Social

Le suréquipement en matériel des transporteurs a fait chuter les prix

La défiscalisation a permis aux entreprises de transport de moderniser leur parc de véhicules et matériels. Cet équipement tous azimuts a fait grimper la demande alors que l’offre d’abord stable, a diminué cette année. Certains entrepreneurs ont jusqu’à douze mois de retard dans le paiement de leurs traites.


La situation financière des entreprises de transport, surtout les petites et moyennes structures, a été fragilisée par les hausses successives de carburant et un contexte économique difficile. C’est un fait.
Toutefois, l’actuelle mauvaise santé de l’économie et les multiples augmentations de carburant n’expliquent pas à elles seules les difficultés économiques d’un grand nombre d’entreprises de transport.
Il y a, d’une part, la concurrence sans merci que se livrent les professionnels de certaines activités: les terrassiers et les transporteurs d’agrégats et de marchandises. Car l’annulation de plusieurs chantiers, le Zénith, la Rocade Sud, l’Hippodrome et le Pole océan, a restreint le marché.
L’achèvement de la route des Tamarins et le retard pris dans le calendrier de la route du Littoral, ont ajouté à la concurrence sauvage qui règne au sein de l’activité.
Pour faire travailler leurs camions, certains terrassiers n’hésitent pas à faire du transport de marchandises”, indique François Rodier, président du Syndicat réunionnais de transport de marchandises.
Ce constat met en exergue un autre aspect qui a conduit à la difficile situation d’un grand nombre de transporteurs : le suréquipement en matériel. Car, ces professionnels de la route ont investi dans la perspective de la construction de la route du Littoral et du Tram-train.
Par le jeu de la défiscalisation et le protocole très souple et très conciliant des maisons de crédit, acheter un camion n’exige aucun apport financier, et la première traite est payable à deux mois”, explique François Rodier.
Ce dispositif a déclenché une frénésie d’acquisition, mais aussi d’impayés. “Certains transporteurs ont jusqu’à dix traites de 2 000 euros, à payer, et aujourd’hui des retards de douze mois”.
Voilà une partie de l'explication de la manifestation des transporteurs…

Mercredi 12 Novembre 2008 - 14:04
Jismy Ramoudou
Lu 6356 fois




1.Posté par Transportés le 12/11/2008 14:36
Les transporteurs n'ont qu'à barrer à nouveau les routes pour demander à ce qu'on paye leurs traites !

2.Posté par etjosedire le 12/11/2008 15:41
Merci Monsieur RODIER de confirmer ce que je subodorais dans mon commentaire du 07/11/2008, concernant l'article "Blocage devant la Région". Monsieur RODIER comme je comprends tout à fait la raison pour laquelle ils vous ont exclu de leur intersyndicale ! Les transporteurs de matériaux se sont transformés en transporteurs de marchandises, ce qui est quand même votre fond de commerce. ils ont eu peur ou honte de vous cotoyer dans le combat, étant donné qu'ils vous tirent dans le dos en temps normal. Étonnez vous après que la défiscalisation soit revue par le gouvernement quand on voit les dérives encouragées sûrement par les organismes financiers qui rémunèrent les intermédiaires à la commission. Dans un tel contexte Al Capone est perçu comme un homme honnête, crédible...bref ! un mec bien quoi. Si quand il faut passer à la caisse régler leurs imprévoyances tout un chacun se mettait à faire comme les transporteurs, autant vendre nos véhicules et s'acheter des VTT.
Posté par etjosedire le 07/11/2008 15:22
Les transporteurs réclament un carburant moins cher. C’est compréhensible quand on voit sans cesse les coûts augmenter. Mais peut être que, ces messieurs, se livrant à une concurrence sans merci entre eux, ont oublié que si le carburant voit son prix fixé par le préfet, leurs tarifs eux sont libres. Répercuter la hausse devrait être leur devoir. Pourquoi ne le font ils pas ? Peur de perdre des marchés ? Assurément ! Combien confondent chiffre d’affaire et bénéfice ? Lorsque le carburant augmente c’est tout le monde qui trinque. Pourquoi certaines catégories professionnelles seraient elles plus avantagées que d’autres surtout qu’elles ont la possibilité de répercuter le prix sur le coût de leur prestation ?

En quoi le préfet et les pouvoirs publics, les contribuables vous et moi, doivent ils se substituer aux transporteurs, mauvais gestionnaires patentés ? La route des Tamarins a été créatrice d’emplois. D’aucuns ont investi à moyens termes sans compter pour obtenir des marchés lucratifs à très courts termes. Maintenant que leur mauvaise gestion les met devant leur inconséquence, est ce aux pouvoirs publics de jouer aux pompiers ? Il est vrai que le mauvais exemple vient d’en haut. Les banques font n’importe quoi et il se trouve des gouvernements, dont le nôtre, pour voler au secours de ces mauvais gestionnaires. Il serait temps que les chefs d’entreprise inconséquents abandonnent leur slogan non avoué : « Les bénéfices pour moi, les pertes pour les contribuables ».

Pour ceux qui se réjouissent de l’élection d’OBAMA à la présidence du pays où « les rêves se réalisent » (le rêve américain) il faudrait leur rappeler que la réalité chez l’oncle Sam, patrie aussi de l’oncle Picsou, des compagnies d’assurance comme des grandes banques sont allées au tapis ou ont changé de propriétaire, suivant le grand principe revendiqué de la libre concurrence. Vouloir revendiquer la libre concurrence pour engranger des bénéfices, et pratiquement le régime des soviets pour partager les pertes, relèvent d’un infantilisme et d’une immaturité déconcertantes. Il serait temps que tous ces gens deviennent RESPONSABLES.

Courage Monsieur le Préfet, vous devez entendre de ces revendications en ce moment !!! Le plus dur c’est de ne pas pouvoir dire certaines vérités bien senties, de peur de voir l’irresponsabilité grimper d’un échelon supplémentaire. C’est en ménageant les susceptibilités que l’on entretient chez ceux là l’illusion de la haute opinion qu’ils ont d’eux mêmes. Il est vrai que De Gaulle, déjà en son temps, qualifiait l’entreprise de Vaste Programme.

3.Posté par David le 12/11/2008 16:22
On ne va pas pleurer sur leur sort. Je suis commerçant et j'ai perdu du chiffre d'affaire. Et la désorganisation de mon planning va me coûter encore plus cher. Chacun sa m...

4.Posté par CREOTAS le 12/11/2008 19:46
M. ou Mme etjosedire, tout à fait d'accord. J'ai pour ma part indiqué dans plusieurs commentaires mon scepticisme sur les motifs de ce mouvement, puisque le coût du carburant est le même pour tous et peut être répercuté sur les factures ou situations des marchés, outre les clauses de variations des prix voire les renégociations des marchés si la situation économique l'exige.

De même, je me suis posé des questions sur la gestion de leur entreprise par les transporteurs: l'utilité de leurs investissements (gros "bahuts" rutilants).. Cet article confirme qu'ils ont eu les yeux plus gros que le ventre et mes doutes sur leur gestion non prudente de leurs entreprises. Et oui, avec la défisc, c'est tentant de profiter d'un avantage fiscal même si l'investissement n'est pas vraiment utile..

Ce mouvement des transporteurs et les concessions qu'ils ont obtenues cachent d'autres problèmatiques dont vous indiquez certaines: refus de répercuter les hausses des carburant, pourquoi? (peur de représailles, ententes entre donneurs d'ordre et bénéficiaires de marchés...).

J'ai rappelé pour ma part plusieurs fois que les autres entreprises en difficultés soit réduisent leurs dépenses, soit vendent une partie de leurs actifs, soit sont mises en redressement ou en liquidation judiciaire, mais elles ne font pas de "coups de force"!

C'est à une extorsion de fonds publics par la force et à un incroyable marché de dupes des cons-tribuables dont beaucoup ont applaudi des deux mains (j'ai rêvé, pincez-moi) et qui paient sur toute la ligne et au prix fort les pertes des transporteurs et les grands travaux que nous venons d'assister ces derniers jours.


Quant au préfet, qui est en premier lieu un exécutant du gouvernement en place, sûr que son opinion personnelle serait intéressante à connaître, mais ça, ce sera peut-être dans une future autobiographie, au moment de sa retraite.... Pour le moment, devoir de réserve !

En tous cas, etjosedire: un beau commentaire sur la forme et le fond, avec quelques belles phrases bien frappées. Bravo!

5.Posté par marfee le 12/11/2008 21:03
Le prefet et le président Magamooto n'ont rien donné, mais ils ont évité le pire.
Merci.
La preuve est faite, au delà du problème du gazole, somme toute secondaire, que l'ordre public ne peut plus être assumé comme par le passé.
Certaines professions disposent de moyens mécaniques titanesques qui rendent les engins classiques des forces de l'ordre- à supposer qu'ils marchent- inopérants, sauf devant un parterre de fonctionnaires gesticulant à Gillot.
Les moyens de communication actuels ne sont plus l'apanage de la police ou de la gendarmerie.
La stratégie n'est plus résevée aux militaires.
Même la maîtrise éventuelle des 'opérateurs' téléphoniques n'aurait rien donné.
J'ai vu des camionneurs avec leur "Mini- Note" à 9 pouces communiquer par Skype ou internet sur leurs engins.
La puissance publique doit tenir compte de ces évolutions pour protéger les populations face à des situations qui peuvent devenir insurrectionnelles.
Le métier de préfet ne consiste plus à gérer les crises, mais à les prévoir, mieux, les éviter.
Tant qu'au système actuel de fixation des prix du carburant, il est idiot, pas assez réactif.
Comment faire adhérer la population à un système où l'on augmente quand ça baisse, et l'inverse, même si c'est techniquement admissible.
L'opacité dont parle le ministre ne se situe pas à la Réunion, mais dans les milieux de la haute finance où l'on extrait en barils, on l'on paie en dollars, où l'on transporte à la tonne, où l'on vend au litre.
Au plan local, je dirais que les pétroliers, ce n'est pas le "clan des siciliens", bien au contraire.
que la fiscalité est relativement modeste au regard des investissements en cours ou projetés.
Qu'en est-il du projet de réhabilitation de la raffinerie de Madagascar et d'achats groupés avec la Réunion ? C'était une grande idée de la C.O.I.

6.Posté par denis le 12/11/2008 22:35
La defisc des maisons permet de renouveler le parc des bus et camions ???
De toutes facons, les transporteurs sont comme le crapaud de La Fontaine (suréquipement) , ils se voient gonfler comme le boeuf, on ne va pas les prendre en pitié !
Ils vont avoir les memes problemes que les américains qui ont utilisé les subprime. Endettement, quand tu nous tiens !
C'est vrai qu'ici, les maisons de crédit sont tres conciliantes : regardez le credit moderne, qui prete encore, à plus de 33% d'endettement, quand les banques refusent...mais à des taux 18% que l'emprunteur , axé dans la volonté de trouver une solution, ne voit pas forcément au premier abord, pendant la signature !

Ceci dit, tu as raison Transporté, quand on mange de la soupe, on ne peut plus s'arreter !

Etjose, la metropole n'arrete pas de jouer aux pompiers avec cette ile adolescente ! cette ile sous perfusion depuis des lustres !
Il est temps qu'elle devienne adulte, comme Maurice qui se debrouille bien, ou au pire comme Mada, qui se debrouille moins bien, mais qui, au moins, a répudié sa tutelle depuis des lustres.
Normalement, avec des puvoirs publics non-pompiers, les contribuables paieraient moins d'impots !
DONC, c'est en partie, de la faute des transporteurs si nos impots sont élevés, CQFD.

Oui, Etjose, les réunionnais veulent le beurre et l'argent du beurre , le bon coté du capitalisme, et la "couverture" des soviets !

Mais les transporteurs ne sont que les anciens conducteurs de subaru-tunées, mais qui vivaient dans des cases en tôle.
"Moin na gro loto,
mi paye pas zimpots !"
Francois Dals l'avait dit ! l'avait chanté !

"Extorsion de fonds publics", tu l'as parfaitement dit, Créotas !

7.Posté par americano le 12/11/2008 22:50
Ce n'est pas tout de défiscaliser encore faut il avoir du boulot derrière c'est à de telle perversion que l'Etat doit mettre fin. C'est comme le pêcheur qui se fait subventionner son bateau et qui ne pêche plus (ou jamais pour certain)

8.Posté par Trouillomètre au maximum le 12/11/2008 23:14
François Rodier, voila qui est bien dit, et qui confirme ce que je dis depuis plusieurs jours sur ce blog :
Ces gens là ne savent pas gérer. Il n'ont pas le vision à long terme (mis à part de devenir très riche en achetant des camions comme s'ils achetaient des tickets de Loto), aucune vision à moyen terme, et le combe : aucune vision à court terme !!! MDR LOL Ah Ah Ah

Il faut bien que les choses soient dites :
La parole est la manifestation de l'intelligence. Quand un boug y ginye pas causer (pas même en créole ...) cela augure mal de son niveau intellectuel. Toutes leurs pharases sont sans queue ni tête. Ils ont choisi un chef qui est parfaitement à leur image. Ils ne savent pas gérer, ils achètent des camions sans savoir si ils pourront travailler avec, et après ils veulent que le con tribuable leur paye leur carburant !

En revanche là où je ne suis pas tout à fait d'accord avec François Rodier : c'est le ton peut-être un peu accusateur à l'encontre des des donneurs d'ordres. Le donneur d'ordre est comme vous et moi : il ne sait pas quel est le coût d'exploitation de son prestataire, il prend le moins cher qu'il trouve, c'est tout. C'est bien aux transporteurs qu'il revient de s'organiser afin de trouver des prix plancher. Cela avait été tenté, il y a bien des années, mais voila : personne n'avait compris, on préférait se flinguer dans le dos les uns les autres. Voila pourquoi mesdames messieurs les camionneurs ne veulent pas répercuter la hausse du carburant sur leurs factures : Comme je le disais : il est plus facile de faire payer la facture par le con tribuable et trouver des boucs émissaires pour éviter de mettre en avant leur propre incompétence.
On sait que ce ne sont pas les gérant de station service qui se goinfrent (au contraire : sans les ventes de denrées et produits divers d'épicerie, de librairie, et autres, ils perdraient presque de l'argent).
Je subodore que après le coup de massue des 10 centimes les pétroliers ne sont pas loin d'être à sec ...
La prochaine grève sera donc orientée contre les princes du pétrole. Les routiers vont certainement prendre un billet d'avion pour Ryad et bloquer les ronds points dans le désert ...

A part cela, il faut certainement trouver les responsabilités dans le milieu bancaire et dans le milieu administratif et politique :
A quoi cela rime t-il de subventionner les achats d'engins ? Comme si les camionneurs n'étaient pas assez sots, les banquiers leur prêtent tout ce qu'ils veulent (cela n'est pas sans ressemblance avec la crise immobilière des USA ...). Prêtez prêtez et étonnez vous ensuite qu'ils ne peuvent pas rembourser... Bientôt les banques vont faire la grève sur les ronds-points (peut-être en barant les routes avec des montagnes de billets de banques ?) car elles ne peuvent pas récupérer leurs billes. Bientôt les camions se trouveront dans les ventes aux enchères au prix des vélos ...
Et des administrato politicards qui inventent des dispositifs de défisk tels les apprentis sorciers qui ne maitrisent plus leur "magie".

Au bout du compte, vous savez quoi ? C'est encore nous qui allons payer les pots cassés à la place de tout ce beau monde. Il n'y a pas que les camionneurs qui merdent !
Bandes d'incapables va ...
Bande de bons à rien
Bandes de mauvais à tout !

9.Posté par nicolas de launay de la perriere le 12/11/2008 23:53
Je me pose une question bête...imaginons une entreprise qui sous traite, avec deux ou trois entreprises, un marché public qu'elle s'est vue attribuer.

Ces 4 entreprises sont à jour de leurs cotisations fiscales et sociales et les 3 sous traitantes n'ont ni commissaire aux comptes, ni expert comptable, mais chacune dispose d'un salarié chargé de produire les comptes et remplir les obligations fiscales et sociales.

Existe t il un contrôle sur la comptabilité de ces entreprises sous traitantes, qui mettent en lumière le montant effectivement financé par la collectivité et le montant de ce que déclare le comptable dans le cadre de son travail ...? Ce comptable peut il minorer ce montant, et inscrire de fausses pièces pour justifier des décaissements sur le compte en banque de l'entreprise (fausses pièces qui éventuellement pourraient être inexistantes)? Y a t il un rapprochement entre les informations des collectivités (à qui sont attribués les marchés) et les données de la comptabilité des entreprises (surtout les soustraitants) qui sont bénéficiaires de ces marchés...

Si quelqu'un a la réponse...sinon, cela donne de quoi imaginer pas mal de choses non ?

10.Posté par Aéro Freins le 13/11/2008 09:57
Ah ça, c'est sûr : dés lors que l'on considère une personne comme pas forcément honnête : il y a de quoi s'imaginer pas mal de choses !!! La seule limite étant... de se faire prendre...

La sous-traitance en matière de marché public semble bien définie et encadrée. cf JurisConsulte

Les marchés publics aussi.

En théorie. Ou jusqu'à preuve... du contraire.

11.Posté par CREOTAS le 13/11/2008 20:38
Nicolas je ne crois pas. La collectivité verse le montant des situations à l'entreprise ou au sous traitant. Les rapports comptables entre sous traitant et entreprises les regardent, hormis l'obligation de dépôt annuel des comptes au greffe du Trib de commerce pour les sociétés....

Ce qui est anormal, c'est que le sieur Rodier indique que pour certains sous traitants, il n'y avait pasde marchés (marché ou déclaration de sous traitance): bizarre.....

En tous cas, tout ça confirme que le problème était bien ailleurs et non pas dans le coût du carburant qui n'était qu'un prétexte ou un ..... détonateur!

Marfee, je pense que l'on peut en effet remercier Etat et CCIR pour avoir évité le pire et fait que presqu'aucun incident n'ait eu lieu. Je ne pense pas que le Préfet ait été débordé: si des moyens policiers et militaires n'ont pas été engagés pour dégager les routes, c'était un choix de ne pas mettre de l'huile sur le feu (voir les évènements du Chaudron de 1991...)

12.Posté par William le 14/11/2008 12:52
A mon avis, même problème de suréquipement dans les entreprises du bâtiment...
L'euphorisante défiscalisation a conduit beaucoup d'entreprises du bâtiment à se sur-équiper.
Les traites des engins ne pouvaient déjà pas être réglées avec une défisc constante alors imaginez sans défisc et avec l'effondrement qui va suivre de ce secteur sous perfusion !

Même chose pour la canne... L'équation économique ne tient pas !
Quand les subventions s'arrêteront la chute sera douloureuse...
Nous importons des denrées de façon outrancière... la culture de la canne est important au niveau patrimonial mais devrait être sérieusement repensée pour permettre une moindre dépendance alimentaire.

Il n'y a plus personne pour couper la canne. Les planteurs sont obligés de s'équiper en machines qui ne seront (à mon avis) jamais rentabilisées... La culture de la canne est sous perfusion et cette perf risque de se tarir bientôt...

Les planteurs bloqueront alors les routes pour manifester. Ils bloqueront les camions chargés de transporter les denrées importées qu'ils n'ont pas voulu faire pousser à la place de le canne... et la boucle sera bouclée.

13.Posté par cogito le 14/11/2008 21:28
Les transporteurs et les terrassiers me font bien rire: 5 entreprises de terrassement appelés et une seule s'est pointé pour voir le travail que j'avais à faire malgré des relances: deux sont venus!!!! Une qui voulait que je fasse sa fortune et l'autre que j'attend encore deux semaines et il me demande d'attendre encore: pas besoin de fric ces entreprises.
Avant eux pour un autre boulot l'entreprise ne veut e^tre payer qu'en espèce car les cheques trop de contraintes pour lui.
Les transporteurs: 55 euros pour faire 3 kilomètres et transporter 6 palettes de pierre pour 15à 20 minutes de travail!!
Il est temps de faire le ménage et ceux qui veulent travailler travailleront vraiment au juste prix .

14.Posté par denis le 14/11/2008 23:02
Tout à fait, Trouillomètre. William, cela dénote, que se soit de la part des transporteurs, des gens du batiment, ou des planteurs, une vue à court terme, faire joujou avec du beau matériel sans être capable de gérer.
Cogito, c'est vrai, ils sont :
1) soit fainéants,
2) soit voleurs !
Où sont les honnêtes gens, je vous le demande ! Ils sont rares.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales