Société

Le sort du temple tamoul de la rivière Saint-Étienne entre les mains de la cour d’appel

La famille Abezzot plaide la bonne foi, assurant avoir reçu l’autorisation de la Mairie pour construire leur temple. Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre ne l’avait pas entendu de cette oreille.


Photo d'illustration
Photo d'illustration
L’édifice construit en janvier 2014 sur les rives de la rivière Saint-Étienne entraine bien des débats. Dès le début de la construction du lieu de culte, la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) constate l’infraction. Le bâtiment est placé sur une zone d’aléa naturel fort sur le plan d’urbanisme. Les risques sont bien réels: inondations, glissement de terrain, avec les fortes pluie, la proximité avec la rivière Saint-Étienne peut vite être catastrophique.

Une mise en demeure immédiate est prononcée, mais les travaux sont poursuivis malgré les arrêtés préfectoraux. La famille Abezzot  est sûre de son bon droit, ayant reçu une autorisation écrite du maire Claude Hoarau autorisant la construction.

Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre s’est donc saisi du dossier, ordonnant la destruction du temple, mais la famille Abezzot a fait appel de cette décision . Au delà de la proximité du lit  la rivière qui viole le code de l’urbanisme, le bâtiment ne respecte pas l’espace de continuité écologique. Il ne respecte pas non plus la distance de sécurité réglementaire vis-à-vis de la quatre-voie. De plus, il est trop proche de la chapelle du Rosaire, classé bâtiment historique et dont la modification des alentours nécessite l’intervention d’un architecte des bâtiments de France.

C’est ce dernier argument qui fait bondir le bâtonnier Georges André Hoarau, qui fustige contre l’existence d’une hiérarchie dans les religions.

La décision de la cour d’appel est attendue pour le 19 novembre.
Vendredi 23 Octobre 2015 - 12:04
.
Lu 2560 fois




1.Posté par vieux frère créole le 23/10/2015 12:19
quel nul cet avocat..

2.Posté par A mon avis le 23/10/2015 12:33
La religion n'est pas au dessus des lois !

3.Posté par Isis le 23/10/2015 12:40
Comment autant de temples pleuvent sur l'île, alors que les églises sont limitées, que les mosquées sont aussi limitées dans leur constructions ? J'approuve totalement le Tribunal de St Pierre dans sa décision. C'est le souk ou quoi sur l'île ??? N'importe qui construit n'importe où ? Ah ben, moi je vais aussi construire ma maison sur le terrain communal ou celui du voisin...

4.Posté par noe le 23/10/2015 12:46
Pauvres boucs !
On ne va plus les sacrifier si ce temple est détruit ...
Que Shiva les aide ces pèlerins !

5.Posté par Domi le 23/10/2015 12:54 (depuis mobile)
Ok ! l''avocat est là pour défendre l''indéfendable. Mais qui a parlé de hiérarchie entre les religions !!!! Il y a des règles et tout le monde doit les respecter. Maître Hoareau sait très bien qu''on ne joue pas sur les terrains glissants à la Réunion

6.Posté par RADIO BISTROT le 23/10/2015 13:33
Que Georges André Hoarau bondisse sur son bâton, le problème n'est pas la hiérarchie des cultes (bien qu'entre eux il existe de toute façon des hiérarchies, la vraie religion étant bien entendu la sienne), mais de respecter les lois en vigueur.

7.Posté par lorema le 23/10/2015 13:49
Encore une claudehoarauterie de plus après l'endettement de Saint louis; Bientôt les saint louisiens devront bouffer des andettes.

8.Posté par Saint Louisien le 23/10/2015 15:06
Et qui c'est qui avait donné l'autorisation malgré toutes les interdictions qu'il connaissait , le célèbre C.H ., je fais exprès de ne pas mettre son nom car les deux maires passés faisaient et font toujours ça , le C.H. d'aujourd'hui fait toujours comme s'il était encore maire. Quand a l'autre , il travaille en misouk avec son " ennemi" C.H . Pour barrer la route à Piot Et à Mallet aussi car le vilain petit canard n'est pas content que son homme de paille fasse le boulot que lui n'a pas su et pas voulu faire ....

9.Posté par PHILIPPE du Chaudron le 23/10/2015 15:49
"Le tribunal correctionnel de Saint-Pierre s’est donc saisi du dossier, ordonnant la destruction du temple, mais la famille Abezzot a fait appel de cette décision . Au delà de la proximité du lit la rivière qui viole le code de l’urbanisme, le bâtiment ne respecte pas l’espace de continuité écologique" Faites moi rire, et toutes ces constructions en zone littorale, qui ne respectent pas les 50 pas géométriques (soit 81.50 m à partir du rivage), aucune poursuite à ce jour, et ce grand bâtiment des finances publiques situé à 11 mètres de la mer à trois bassins respecte t-il la zone des 81 m 20 ?

10.Posté par GIRONDIN le 23/10/2015 16:34
Une mise en demeure immédiate est prononcée, mais les travaux sont poursuivis malgré les arrêtés préfectoraux.

La messe est dites.

11.Posté par Thierry le 23/10/2015 18:57
ET dans les cours ... avec les clings clings du matin au réveil ... c'est amusant aussi.

12.Posté par Taubira le 24/10/2015 08:22
9.
excellente remarque !!

il conviendrait que les journalistes demandent au parquet pourquoi il ne s'auto-saisie pas des situations que vous évoquez.

bravo à vous.

13.Posté par môvélang le 25/10/2015 20:07
Dans ces conditions, il faudra aussi exiger le rasage de la chapelle du rosaire, c'est vrai que la frence est un pays de race blanche et de religion chrétienne , mais si nous lépa plis , nous lépa moins non plus !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

14.Posté par polo974 le 27/10/2015 12:19
comparer une construction d'avant la révolution à un bétonnage illégal et parler de "hiérarchie dans les religions", c'est de la mauvaise foi 100% pur jus.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales