction du retour en France pour les djihadistes et la perpétuité s’ils se pointent quand même ou encore la prison avec une TRES longue peine pour les jeunes qui visitent des sites incitant au terrorisme.

Ajoutons aussi la peine de mort validée par référendum pour ceux qui auront démontré leur volonté de passer à l’acte sur le sol national ; ainsi, leur nombre diminuera et le risque d’action pour les faire évader sera de zéro.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 09:00 Les Avirons: Le noël magique des micro-crèches

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales