Faits-divers

Le sous-sol du Maïdo reste une menace

Difficile de parler de victoire finale. Les mots des officiers du SDIS restent choisis. Cette journée du 3 novembre leur a une nouvelle fois donné raison. Trois départs de feux sont venus réalimenter les peurs d'un nouvel embrasement incontrôlé.


Vers 15h, des flammes d'une dizaine de mètres de haut font leur réapparition
Vers 15h, des flammes d'une dizaine de mètres de haut font leur réapparition
9h30, sommet du Maïdo. Sur le parking du belvédère qui plonge vers Mafate, le poste radio fréquence du camion des pompiers annonce un message menaçant : "des flammes de plusieurs mètres de haut sont aperçues dans les rampes du Piton des orangers". Sur place, le peloton du DHI du département du Var gère la nouvelle menace. Ils sont les yeux des pilotes d'Helilagon ou de Corail.

Venu assister aux premières rotations du Dash-8, le caporal Henri Grondin raconte la scène. "A l'annonce de la reprise de flammes dans les pentes du cirque de Mafate, on a quitté le parking d'où l'on regardait passer le Dash pour aller au belvédère". "Impressionnant", le qualificatif revient dans la bouche de tous les témoins. Voilà deux jours que pareille vision n'était plus arrivée. Heureusement qu'en ce matin du jeudi 3 novembre, le Dash rassure son monde.

Mais bizarrement, sur les flammes qui viennent de reprendre, ce sont bien les HBE (hélicoptères bombardiers d'eau) qui armeront leurs bambi bucket, cette poche élastique pouvant contenir 600 litres d'eau. Une configuration qui accrédite la thèse avancée par les officiels sur l'utilisation du Dash improbable sur les foyers en train de se consumer.

La matinée s'achève sur une note satisfaisante. Les remparts, à portée immédiate des hélicoptères - ils peuvent se poser à à peine 1 km du précipice du cirque - restent sous surveillance.

Et le vent donne de nouvelles frayeurs

Dans l'après-midi, le scénario se répète, seule la localité change. Les flammes s'offrent deux nouvelles percées. La première est effrayante. Positionné à deux kilomètres en-dessous du sommet du Maïdo pour y voir passer le bombardier, des flammes s'offrent à notre vue. Faisant au minimum 15 mètres de haut, elles viennent saigner une nouvelle fois Piton Rouge et Trois Bassins. "Le vent de Nord-Ouest s'est levé", confirme le caporal. 

Sur cette vision panoramique qui s'offre à nous, regard tourné vers le littoral (direction Trois-Bassins), on peut compter une vingtaine de fumeroles.

Une d'entre elle crache à nouveau un feu de 10 mètres, plus au Nord (au-dessus de la route forestière qui mène vers Tévelave). Trois hélicoptères quittent la base du PC logistique du sommet du Maïdo. Ils mettront 5 minutes à se rendre au-dessus du brasier sur ordre de l'officier aéro, en charge de la coordination des hélicos et du Dash.

Vers 15h30, les flammes ont laissé la place aux panaches de fumée. La comparaison avec un film catastrophe n'est pas loin. L'apocalypse au loin se joue dans un silence redoutable. A nos pieds, de jeunes pousses se remettent de l'incendie de 2010, à quelques encablures de la vigie inutilisée du Maïdo.

Les pompiers agissent au plus près. Ici sur la route forestière vers 11h ce jeudi 3 novembre
Les pompiers agissent au plus près. Ici sur la route forestière vers 11h ce jeudi 3 novembre

L'inquiétude vient toujours du sous-sol. Ici une photo prise ce matin dans la forêt des Bénares
L'inquiétude vient toujours du sous-sol. Ici une photo prise ce matin dans la forêt des Bénares
Jeudi 3 Novembre 2011 - 18:58
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1422 fois




1.Posté par simili noe le 03/11/2011 19:25
le sous sol de notre ile est gorgé de pétrole .
Le préfet va bientot ramener le prix de l'essence à zéro.
alleluia,inch allah,mahomet président,et paul Vergès son prophète !

2.Posté par noe le 04/11/2011 05:35
Finalement nos pompiers apportent de l'eau aux arbres !

S'il n'y avait pas d'incendies , nos arbres auraient souffert de la sècheresse .... On pense rarement à arroser nos forêts ....
L'emploi des pompiers comme arroseurs serait une bonne action et un bon emploi de ces pros !

Et puis les cendres feront un bon fumier (voir cultures sur brûlis pratiquées en Afrique et en Amazonie)

3.Posté par pirotj le 05/11/2011 19:13
si j'ai bien compris le feu se propage en "sous sol" je suis originaire d'une région de tourbiéres (sorte de charbon produit en sous sol à partir de déchets végétaux) un feu apparamment éteint peut se réveiller des mois + tard,pour leMAIDO,il faudra rester vigilant!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales