Economie

Les acteurs du BTP dénoncent le "mépris des politiques de la Réunion"


Regret et colère. C'est ce qu'ont exprimé, à l'occasion d'un débat ce vendredi matin, plusieurs acteurs issus du monde du BTP en constatant les fauteuils vides des maires de la Réunion, à l'exception de celui de Thierry Robert, maire de Saint-Leu, entouré du représentant du Préfet, des députées, Ericka Bareigts et Huguette Bello, du conseiller général, Pierre Vergès, ainsi que du sénateur, Paul Vergès.

A l'heure où la filière construction se trouve en pleine tourmente, les professionnels ne peuvent concevoir que les décideurs ne trouvent pas la peine de se déplacer. "Crise", "catastrophe", "disparition d'entreprises", "perte d'emplois", "urgence"… Les témoignages n'ont fait que confirmer que le secteur du BTP, qui est passé de 25.000 à 10.000 salariés en 10 ans, connait une crise sans précédent à la Réunion.

"C'est un mépris pour l'économie du BTP. Je vois ici des chaises vides. Ca me met en colère", s'indigne le représentant de l'UPA, Franck Legros, applaudi par l'assemblée. Le président de la CGPME, Dominique Vienne, le fait également remarquer en préambule de son intervention: "Je suis atterré de voir toutes ces chaises vides. C'est une fuite, un manque de confiance", s'indigne-t-il.

"Nos entreprises tombent comme des mouches"

Le président de la FRBTP (Fédération Réunionnaises du Bâtiment et Travaux Publics), Bernard Siriex, s'est appuyé sur des chiffres très évocateurs pour expliquer la situation de "souffrance" dans laquelle se trouve l'ensemble de la filière. Le président de la Capeb, Cyrille Rickmounie, s'est contenté de lancer: "Nos entreprises tombent comme des mouches".

Et à écouter les témoignages ici et là, le ciel n'est pas encore prêt de s'éclaircir: "La crise de 2015 est pour nous actée, lance un représentant des architectes, et 2016 et 2017 prennent le même chemin". Une patronne d'un cabinet d'économistes annonce la couleur: "Je ne sais pas si je vais finir l'année 2015". Un gérant d'une entreprise de concassage confirme: "Notre budget était annuel. Il est aujourd'hui mensuel, voire journalier", commente-t-il estimant ne plus avoir aucune lisibilité sur l'avenir.

L'interprofession demande une aide d'urgence mais aussi le déblocage immédiat des projets qui "dorment" par manque de financement, ou par lenteur administrative fustigent certains… Et si l'idée de Paul Vergès d'envoyer une délégation à Paris pour défendre la cause réunionnaise auprès du gouvernement a séduit une partie des personnes présentes, Ericka Bareigts ou encore Thierry Robert n'ont pas manqué d'insister sur la nécessité d'agir en premier lieu localement, en débloquant notamment certains marchés et chantiers dans les plus brefs délais et sur la base d'un travail au cas par cas.

Ceci devrait se faire à l'occasion d'un nouveau HCCP (Haut Conseil de la Commande Publique), instance créée il y a quelques années dans l'objectif de mieux gérer la commande publique. Le représentant de l'Etat a d'ailleurs insisté sur le fait que ce HCCP permet déjà de lister les projets, leur montant et leur calendrier et qu'il pourrait mieux fonctionner avec une mobilisation de tous les acteurs.

Un secteur de la construction en ruine

"Il faut faire en sorte que les enjeux de la commande publique soient mieux compris, il faut améliorer la gouvernance et mieux comprendre la mise en relation entre les collectivités et les entreprises", a-t-il expliqué rappelant par ailleurs que, sur ces dernières années, la commande publique a augmenté alors que la commande privée s'est elle "effondrée".

Ces problématiques ont enfin permis de dresser un triste constat, celui de la qualité de la construction à la Réunion. "La perte de certains métiers et de savoirs-faire, les difficultés rencontrées par les entreprises, impactent sur nos réalisations", explique un architecte. Le représentant d'un bureau d'études complète: "On constate une baisse importante dans la qualité des prestations, je ne parle même pas des conséquences sur la sécurité des travailleurs sur les chantiers qui utilisent des matériaux et des dispositifs médiocres et précaires", conclut-il.


 
Vendredi 30 Janvier 2015 - 16:16
MR
Lu 2388 fois




1.Posté par ZembroKaf le 30/01/2015 17:27
Band' là la vé pu lessens dans zot gros loto !!!

2.Posté par titi974 le 30/01/2015 17:51
Le triste constat sur la qualité des travaux à la Réunion est bien réelle quand des locataires de logements neufs sont inondés lors des dernières fortes pluies et d 'autres logements neuf devenus insalubres suite à l humidité en quelques mois en effet y a des questions qui méritent de se poser sur le sérieux de certains travaux....

3.Posté par garantie le 30/01/2015 18:31
les collectivités locales (communes) sont appelées en garantie pour les opérations réalisées par les SEM HLM.. les finances des communes permettent elles encore de prendre des niveaux de garantie ??

4.Posté par pei de mafieux et en danger..!!! le 30/01/2015 18:51
pendant tout ce temps les maires se frottent les mains!!!

5.Posté par KLD le 30/01/2015 20:55
Huguette à coté de titi , c'est trop comique !

6.Posté par Oté Thierry - koman y lé le 30/01/2015 21:20
si nous regardons bien la photo, nous avons le nouveau couple de l'année : Thierry et Huguette.

juste une question à nos 2 élus qui soutiennent le gouvernent PS, qu'attendez-vous pour être le porte parole des Réunionnais.

jusqu'à quand allez-vous être les béni oui-oui de ce gouvernement.

Vous avez certainement tous les 2 bénéficier du soutien du gouvernement pour vous sauver de vos compte de campagne. Et, quand Thierry parle de manipulations, je parlerai plus de cinéma de sa part.

Les réunionnais doivent savoir que derrière votre candidature, c'est bien le bras de Hollande qui agît.

merci pour votre tromperie.

7.Posté par KLD le 30/01/2015 21:53
c'est un post sur l'amdr ?

8.Posté par R I P O S T E le 30/01/2015 22:00
Ces acteurs du BTP , des comiques

Des élections arrivent à grand pas avec la version passe moi le bol de grain je te prête la cuillère

Honte à ces acteurs du BTP

9.Posté par johnny le 31/01/2015 04:55
les maires sont occupés a defendre leurs salaires de conseillers generaux on voit vraiment ou vont leurs priorités

10.Posté par Laïcien le 31/01/2015 09:28
C'kom ça dans les collectivités ,, la politique de la chaise vide ,,RESPÉ pour la DAME DE COEUR : BELLO et Mr TIERRY de zot PRÉSENCE .

11.Posté par rr le 31/01/2015 09:42
Avec un foncier 3 fois plus élevé qu"en métropole, ça n’attire pas les investisseurs! (terrain à 300€/m2 et impôts fonciers beaucoup trop élevés)

12.Posté par KLD le 31/01/2015 16:59
le bas conseil de la commande publique , sa la pa nout margie sudre locale sa ?

13.Posté par KLD le 31/01/2015 19:55
personne de l'amdr ?

14.Posté par Kaloupillé le 31/01/2015 21:53
Tant mieux , comme ça ce petit Cailloux va respirer un peu ... à force de mettre du Béton partout ça bouche les yeux des B.T.P. va construire à Madagascar avant que les Chinois arrivent tous en même temps ...

15.Posté par ah ah ! le 31/01/2015 22:17
13 vous allez rire, j'avais cru que vous parliez de l'ampr, le machin dont on ne parle qu'avant chaque élection ...

16.Posté par KLD le 31/01/2015 22:46
je suis peut etre naif , mais c'est quoi l"ampr ? l'empr , comme didi 1er , je connais , ( le pov!) mais l'ampr , les "Ames en Misouk pour Raccoler" , bref le b a ba des zébus !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales