Municipales 2014

Les Femmes à l’épreuve des municipales

Tous les lundis, la rédaction de Zinfos974 vous propose un article d'analyse politique, et ce jusqu'à la semaine du premier tour des Municipales 2014. Cette chronique a pour objectif d'apporter un éclaircissement sur les enjeux multiples de cette élection, et de vous aider à les décrypter.

Après avoir été exclues de la vie politique par décrets du 24 mai 1795, les femmes obtiennent en France le droit de vote par l’ordonnance du 21 avril 1944. Elle est étendue à La Réunion, alors encore colonie, quelques mois plus tard, en novembre. C’est donc à des élections municipales, celles de mai 1945, que les femmes peuvent voter pour la première fois. La Réunion compte alors 23 communes.

Près de 550 conseillers sont élus pour siéger dans les conseils, seules 37 sont des femmes. Si quelques unes occupent des fonctions d’adjointes, aucune ne sera maire. Une situation qui va être inchangée pendant deux décennies. A ce jour, seules 3 femmes accéderont au fauteuil de maire à La Réunion.

Leur parcours, leur mandat, et leur évolution, ne manquent pas d’enseignements. Ce lundi, découvrons ou revisitons la situation des 2 premières d’entre-elles.


Les Femmes à l’épreuve des municipales
Marie-Thérèse de Châteauvieux, à l’état civil Marie-Thérèse d’Armand de Châteauvieux, et pour les Saint-Leusiens "Mamzelle", est la première femme à accéder aux fonctions de maire à La Réunion.

En 1965, candidate pour sa première élection, sur la liste conduite par le maire sortant, Henri Bègue, Marie-Thérèse de Châteauvieux se retrouve maire-adjointe, occupant le troisième rang au sein du conseil. Henri Bègue, peu désireux de poursuivre un second mandat à la direction de la commune, arguant de son état de santé, démissionne dans les mois qui suivent sa réélection et part pour la France. C’est "Mamzelle" qui est choisie pour lui succéder.

L’incapacité de ses colistiers au sein du conseil a participé pour beaucoup à l’élection de "Mamzelle" faisant d’elle la première femme à occuper les fonctions mairales dans l’Ile. Mais ce n’est pas uniquement un choix par défaut. "Mamzelle", qui a fait des études de comptable, a en effet une grande expérience de la gestion, gérant, d’abord avec son père, puis à son décès, seule, l’immense propriété familiale des de Châteauvieux, avec énergie, autorité et efficacité.

Sans doute a-t-on aussi pensé que bon sang ne saurait mentir. Plusieurs de ses aïeux avaient déjà en effet occupé les fonctions de maire à Saint-Leu. Le premier d’entre-eux est son arrière grand-père, le Marquis Joseph Antoine Sosthènes d'Armand de Châteauvieux. Ce descendant d’une famille de haute noblesse de Bourgogne, ruinée par la Révolution, ingénieur de métier, spécialisé dans l’industrie sucrière, est venu s’installer dans la colonie à la demande de Charles Desbassyns. L’ingénieur ne fera pas que seconder ce dernier. Il va aussi s’allier matrimonialement à cette puissante famille, occuper d’importantes fonctions politiques, à Saint-Leu, mais aussi au Conseil général qu’il présidera pendant des années, tout en veillant à développer ses propres affaires.

Maire, sans avoir conduit de liste en 1965, "Mamzelle" sera ensuite candidate à sa succession, avec succès, en 1971 et 1976, pour être battue aux élections de 1983, par le communiste, Mario Hoareau, celui là même qui avait été délogé de la commune par la fraude électorale, 25 ans plus tôt. "Mamzelle" ne siègera pas dans le nouveau conseil préférant démissionner. Elle se retire alors de la politique, ne souhaitant pas renouveler son mandat de conseillère générale, dont on écrit partout à tort qu’elle était également la première femme à exercer une telle fonction.

La force d'Huguette Bello face au PCR, sa popularité

Huguette Bello, engagée très jeune en politique, au sein du Front de la Jeunesse Autonomiste de La Réunion (le FJAR), du PCR et de l’Union des Femmes Réunionnaises (UFR), est la deuxième femme à accéder aux fonctions de maire à La Réunion, 40 ans après Marie-Thérèse de Châteauvieux. Militante fidèle, déterminée, et de tous les instants, ses premiers mandats, Huguette Bello  les décroche à Saint-Pierre.

Elle sera ensuite envoyée par la direction de son parti à La Possession, alors peu satisfaite des pratiques du maire communiste, Roland Robert. Elle n’y fera qu’un mandat comme adjointe au maire, retirant de cette amère expérience possessionnaise, la conviction que, sans valeurs, les pratiques politiques ne peuvent qu’être dissolues et leurs auteurs se perdre, fussent-ils habiles dans l’usage des mots. Voilà donc Huguette Bello décidée à aller militer à Saint-Paul,  cette commune que, depuis des années, le PCR est désireuse de conquérir, mais sans succès.

En 1995, elle est élue conseillère municipale de l’opposition sur la liste conduite par Paul Vergès. Deux ans plus tard, elle est la première femme à être élue députée. En 2008, c’est Huguette Bello qui est choisie par les militants de son parti pour diriger la liste communiste à Saint-Paul. Mais entre-temps, très critique sur les conduites de son parti, tant dans ses alliances surprenantes, que dans son fonctionnement interne, ses relations sont devenues mauvaises avec la direction du PCR. Une direction qui hésite à la sanctionner ouvertement tant sa popularité, au sein de la famille communiste comme au sein la population réunionnaise, est très élevée et la protège.

Le traitement des femmes dans les appareils politiques... peu honorable

Convaincus qu’elle sera battue à Saint-Paul, les dirigeants du PCR attendent son échec avec impatience pour régler "son cas", mais à leur grande surprise elle est élue! Aussi quand le Tribunal administratif annule l’élection municipale de Saint-Paul, pour la distribution, hors délai d’une histoire de tracts, il n’est plus question pour la direction du PCR de s’en remettre aux seuls électeurs pour faire battre Bello. Elle décide de faire élire, au nom d’intérêts "stratégiques", son adversaire UMP, Alain Bénard. C’est ainsi qu’une vice-présidente de Région, proche parmi les proches de Paul Vergès, alors à la tête de la Région,  Jocelyne Lauret, rallie Alain Bénard. L’objectif de la dirigeante du PCR, en service commandé, c’est clairement de provoquer la défaite sa "camarade" de Parti. Mais ce "scud" qui devait abattre Bello, ne fait que révéler les turpitudes de la direction du PCR, et se retourne contre elle. Huguette Bello triomphe.

Aux législatives qui suivent, la volonté des dirigeants communistes de la liquider est déterminée. Mais elle se soldera par l’implosion du PCR, la création par Huguette Bello de son propre parti, le PLR, et sa triomphale réélection comme députée pour son quatrième mandat consécutif.
Elue par défaut, élue "malgré" ou élue en "attendant", comme pour Yolande Pausé, la troisième femme maire, le traitement souvent réservé aux femmes en politique révèle crûment des pratiques qui n’honorent pas les fonctionnements des appareils de partis. Les ralliements croisés, de Marie-Andrée Lacroix -Faveur passant d’Objectif Réunion au PCR, ou d’Aline Murin-Hoarau passant, elle, du PCR à Objectif Réunion, n’invalident en rien cette analyse. On peut également, dès lors comprendre pourquoi le PLR de Bello ne pouvait, sans se renier, accepter "la désignation démocratique" de Claudy Fruteau, épouse d’Eric, maire sortant ne pouvant se représenter, aux municipales à Saint-André. 
Lundi 3 Mars 2014 - 09:57
Eliard de Laleu
Lu 1616 fois




1.Posté par bourbon pointu le 03/03/2014 11:53
Ah les "alliances stratégiques" , comme c'est bien dit!
Voilà qui a du certainement contribuer à redorer le blason de la politique!

2.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 03/03/2014 16:41
Il serait enfin intéressant de connaitre, 70 ans après, ce que pensent ces Femmes du massacre judiciaire des 90% d'Enfants et Pères maintenu aux JAFs et Correctionnelle ....

Ces Femmes crient a la PARITE dans TOUS LES DOMAINES, avec raison, sauf aux JAFs ou elle continuent a s'opposer aux droits des Enfants et leurs Pères contre toutes notions d'égalité et de respect mutuel... ... Une opinion peut être ? ou le même silence complice que depuis toujours ?!

Crier ne fait vraiment pas sérieux, quand on est incapable de se remettre en cause sur L'ESSENTIEL
quand on prétend défendre les "intérêts des Enfants" en le liant autant au fric qui en découle....

N'est ce pas ? Un peut d’honnêteté d'esprit ne peut pas nuire a qui prétend être adulte et paritaire.

3.Posté par noe le 03/03/2014 18:06
Les femmes ont beaucoup de mérites !
Certains machos-bobos-idiots-cocos-de-l'eau péi ne cessent de dire des idioties sur les forums politiques sur la gente féminine de chez nous ! ...Ils ne savent qu'essayer de se mettre en valeur sans valeur !

Les hommes doivent être mis au fourneau au lieu de les laisser jacasser leurs conneries !
il est vrai qu'en ce moment on ne voit que des listes "conduites" par des mecs sans scrupules !

ça jacasse beaucoup mais ça n'a pas d'idées !

4.Posté par con-tribuable le 03/03/2014 20:20
votons pour elles et ça changera un peu des assoiffés de pouvoir qui sont là depuis des décennies, allez oser le changemant!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales