Economie

Le secteur du tourisme se plie à la mode du job dating

Comment va le marché de l'emploi ? Évidemment pas au mieux au regard des derniers chiffres Insee. C'est pour jouer à plein son rôle de "facilitateur" entre offres d'emploi et demandes des entreprises, que le Club du tourisme a donné sa chance à une centaine de jeunes motivés ce matin dans l'Ouest. Si l'initiative est saluée de tous, quelques avis font mentir la règle...


 
Les grands moyens sont mis sur la table pour "trouver la perle rare", comme le dira elle-même Katherine Chatel, présidente du récent Club du tourisme*. Au lieu de passer par les canaux habituels, le Club du tourisme a choisi de donner de l'ampleur aux recrutements dans le secteur. La mode des forums de l'emploi ne semble donc pas prête de s'arrêter, elle se spécialisent même de plus en plus. A côté des forums généralistes organisés depuis quelques mois par le Pôle emploi aux quatre coins de l'île, le secteur du tourisme se prend également au jeu.

Dans les locaux de la SEM Tamarun, en charge de la salubrité des plages de la côte Ouest, le Club du tourisme a fait se rencontrer professionnels du tourisme et jeunes (ou moins jeunes d'ailleurs...) en recherche d'un emploi.

Tout était dans l'intitulé de la manifestation : "Forum des métiers du tourisme et job dating". Pour sa première édition, Katherine Chatel a pu réunir 24 entreprises ainsi que neuf organismes de formations. Bref, des employeurs potentiels pour la centaine de candidats attendus. Les allés de la SEM Tamarun ont d'ailleurs été prises d'assaut dès l'ouverture. "C'était à qui serait là le premier, derrière le portail très tôt ce matin", déclare une personne en charge de l'organisation.

Il y avait de quoi être pressé. Environ 23 offres fermes étaient mises sur la table des différents partenaires ce matin. Un chiffre amené à évoluer au cours des discussions et des rencontres puisque "des postes bien précis peuvent avantageusement s'ouvrir au fil de la conversation si le chef d'entreprise voit arriver un profil intéressant", déclare un membre du Club du tourisme.

Le secteur du tourisme se plie à la mode du job dating
"La demande est bien là", confirme Katherine Chatel, qui évoque le cas de nombreuses candidatures spontanées. Sur le principe du job dating, pas plus d'une dizaine de candidats par poste était amenée à rencontrer les professionnels qui ouvraient les postes qu'ils lorgnaient. Au final, et si ce type de manifestation est amenée à se renouveler prévoit déjà la présidente du Club, quelques déçus n'iront pas par quatre chemins pour exprimer leur doute à Katherine Chatel.

Le secteur touristique n'est pas épargné par le repli économique

"Je suis déçu de constater que des personnes avec des CV remplis sur deux pages obtiennent les faveurs des recruteurs", lance Florian, qui prospecte également. Le jeune de 22 ans a pourtant quitté le fameux centre du Centhor diplômé en 2009. Depuis, devant la contraction du marché, il a été contraint de se replier sur une aventure personnelle. "Une micro-entreprise pour travailler dans l'événementiel", ajoute-t-il. Un parcours atypique mais que vivent finalement beaucoup de ses camarades de promo. "On nous demande à la sortie d'école de l'expérience. Mais comment obtenir de l'expérience si jamais aucun employeur ne nous fait confiance ? C'est un cercle vicieux", jugera, dépité, le jeune homme qui n'a pas manqué de le signaler à l'organisatrice de l'événement. "Un job dating, c'est une rencontre entre un employeur et un candidat. Je ne peux rien garantir", ajoutera Katherine Chatel. "J'ai plus l'impression que les professionnels présents sont là pour soigner leur image", ajoutera dépité l'ancien du Centhor.

"Le Forum des Métiers du Tourisme & Jobdating" est aussi l'occasion d'apprendre aux postulants que le tourisme ce n'est pas que l'hôtellerie ou la restauration. "C'est aussi les loisirs, les agences, les guides touristiques...", renouvellera pour sa part la présidente lors de la conférence de presse.

En 2011, ce sont 6.000 offres d'emplois qui se sont ouvertes dans le secteur touristique à la Réunion. Preuve d'un désavantage qui va croissant pour les jeunes diplômés, la majorité de ces offres se caractérisent par des contrats à durée déterminée. La saisonnalité reconnue au secteur touristique n'explique pas tout... 

----------
*Le Club du Tourisme (association Loi 1901) a été créé le 29 avril 2010 sous l'impulsion de trente chefs d'entreprises du secteur touristique. L'association représente aujourd'hui 64 professionnels issus de tous les secteurs du tourisme (hôtellerie, restauration, loisirs, transport aérien et terrestre, agences de voyage, etc.).
Mardi 15 Novembre 2011 - 17:14
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1889 fois




1.Posté par ndldlp le 15/11/2011 16:39
la SEM TAMARUN a t elle loué ses locaux ? c'est pas son objectif, que de faciliter ou de co organiser ou ne serait ce que participer à ce genre de manifestation.
quand chacun s'occupera de son périmètre, sans doute les choses bougeront elles un peu !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales