Société

Leptospirose : 38 cas en quatre mois à la Réunion


Leptospirose : 38 cas en quatre mois à la Réunion
38 cas de leptospirose ont été recensés depuis le début de l'année à la Réunion, selon le dernier bulletin de la cellule interrégionale d’épidémiologie de l’océan Indien (Cire). Les chiffres sont globalement conformes aux années précédentes puisqu'il y avait 20 cas recensés l'an dernier à la même époque et 52 selon les relevés de l'année 2010. Il y a donc plus de cas que l'an dernier mais moins qu'en 2010.

L'infection se transmet par l'urine des animaux infectés. Selon les informations du Journal de l'Ile, la recrudescence saisonnière de la leptospirose pourrait s'expliquer par l'importante pluviométrie enregistrée au mois de mars. Dans 20 % des cas, la maladie peut se compliquer mais aucun décès n'est à déplorer parmi les 38 personnes contaminés qui ont toutes été hospitalisés, certains même en réanimation.

Les cas sont répartis sur l'ensemble de l’île avec 43 % des cas dans l'Est du département, 24 % dans le Nord, 18 % dans l’Ouest et 14 % dans le Sud. Parmi eux, neuf personnes auraient été infectées dans le cadre de loisirs en plein air et notamment dans le cadre de loisirs en eau douce, souligne le Jir. Pour rappel, afin d'éviter une contamination, il est recommandé de se protéger avec des bottes et des gants. Il faut aussi éviter de marcher pieds nus sur des sols boueux, plus particulièrement lorsqu'on a des plaies.
Vendredi 4 Mai 2012 - 07:54
.
Lu 2341 fois




1.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 08:47
C'est la morsure du rat malade et dérangé dans son nid ou et surtout dans un silo de séchage de mais qui est le plus à craindre, et les bottes sont la seule bonne protection connue.

J'ai vu une touriste mordue au gros orteil dans les locaux des TOURETTES par un rat réfugié sous les présentations. Une fois tué on l'a envoyé à PASTEUR pour analyses.

2.Posté par polo974 le 04/05/2012 09:47
1.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 08:47
"C'est la morsure du rat malade... "

C'est totalement faux (et dangereux de colporter ce genre d'ânerie surtout en jouant de l'argument d'autorité en se qualifiant de Dr...) ! ! !

La lepto résiste longtemps en milieu ouvert, que ce soit dans l'eau d'une rivière ou sur les lieux souillés par des rats.

3.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 10:47
Merci pour les injures, c'est confraternel. Lisez la thèse de MICHELLE LAVALLEE réalisée après trois ans de recherche avec Madame LATASTE-DEROLLE, et vous verrez que s'il est exact que la leptospirose vit bien dans les milieux souillés par les rats comme vous le dîtes fort bien, il faut une écorchure au moins pour être contaminé en eaux souillées.

Les 50 cas de leptospirose hospitalisés à BELLEPIERRE de cette thèse surveillée par un jury de PASTEUR étaient tous mordus par des rats au gros orteil. Lisez au lieu d'injurier !

4.Posté par Princesse Fraise le 04/05/2012 10:50
Le rat c'est bien connu aime les champs de canne, les arbres fruitiers et ...les déchets....
Nous vous proposons de découvrir la flore endémique de l'Île de la Réunion en mutation : l'arbre à surprises pour rats ... à voir sur : http://www.bandcochon.re/site_media/uploads/imagemur/arbriusplasticus.jpg

5.Posté par ndldlp le 04/05/2012 12:27
voilà une belle promo pour l'IRT... : "à la Réunion, même les rats vous laisse un souvenir.."

à quand un rat "ambassadeur" de l'IRT ? mais c'est vrai que nous avons déjà une belle ribambelle de gratèr à l'IRT..

6.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 12:33
Il faut distinguer les sérologies positives mais non ascentionnelles avec peu de symptôes et les cas graves de spirochétose ictérohémorragique où à des syptômes inquiétants s'associent des preuves et une sérologie en hausse forte, qui ne représentent que 67% des cas déclaré à la Réunion en 2008. Les premiers sont bien moins inquiétants voire ne sont que des cicatrices sérologiques avec des signes non habituels.

Si les personnes ont peu de chance d’être exposées, il est plus efficace et moins dangereux de connaître comment éviter la contamination que de de vacciner, ce qui n'est pas sans inconvénient;

Mieux vaut s'empêcher le contact aves une eau douce contaminée ou avec de la boue alors que, pieds à terre, on est porteur d'une plaie ouverte.

Par contre les rats malades ne sont plus assez forts pour se sauver, alors ils vous mordent le pied avec force ! Tuer les avec un baton c'est assez facile et envoyez les aux services de détections.

7.Posté par Superman le 04/05/2012 12:47
Dr ANONYME pourriez vous nous donner le lien où trouvez ce document inédit?
merci

8.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 14:10
@Superman

La thèse de MICHELE LAVALLEE se trouve dans toutes les bonnes bibliothèques des hôpitaux. Demandez dans les bibliothèques universitaires des CHU ils sont obligés de les avoir; et, ici, peut-être à M VITRAC à St-Pierre, très bien informé.

Je me souviens que le docteur GAUTHIER faisait partie du jury médical avec les chercheurs de l'Institut PASTEUR. Je me souviens aussi de la gravité de ces cas avec une forte mortailité et même de péritonites avec ventre de bois qui avaient été pris pour des perforations : deux ou trois qui sont décédés aussi !

Bon courage

9.Posté par mi marche ec Melenchon le 04/05/2012 16:36
je ne comprend pas ce fait la tete de francois Fillon en illustration d'un article sur la leptospirose.

10.Posté par polo974 le 04/05/2012 18:02
3.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 10:47
"... et vous verrez que s'il est exact que la leptospirose vit bien dans les milieux souillés par les rats comme vous le dîtes fort bien, il faut une écorchure au moins pour être contaminé en eaux souillées."

Donc, il suffit d'avoir une petite blessure quand on se baigne dans un bassin contaminé ou se frotte involontairement à quelque chose de souillé.

Et pas mal de cas de leptospirose se déclarent sans morsure par le rat.

Et même si 90% des cas étaient dus à des morsures, il ne faut pas négliger les 10% restants, car, autant il est (relativement) facile de soigner une lepto au tout début, autant, ça dégénère très vite passé quelques jour. Il faut donc bien éviter d'écarter la possibilité d'une lepto parce qu'il n'y a pas eu morsure, une simple éraflure peut suffire, pour peu qu'on fait trempette dans un milieu infecté.

11.Posté par Dr ANONYME le 04/05/2012 20:56
Mais bien entendu vous avez raison et on aura ainsi des petites leptospiroses à la suite d'une baignade avec des portes d'entrées en milieux souillés et des grosses leptospiroses en cas de morsures du rat comme les 50 de MICHELLE LAVALLEE avec des mortalités impressionnantes.

12.Posté par Tonton le 04/05/2012 21:32
Il faudra introduir un prédateur !
On a trop peu de Papangues, et, en plus, eux preferent les Tangues !

Faudra faire venir quelques Hibous ! Ya bien des especes, qui cibles surtout les rats !
Et, a l"origine, lors de la decouverte de la Réunion, il y avait 2 especes endemiques - éteints entretemps.

13.Posté par Dr ANONYME le 05/05/2012 09:36
Pour faire face aux envahisseurs comme les rats et les souris on utilisa la genette apprivoisée, le chat et le chien. Dans chaque écurie, dans chaque grange, il y avait un accès pour le chien ratier généralement de petite taille mais très hargneux, les Griffons d’écurie.

Les concours de chiens ratiers débutèrent sans doute en Angleterre avec une période de gloire dès que les combats de chiens furent interdits (1835). Généralement cet affrontement avait lieu dans une fosse afin que les rats ne puissent fuir et était organisé dans les tavernes.

Le stock de rats était régulièrement alimenté par des fournisseurs spécialisés dans leur capture (500 bêtes étaient tuées par semaine dans une seule taverne).

En France ces spectacles de massacres étaient particulièrement prisés et si à Paris il existait des ratodromes (par exemple près des Champs – Elysées), c’est surtout dans le Nord et la Picardie qu’ils se déroulaient, dans l’arrière – cour des cafés.

Les cochers de fiacre de Paris avaient presque tous des chiens de petites tailles très batailleurs qui se tenaient à leur côté dans la journée et qui la nuit dormaient à l’écurie avec les chevaux défendant l’avoine contre les rats.

Les cochers étaient de grands amateurs de combats de chiens contre les rats.
Des paris étaient pris sur la rapidité à tuer des chiens, le nom de certains est passé à la postérité, comme un nommé Billy qui tua cent rats en cinq minutes et demie. Brehm cite le cas d’un Bull – Terrier du nom de Ting qui arriva à venir à bout de 50 rats .
Il y a quelques années des concours de chiens ratiers étaient encore organisés tous les ans dans la cour d’une école publique. Ces tueries de rats avaient lieu avec le chien enfermé dans la même cage que les rats capturés. C’est en 1983 que la cour de Douai a considéré que c’était un acte de cruauté les rats mourant “ dans des souffrances par trop prolongées ” et que c’était commis “ par des gens y prenant un plaisir sadique ” selon le code pénal sur les actes de cruauté. Ces manifestations sont de nos jours interdites suite à la parution du décret du 26 mars 1987 relatif à l’utilisation des animaux dans les spectacles publics et les jeux.



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales