Economie

Le syndicat des tabacs-presse sollicite le Département

Le syndicat Réunionnais des tabacs-presse a fait une proposition au Conseil Général qui gère le régime fiscal lié à la distribution et à la vente de tabac : créer une licence qui serait obligatoire pour pouvoir vendre du tabac. Première étape en attendant que le gouvernement accepte de mettre en place un monopole pour la vente.


Le syndicat des tabacs-presse sollicite le Département
Depuis la loi de 1946 sur la départementalisation, les DOM sont soumis à un régime dérogatoire concernant la vente du tabac, régime qui devait être temporaire. Or il est toujours en vigueur. Un problème pour les gérants de tabacs-presse.
"Depuis trois ans, notre syndicat a relayé la demande afin de voir ce régime temporaire être modifié en une extension du monopole du tabac", explique Pierre Cornille, président du syndicat Réunionnais des tabacs-presse.
Depuis, un amendement du 3 décembre 2007 a été accepté par l’ensemble des parlementaires mais le gouvernement s’est montré réticent à l’appliquer. C’est de là que le Premier Ministre, François Fillon a décidé d'envoyer une mission des douanes pour étudier une éventualité de monopole.
"Cela a été fait en mai et depuis, rien. Quel est le résultat du rapport de cette mission?", s’interroge le président du syndicat, ajoutant qu’"il y a quinze jours semble-t-il, le dossier était entre les mains d’Yves Jégo, Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, mais personne dans son entourage n’a l’air au courant…".
Le syndicat réunionnais des tabacs-presse s’est donc réuni décidant d’agir localement. Puisque le gouvernement ne semble pas prêt à établir un monopole pour la vente du tabac, "nous proposons au Conseil Général une étape provisoire, l’instauration d’une licence". 
C’est le Département qui récupère le régime fiscal lié à la distribution et à la vente de tabac. "Mettre en place une licence lui permettrait d’obtenir des fonds. Par exemple, à 300 euros la licence pour environ 500 points de vente, ce serait l’occasion d’avoir 150.000 euros de recettes" explique Pierre Cornille.
De plus, une directive européenne appliquée à partir du premier décembre pourrait stopper l’achat des deux cartouches aujourd’hui réglementaire en duty free à deux paquets… Pour le syndicat, voilà une bonne aubaine de faire des recettes supplémentaires: "imaginez 200 à 300 cartouches qui rentrent avec les voyageurs par jour. Nous avons calculé, sur un an, si la directive est appliquée, le Département pourrait récupérer trois millions de recettes supplémentaires".
Cette licence serait un régime temporaire où le Conseil Général pourrait fixer le nombre de points de vente dans l’île. Ceci permettrait, selon le président, de mieux identifier le réseau clandestin et les ventes à l’unité.
Prochaine étape: présenter de nouveaux amendements au Sénat, par le biais de la sénatrice Anne-Marie Payet.
Le syndicat et ses 70 adhérents sont donc dans l’expectative d’un avis du gouvernement sur le rapport des douanes, d’une position claire de l’Union Européenne sur le duty free et d’une réponse du Conseil Général à leur demande de licence
Mardi 25 Novembre 2008 - 15:05
Melanie Roddier
Lu 1296 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/11/2008 00:54
la suppression de la "clope" serait une bien meilleure chose à faire...

2.Posté par condor le 26/11/2008 22:25
tres bien nicolas mais qui devra compenser les taxes sur le tabac?
1 milliard 500 millions en métropolepour bercy
140 millions pour le département de la réunion
C'EST NOUS TOUS, VOUS EN AVEZ PAS ASSEZ DE PAYER POUR LE TRAIN DE VIE DE L'ETAT ET DU DEPARTEMENT

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 27/11/2008 14:40
combien coûte la loi TEPA ? 15 milliards...bien vu condor...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales