Société

Le volcan invite le monde entier

Les photos du Piton de la Fournaise voyageront aux quatre coins du monde d'ici quelques jours. Sur pellicule ou carte mémoire, de nombreuses valises ramèneront des souvenirs immortalisés ce 18 mai 2015 sur le sentier du Piton de Bert, point idéal et facile d'accès (3h aller-retour sans la pause) pour admirer les projections de lave. Le long du sentier, Il suffit de tendre l'oreille pour capter quelques mots d'anglais par ici, d'allemand par là ou de français, mais avec un soupçon d'accent belge ou suisse. Qu'ils y soient nés, installés à La Réunion depuis quelques années ou en visite pour dix jours, ces randonneurs s'accordent sur le fait que le volcan bonifie de façon inespérée un séjour ou une rando classique pour de bons marcheurs locaux.


Françoise et Pierre de Rennes en Bretagne : "Nous sommes arrivés vendredi matin. On s’y attendait un peu parce qu’on devait venir voir notre fille qui travaille à Saint-André. Et donc on savait qu’il y avait des possibilités de voir le volcan se réveiller. Et puis ça s’était calmé entretemps donc là c’est un peu la surprise quand on a entendu ça hier (dimanche) à la radio. On a accouru ce matin, c’était l’occasion ou jamais de voir ça."

Michaël et Emma du Maine et Loire : "Je suis ici avec ma femme et mes deux enfants. On est arrivé jeudi. Le sentier est facile d’accès. J’ai un petit de 4 ans qui le fait, il est même devant nous donc ça se fait bien,…tant qu’on a à boire et à manger. Venir voir le volcan, ça s’imposait !"
 

Brigitte et Antonio de Zurich en Suisse : "Nous sommes Suisses allemands. Nous sommes à la Réunion depuis lundi de la semaine dernière et jusqu’à jeudi. Ensuite nous allons vers Mauritius puis Dubaï. C’est la première fois que nous venons. On a lu que c’est la meilleure île pour faire de la randonnée et on peut dire que c’est vraiment top. L’île est très jolie. Ce n'est pas la dernière fois que nous venons ici !"
 

Solène, Guillaume et leur bébé Adèle de Villeurbanne dans la métropole de Lyon : "Le parrain de notre fille vit ici depuis une petite année. Du coup, c’était l‘occasion de venir le voir et faire le tour de l’île. C’est notre troisième et dernière semaine de vacances. Ça fait une semaine qu’on essayait de monter au volcan mais c’était tout couvert et hier on a vu qu’il allait faire beau lundi et qu’en plus il y avait de la lave à voir ! On part samedi."
 

Martin et son papa Thomas de La Réunion : "L’Etang Salé lé là ! Ce n’est pas la première fois que l’on vient voir le volcan en éruption. On a les premières photos de lui tout petit en 2009 où il mangeait, fasciné, à 1 an, face au volcan. C’est un spectacle qu’il ne faut pas rater quand on est ici, on ne s’en lasse pas."

Le volcan invite le monde entier
Ambroise, son fils Alexis (du Tampon), son pote de 15 ans Laurent (Saint-Gilles), qui lui-même a ramené son ami de 30 ans Jérôme, habitant Chaville en région parisienne : "Je suis venu découvrir le péi’ une dizaine de jours. C’est un coup de bol incroyable. C’est un spectacle splendide. Je viens pour la première fois à La Réunion : venir de loin et découvrir quelque chose de réellement différent, c’est super."

Ambroise : "C’est un plaisir de faire découvrir La Réunion et de redécouvrir l’île sous cet angle là. Je suis un raideur depuis de longues années. J’ai fini à peu près 280e en 2002 et 450e en 2013. Au Trail de l’Horloge, j’ai fait 60e sur 800. Pour mon âge c’est bon ! Et le piton de Bert c’est un sentier que je connais parfaitement. Je viens tout le temps m’entraîner là et à chaque fois la luminosité est différente, donc ça reste un endroit magnifique à voir."

Hélène et Alex de Charleville dans la Marne : "Nous sommes à La Réunion depuis le 1er mai et repartons samedi. On avait prévu de voir le volcan couler ! On l’avait commandé (rires) parce que notre fille habite ici et elle nous avait dit : j’mets le volcan en préchauffage ! Ces jours-ci on était à Cilaos, on est redescendu et on s’est dit bon : faut arrêter la rigolade ! Donc notre fille a tourné le bouton un peu plus fort !"
 

Nicole, Alain de Bonneuil-les-Eaux en région Picardie, accompagnés de Marie, ici depuis 3 ans : "Nous sommes en vacances depuis une quinzaine de jours et nous repartons samedi. C’est un gros coup de chance. En plus, on avait déjà vu le volcan en éruption en 2006 lors de notre précédent passage. On est chanceux mais ça marche mieux pour le volcan que pour le Loto !"
 

Myriam et Pascal de Bruxelles, capitale de la Belgique : "Nous sommes en vacances depuis 5 jours et on reste 3 semaines au total. On va essayer d’en profiter au maximum. On a des connaissances ici, qui nous invitent en partie durant notre séjour. Le volcan c’est le bonus mais y’a pas que ça. On n’a pas visité beaucoup encore, seulement hier et aujourd’hui. On va faire le tour de l’île. C’est notre 1er séjour à la Réunion, mais pas le dernier !"
Mardi 19 Mai 2015 - 07:04
LG
Lu 3660 fois




1.Posté par Jean97413 le 19/05/2015 10:40
c'est bien d'y aller à pied! félicitation à ces touristes qui y sont allé d'eux même et qui n'ont pas participé au grand désordre en l'air...

webcam

http://fournaise.ipgp.fr/cameras/CameraBert/cameraBert.jpg

2.Posté par batar run le 19/05/2015 13:30
félicictation au touriste pour venir sur une ile avec une population ausi peu accueillante heuresement que le paysage est au rdv,ça fait une moyenne

3.Posté par maçonnerie le 19/05/2015 17:12
va y avoir de l'absentéisme dans les écoles, collèges et lycées..?

4.Posté par Ragma le 20/05/2015 02:04 (depuis mobile)
Batar run, suis pas du tt d'accord avec toi pour c une île super accueillante avec des gens qui donnerais tout même si il n'on pas gd chose....
C dommage vous n'êtes pas tomber sur les bonnes personnes....

5.Posté par Jean97413 le 20/05/2015 10:44
@4 il parlait des structures de tourisme:

À cilaos j'ai de plus en plus des échos de touristes qui, bien qu'encore enchanté de cette île, pour ceux qui reviennent depuis longtemps, sentent qu'ils ne sont les bienvenus que pour payer. Ce sentiment est en train de progresser et de nuire à l'image de l'île.

ATTENTION beaucoup des touristes potentiels ne sont pas des poulets (pas des poulet à plumer, et c'est pas des bleus, ils connaissent DÉJÀ la problématique de l'île... déjà...)

Un touriste est UN ÊTRE HUMAIN.. pas un distributeur "automatique" de devises.

Sur cette planète, nous sommes tous frères, et amis, mais nous ignorons trop cela.. encore trop, nous ne nous respectons pas, nous NOUS EXPLOITONS.

Dans le cadre du tourisme, les clients se sentent de plus en plus "du bétail" et l'île donne de plus en plus l'impression (depuis la nouvelle publicité de l'IRT) de ne être un lieu authentique qui provoque des émotions profondes de nature vierge, mais simplement un parc de loisir grandeur nature "urbain" comme un simple parc d'attraction, où l'on va craquer son fric pour s'envoyer en l'air.

Les nuisances importantes dans tous les lieux naturels et isolés, alors exposés au tourisme aérien, ont un impact imaginables sur le succès du tourisme.

C'est du genre 200000 touristes par an de moins, ces touristes qui étaient prévus "en plus" par les garanties de qualité "Unesco et parc national" en 2008 ne sont pas au rendez vous!!!

Vous croyez naïvement que c'est les requins?!

TRÈS IMPORTANT La Réunion, avec sa politique anti-écologique ou seulement green-wasching ne berne pas ces touristes là, à haut niveau culturel qui ne "mordent pas" aux publicités de l'IRT qui ressemble à de la pub de pommade de beauté.

200000 touristes par an de moins! voilà ce que ça coûte... vous pourrez vérifier..
.
Ces touristes là ne sont pas chassés par les requins: ils vont dans les endroits préservés, naturels, et n'ont même pas idée d'aller si loin pour les plages, toujours artificialisées et urbanisées. Les plages sont juste là tant mieux, mais pour les plages, c'est un autre public.

Et pourtant, avec très peu de touristes, moitié moins que ce que "vous" voulez, nous avons des problème de nuisances énormes et de surfréquentation... tout doit être repensé, sinon, les touristes se CHASSENT MUTUELLEMENT en se gênant et en détruisant LA VALEUR MÊME DES LIEUX: L'ÎLE EST PETITE pour tout ce monde qui se concentre sur les rares kilomètres carrés carossables, piétinable... alors si vous leur donner un moteur qui s'entend à des kilomètres...

Il faut absolument considérer l'impact qu'à chaque touriste en fonction des prestation qu'il adopte.
Par exemple seulement 30 canyonneur par semaine peuvent anéantir TOUTE la micrifaune aquatique dans un cirque..
Et ce qui est dramatique c'est qu'ils n'épargnent aucune ravine, détruisant alors "le fusible" qui est la dernière ressource: il est urgent de gérer de sorte à ce qu'il reste des ravines AVEC microfaune. Sinon, toute la chaine alimentaire, donc les oiseaux, donc les plantes, est perturbée..


Ces 200000 touristes qui devaient venir voir une Réunion à la hauteur de ses labels, nous les avons perdu en laissant l'île SALE ET BRUYANTE d'en haut jusqu'en bas.


La vacarme aérien, en plus des nuisances urbaine d'une politique tout-voiture ne permet de ressentir les beau paysages de l'île que comme les abords des plus grands aéroports du monde ou d'une zone industrielle, (sauf quand les nuages sont venus), y compris sur le volcan. Croyez vous que cela ne gâche pas le séjour de ceux qui n'ont pas utilisé les grands moyens? grands hôtels, hélicoptère, voyage organisés...
Faut t'il que l'île soit "confisqué" à tous pour un luxe qui n'est même pas de l'esprit local, ça ne correspond pas à l'image de l'île, qui n'est pas une île-plage hôtel, piscine-spa...

La réunion devra choisir entre un tourisme de luxe élitiste, et encore si ce dernier est harmonieusement organisé (quotas, routes aériennes épargnant les sites fragiles et habités), ou un éco-tourisme où tout est fait pour limiter les nuisances,

L'île pour ne pas sombrer dans un bas de gamme qui nuira à tout et à tous doit prévoir de quoi servir ses touristes: transport massif par car, et circuits à faible impact écologique avec sensibilisation à la faune et à la flore: faire taire les groupe de touristes et leur faire écouter les oiseaux, leur donner des jumelles, et leur montrer des oiseaux et des plantes, les sensibiliser sur les plantes-de-jardin envahissant la forêt... etc.
Sinon, on a des groupes qui arrivent en gueulant, chassent tout sur leur passages, défacquent dans l'eau, salissent, et c'est une poubelle à l'image du sentier de cascade-bras-rouge ou Bassin-bleu en novembre.

Le tourisme à haut niveau culturel et prêt à payer mais pour un séjour de qualité, pas du "n'importe quoi"

POUR LE VOLCAN, le problème c'est aussi les embouteillages: une route peut transporter d'autant plus de monde qu'on évite les moyens de transports individuels, on devrait fermer la route aux particulier pour organiser des navettes de cars, de sorte d'augmenter au maximum la possibilité d'accès au départ du sentier le plus près des belvédères.

Pour quand le le seul accès aérien est possible, on devrait non pas partir de la base de st-pierre ou pire encore toute autre en bas, mais installer un circuit aérien provisoire liant un point d'accès rapproché aux coulées (le bout de la route): cela ferait des rotations plus courtes et n'impactant que la région non habités du volcan.

NOUS N'AVONS PAS LES BONS HÉLICOS. ils ne transportent pas plus de gens qu'une voiture moyenne!!!
Comprenez que c'est impossible de satisfaire tout le monde: nous avons déjà des nuisances énormes pour que seulement 10% des touristes y ont accès.
Un hélico pour 6 personne fait environ 10000 fois plus de bruit qu'une ville de 8000 habitants... fait de puissantes vibrations même à 10km de distance au nez de l'appareil (3mn avant son entrée dans Cilaos, les vibrations des hélico faisant la ligne droite Volcan-Mafate sont perceptibles dans la réserve biologique du Matarum et les oiseaux s'arrêtent),

Il faudrait des hélicos de 20 places ou plus, pas pour la vue, mais POUR Y ALLER, qui servent en moyen de transport, déposant éventuellement les touristes près d'un endroit au volcan où on voit bien les coulées, plutôt que passant 3 fois plus nombreux au dessus. Pour eux ça seraient mieux, il resteraient à terre quelques heures: les circuits seraient optimisés pour le transport, non pour voir la vue, ce qui évite d'impacter fortement les sites.

C'est surtout dans les cirques que le fait de vouloir voir la vue génère le maximum d'impact d'une multitude d'appareil contenant pas plus qu'une petite voiture aux endroits les plus fragiles en se positionnant d'en haut, entendu de partout, ça serait du transport on y viendrait par en bas, ça ferait moins de nuisance et les hélicoptères conçus pour le transport peuvent emmener plus de monde à la fois)

Ces hélicos devraient toujours faire les trajectoires les plus courtes possible, idéalement une base provisoire de départ sur la route de l'EST allant vers les coulées: les rotations du coté Est éviteraient toute zone habitée et la plus grande partie des trejates piétons, venant de l'Ouest..

Des horaires devraient être prévus pour répartir piétons et hélico, et cela serait plus facile avec des ponts aérien de petite distance, car ne pas écouter la symphonie du volcan est extrêmement dommage: le volcan c'est aussi un paysage acoustique, les laves, les crépitements sont des musiques extraordinaires, que masque le concert d'hélico: il faudrait des tranches horaires de silence-aérien pour l'écoute du volcan.

Enfin, les abords du volcan sont aussi un biotope où les oiseaux ont besoin de s'entendre chanter et même si ça ne résonne pas autant qu'à Cilaos un tel meeting tous les jours pourrait être comparable à Cilaos où les dégâts sont très visibles sur la faune.
Toute personne présente sur les lieux qui les a connu AVANT le tourisme aérien pourra témoigner de la rareté toute nouvelle des oiseaux... et pourtant, ça braconnait beaucoup plus dans les années 1990 encore.

Les touristes qui ont été au volcan le matin mentionnent souvent que "c'est de la folie le nombre d'hélico" quand ils abordent la problématique de CILAOS... en à Cilaos ça résonne et c'est habité, la notion de respect des habitants est en jeu.

il faudra bien un jour en tenir compte...
Il n'y plus qu'a prier pour qu'à l'IRT il y a un cerveau qui fonctionne à la tête..


sinon, et c'est peut être une volonté: l'île sera plus qu'un parc de loisir pour la classe riche des pays émergents, elle sera peut être aussi courue que Maurice, mais aura perdu son âme...
Vous, NOUS devrions y vivre!

il n'y aura plus qu'à mettre comme en chine, des faux curés, faisant semblant de prier dans des fausses églises, et mettre des hauts parleurs diffusant des cris d'oiseaux dans la forêt. En chine c'est DÉJÀ comme ça..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales