Social

Le tribunal oblige les pompiers de l'aéroport à reprendre le travail

Grise mine du côté des pompiers de Gillot. Le tribunal d'instance de Saint-Denis vient d'ordonner implicitement l'arrêt de leur mouvement en jugeant leur grève illicite. Conséquence, les pompiers sont obligés de reprendre le travail immédiatement.


Le tribunal oblige les pompiers de l'aéroport à reprendre le travail
Hier soir, la direction de l'aéroport a déposé un référé d'heure en heure devant le tribunal d'instance de Saint-Denis. Objectif du référé, faire stopper la grève des pompiers de l'aéroport de Roland Garros. Pour motiver l'action en justice, la direction s'est appuyée sur deux éléments, un préavis de grève non conforme et la non représentativité du syndicat SAFPTR (Syndicat autonome de la fonction publique territoriale à la Réunion), aussi bien au niveau national, qu'au niveau de l'entreprise.

Deux éléments débattus pendant plus d'une demi-heure devant le tribunal cet après-midi. Pour Me Béatrice Boyer-Bigot, avocate de la société aéroportuaire, le SAFPTR n'est pas "un syndicat représentatif au niveau national, au niveau de la branche mais également au sein de l'entreprise". "Sur le préavis de la grève, il y a une méconnaissance des dispositions et il faut la faire cesser tout de suite", poursuit-elle, arguant que l'aéroport assure un service de droit public et que la grève dans le secteur aérien est "très réglementée".

Pour la partie adverse, c'est une autre histoire. "Nous avons informé de l'heure du début de grève que nous avons mentionné à la direction par la suite. Quant à la représentativité, cela ne posera pas de problème à condition que le juge se réfère au bon texte et à la jurisprudence récente", explique Me Laura-Eva Lomari.

Une version pas entendue par le président du tribunal, Alain Chateauneuf. A la lecture des motivations, le juge a estimé que le SAFPTR n'était pas représentatif à tous les niveaux. "Tant au niveau national, qu'au niveau de la branche, le SAFPTR n'a pas obtenu 8% de voix. Dans l'entreprise, la création du syndicat est récente et remonte au mois de juin 2012", explique-t-il.

Une représentativité pas affichée qui amène immédiatement sur un préavis de grève jugé "illicite" par le président du tribunal.

Conséquence immédiate, les pompiers doivent reprendre immédiatement le travail. Un soulagement pour la direction. Mais une grosse déception pour les pompiers et le syndicat. "On s'incline devant la décision du juge. On va reprendre immédiatement le travail. Mais cette décision a un impact majeur, celui d'interdire à 33 agents sur 40 de faire grève", souligne Jean-Pierre Lallemand, président du SAFPTR.

Ce dernier a indiqué vouloir faire appel de cette décision.
Jeudi 19 Décembre 2013 - 17:05
Lu 1350 fois




1.Posté par noe le 19/12/2013 17:31
C'est une bonne nouvelle !
Nous pourrons prendre l'avion en toute sécurité ...

Vive les bons juges !

2.Posté par Beau parleur!!! le 19/12/2013 21:44
Safptr aller rode un autre terrain de jeu..soit une commune de gauche
RDv novembre 2014 !!!

3.Posté par ? le 20/12/2013 10:26
Bien parler. On voit bien que l'on peut faire confiance en la loi de notre pays
Faut que la cesse ces grèves avec des pompiers qui sont grassement payer à Rolland Garros à ne rien faire

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales