Société

Le "vrai bilan" de Cap Requin commenté par les associations écologistes


Le porte-parole du Collectif des associations ASPAS, Fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Intégration, Sauvegarde des Requins, Vague et Sea Shepherd, prend à nouveau la plume pour commenter non sans ironie le bilan de Cap Requin.

Le programme de test de pêche "intelligente", autrement dit ciblée de requins tigre et bouledogue, est en place depuis plus d'un an en baie de Saint-Paul, plus précisément en face de l'embouchure de l'étang. Son déploiement progressif est attendu sur d'autres communes dans le courant de l'année.

Au fait de cette avancée, le collectif des associations environnementalistes déplore déjà que sur la forme, le Comité régional des pêches soit à la fois juge et partie de ses propres actions. L'absence d'un conseil scientifique pour valider ses résultats amuse comme il inquiète le collectif, qui met un point d'honneur à tourner en dérision le bilan du comité.

"Il n’est qu’un écran de fumée qui dissimule la réalité, évoquée en une seule ligne : les smart drums lines ne constituent pas une barrière de protection". Tout est dit rien qu'avec ce constat dressé par le comité lui-même selon Jean-Bernard Galvès, le porte-parole.

"Selon ce communiqué, les requins, sans doute "à l'insu de leur plein gré" viennent se prendre avec efficacité sur des drum lines appâtées qui ne les attireraient pas. On n'est pas à une contradiction près. Mais le comité fait alors un terrible aveu : des appâts vivants attireraient encore mieux les requins bouledogues. Le Comité des pêches reconnait ainsi que les prises accessoires, dont d'autres requins qui se débattent, vont attirer, sur des kilomètres, les requins bouledogues, vers les plages par leurs signaux de détresse", met en garde le collectif.

Selon le Dr Jean-Bernard Galvès, les mairies qui projettent d'installer des drum lines près de leurs plages porteront aussi la responsabilité de mettre gravement en danger baigneurs et surfeurs. "Elles risquent de connaître une situation semblable à celle d’Etang-Salé où toute la lumière doit être faite sur la présence depuis plus de deux ans de drum lines à proximité des lieux des accidents", persiste le collectif.

Les associations sont également attentives au changement de cap de Cap Requin. "Après l'échec total de Cap Requin dans la protection des plages, le Comité des pêches change de discours et prétend maintenant utiliser ses drum lines pour la "régulation"", veille le collectif car "ce terme de régulation cache un projet encore plus délirant que le Comité des pêches veut faire financer par l'Etat, les mairies et collectivités. Il faudrait ni plus ni moins vider l'océan Indien de ses requins pour prétendre à une quelconque efficacité".

Le collectif juge qu'il est temps d’"arrêter ces délires coûteux en argent, pour l'environnement, dangereux pour les humains, et qui donnent de la Réunion une image déplorable que sa population ne mérite pas. Il est temps que les personnes de bonne volonté des deux camps se rassemblent autour de projets consensuels qui prendraient en compte à la fois la protection des humains et des requins."
Vendredi 6 Mars 2015 - 04:00
Lu 1502 fois




1.Posté par Bobby le 06/03/2015 05:30
Le délire couteux des Drums Lignes ..... après avoir imposés des normes pour éviter les prises accessoires les Escrolos aujord'hui pleurent sur le coûts des Drums lignes !!!! peut être encore une petite étude a 800 000 € pour découvrir que les requins nagent près de la côte ?

Mr Galvès je suis d'accord avec vous c'est trop cher mais pourquoi ? une simple régulation par la pêche suffirrait comme aux seychelle ou a Maurice, vous et vos associations métropolitaines vous vous y êtent opposés !!!

vous ne pouvez pas imposer des normes d'un coté et vous opposer à la solution la plus économique, en pleurant sur les coûts ..

2.Posté par C le 06/03/2015 05:42
L homme qui passe ses vacances aux Seychelles sur son cata pour plonger tranquille nous donne des conseils pour gérer les boules et tigres qui pullulent sur nos côtes..... Eco Pipo bobo j écris ton nom !!!

3.Posté par Ecolooualcolo le 06/03/2015 07:07
Commençons par le commencement : "éradiquons" d abord ces écolos qui croient tout savoir sur tout et ensuite on s occupe des requins via des campagnes de pêches ciblés afin de réguler la population des molosses marins. Jeremy Flores a tres bien résumer la situation dans un article récemment.. Et surtout arrêtons de laisser ces écolos nous dicter leurs lois parcequ aujourd'hui on a l'impression que les décisionnaires dans cette crise requin ce sont eux et non les personnes les plus compétentes a meme de gérer cette crise. Allez comprendre....

4.Posté par Lionel Tilmont ن le 06/03/2015 08:09
Je pense qu'il aurait été bon de rappeler la qualification réelle de ce monsieur Jean-Bernard Galvès. En apposant le titre de docteur à son nom cela confère à son propos une aura d'argument d'autorité or cet individu est tout "simplement" orthodontiste. Et il en est de même pour la plupart des "spécialistes" des associations "écologistes" misanthropes, on entend ici là des dentistes, là-bas des professeurs de français, des spécialistes des cétacés, des coraux, des sociologues avocats de la cause LGBT, des communicants mais rarement des spécialistes des requins. Et quand ils en font venir, le spécialiste en question n'a qu'un rapport lointain avec le comportement des squales et de leurs interactions avec l'Homme. Je pense notamment à Pascal Deynat, idéologue assumé (WWF, Shark Alliance) qui est spécialiste du revêtement cutané des poissons cartilagineux. Les drum-lines sont utilisées en Afrique du Sud, en Australie (déployé au Queensland dès 1962) et au Brésil. Donc il est faux de dire que nous n'avons pas de retour scientifiques sur ces techniques qui ont réduit considérablement le nombre des attaques (de 97% à Recife au Brésil).
https://web.archive.org/web/20100215163434/http://www.shark.co.za/report/Drumline%20FAQ.pdf
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/acv.12096/abstract
http://shark.co.za/Pages/ProtectionSharks-NetsDrumlines
http://shark.co.za/Pages/ProtectionSharks-SASharkattack

Mais bon voilà ces personnes qui ne sont pas du tout spécialistes des requins entendent faire prévaloir leurs observations sur des études scientifiques sérieuses qui durent depuis plus de 53 ans. Il faudrait former des spécialistes à la Réunion , non pas par des idéologues universitaires parisiens (génération NIMBY) mais par des scientifiques de terrain, qu'ils viennent de Californie, d'Afrique du Sud ou d'Australie.


Vanitas vanitatum et omnia vanitas...

Pendant ce temps dans le Queensland un requin tigre capturé pendant le jour de repos du Quiksilver Pro...
http://www.goldcoastbulletin.com.au/news/gold-coast/m-tiger-shark-caught-on-drum-lines-at-coolangatta-on-quiksilver-pro-lay-day/story-fnj94idh-1227248381280

On remarquera la teneur des commentaires qui prouvent que le marxisme culturel sauce écolo est une épidémie globale, mais au moins là-bas les autorités ne se couchent pas devant eux.

5.Posté par JD974 le 06/03/2015 08:27
Dans l'intérêt du touriste réunionnais et dans celui des employés de ce tourisme, je crois qu'il faut traiter les deux problèmes par deux décisions différentes: baigneurs et surfeurs.

1- Les baigneurs devraient avoir accès, sans aucune crainte de requin, au moins à trois endroits de la côte Ouest à définir : Saint-Paul, Saint-Gilles, Saint Leu. Je veux dire un accès à une piscine en mer.

Je pense à une piscine inspirée de celle construite, en 1937, à Saint-Malo, refaite par les armées d'occupation en 1941. Malgré des vagues de grande taille cette construction est encore su place depuis 78 ans. Vous trouverez facilement sur Google des images. Si on peut construire une NRL on peut aussi penser aux touristes.

2- Les surfeurs doivent chercher la solution à leur problème d'une autre façon.

6.Posté par Nono le 06/03/2015 08:29
@1 Exact.

A moi aussi la drum line me parait pas être une solution, mais je suis pour l’éradication des requins sédentarisés près de la côte, réserve marine incluse.

7.Posté par Bob le 06/03/2015 09:38 (depuis mobile)
Belle brochette d'écolos bobos inutiles !!!!

8.Posté par Fantômas le 06/03/2015 10:53
Une étude d'Ifremer a fait ressortir en 2011 que les drumlines (utilisés dans les principaux pays en prise avec le risque requin depuis des décennies et présentés parmi les principales solutions répulsives expérimentées), étaient une solution très sélective -donc respectueuse de l'environnement- facile à mettre en oeuvre et peu coûteuse.
Selon cette étude (que l'on trouve en 2 clics sur le Net) une dizaine de drumlines (en général combinés à la pose de filets) seraient nécessaires pour protéger environ 1 km de plage.
Question bête du quidam non spécialiste du requin qui s'assume complètement mais attend néanmoins que des solutions efficaces soient un jour avancées par la délégation des éminents experts qui planchent sur le sujet depuis déjà pas mal de temps :
A terme est-il prévu qu'un cordon de drumlines sanguinolents (1 tous les 100 mètres) ceinture notre belle île pour nous prémunir du risque requin en garantissant ll'efficacité de ce dispositif, ou va t-on en rester au stade de la mesurette anti-requin?
J'avoue que je ne sais pas laquelle des 2 réponses attendues m'effraierait le plus...

9.Posté par Zarin le 06/03/2015 10:57
Les animaux se révolteraient-ils ?

Depuis les années 1990, on note un changement dans le comportement des animaux sauvages et domestiques vis-à-vis de l'homme, avec plus d'agressivité de leur part et l'apparition de nouvelles espèces invasives. Il semble que les animaux ne supportent plus la cruauté humaine à leur égard et se rebellent contre l'homme.

10.Posté par Zeus69 ZEUS69 le 06/03/2015 11:00
Faut il que les axtivites nautiques rapportent plein de ble pour voir des commentaires aussi outranciers et hargneux

11.Posté par lesseps le 06/03/2015 11:08
@ post 4 : il est vrai que dans un vrai débat d'idées il est de bon ton de ne parler que d'une seule voix !! Et il est vrai que pour la protection de la nature et des animaux il ne faut pas donner la parole aux associations écolos qui n'y connaissent rien!! C'est d'une logique implacable : n'écoutons que les viandards vaniteux des associations de défense des usagers de la mers (OPR et autre PRR) qui n'ont de cesse que de demander de ne pas respecter les arrêtés d'interdiction (et qui militent pour une éradication de TOUS les grands prédateurs : loups, ours...) et qui pleurnichent dès qu'une attaque a lieu ... Et dire que ces associations s'appuient sur des pointures comme le maire de ST LEU alias ti'dentel et son avocat tireur d'élite !!! Pauvre réunion d'avoir de tels interlocuteurs pour faire avancer le "problème" requin... Tu parles de vanité : tu verrais comme ils sont fiers d'être aux CO4R !!! Il y a bien un problème sur cette île mais il ne vient pas des requins !! Quand il y aura des personnes responsables pour en discuter , la situation s'améliorera ... Pour l'instant les excités de la planche sont hors sujet et la dernière attaque en est la preuve !!

12.Posté par Maurice BONNET PIRON le 06/03/2015 15:29
marre deS ecolo VIVE L ECOLOGIE RESONNEE

13.Posté par travis le 06/03/2015 15:35
La pose devant le port de plaisance mais à part ça ......... Mr je sais tout ?

14.Posté par birfire le 06/03/2015 16:27
Bonjour a tous,
Que dire je suis jeune néenmoins je me rappel de ce que disait ma grand mere:
"Dan temp lontem nou tè pêche requin, hum la chaire sa tè fin, nous n'avait poin ce bonne problème requin i manz demoun, requin t ret dan lo large zot, l'avait trop pér pêcheur"
Je me pose juste une question,accepterons nous de nouveau déguster cette chair si fine mais si dangereuse....
Personnellement je trouve que se serait une tres bonne idée.
Du poisson pas cher et rendrais service notre île.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales