Culture

Le roman "L'affaire de l'esclave Furcy" adapté en long-métrage d'animation

Lauréat du prix Renaudot et France Télévision en 2010, l'ouvrage "L'affaire de l'esclave Furcy" sera adapté en long-métrage d'animation pour le cinéma. Rendue possible par l'APCOI (Association pour la promotion du cinéma de l'océan Indien), en coproduction avec Tiktak production, la sortie du film est prévue pour le 20 décembre 2017.


(Gauche à droite) Jerôme Raimbault, Chargé d'affaires entreprise au Crédit Agricole et administrateur de la fondation représentant les salariés; Laurent Médéa, Président de l'Association pour la Promotion du Cinéma dans l'Océan Indien; Pulchérie Timol, Présidente de la Caisse locale de Sainte Clotilde et administratrice de la Fondation représentant de la Caisse Régionale; M. Degard, Délégué Général de la Fondation Crédit Agricole Réunion-Mayotte
(Gauche à droite) Jerôme Raimbault, Chargé d'affaires entreprise au Crédit Agricole et administrateur de la fondation représentant les salariés; Laurent Médéa, Président de l'Association pour la Promotion du Cinéma dans l'Océan Indien; Pulchérie Timol, Présidente de la Caisse locale de Sainte Clotilde et administratrice de la Fondation représentant de la Caisse Régionale; M. Degard, Délégué Général de la Fondation Crédit Agricole Réunion-Mayotte
Un projet ambitieux pour la Réunion. Le roman de Mohamed Aïssaoui, "L'affaire de l'esclave Furcy", va avoir droit à son adaptation cinématographique. Le film sera réalisé par Serge Elissade et co-écrit par Fatiha Dahmani. Aux commandes du projet on retrouve l'APCOI et la société Tiktak production. Elles ont signé le 15 janvier dernier une cession de droit avec les Editions Gallimard.

Hier, l'APCOI a obtenu une aide de 30.000 euros de la part de la Fondation du Crédit Agricole pour aider au financement du long-métrage. Car un projet comme celui-ci coûte cher. "Le projet est au stade de développement (inclus le pilote) et il est aussi co-financé par la Région Réunion. Le développement coûte 200.000 euros. On a déjà obtenu 100.000 euros. Il nous manque encore 100.000 euros que nous allons chercher pendant plusieurs longs mois (…). Nous faisons donc appel à d'autres mécènes, particuliers comme entreprises", explique le directeur de Tiktak production, Laurent Médéa.

"La cession de droit, plus l'écriture du scénario et la cession de droit graphique coûte déjà la moitié du budget. Le pilote sera terminé en décembre 2014 et la production sera lancée fin 2015 pour une avant-première le 20 décembre 2017 à la Réunion et une diffusion nationale et internationale en 2018", poursuit-il.

A titre de comparaison, "Moi, Moche et Méchant" a coûté 85 millions d'euros

Ce long-métrage d’animation s’adressera à tous les publics et aura donc une grande valeur pédagogique pour aborder, à la fois la question historique de l’esclavage, mais aussi de grandes valeurs universelles, éminemment à l’ordre du jour, au premier rang desquelles la notion de liberté.

Devenir libre sera la base de l’intrigue scénaristique doublée d'une réflexion sur la responsabilité et l'engagement. Cette idée de liberté, premier article de la Déclaration des droits de l’homme, s’impose comme le premier combat du film, devant celui contre l’injustice, l’inégalité, l’intolérance ou encore le racisme, également évoqué dans cette histoire.

Le long-métrage d'animation coûtera au final 5 millions d'euros. En tout, 60 emplois seront créés à la Réunion pendant deux ans, et entre 2 et 3 millions d'euros seront injectés dans l'économie réunionnaise (CNC, chaînes de télévisions françaises et étrangères, distributeurs de cinéma, pré-ventes à l'international, l'Union Européenne et autres aides privées).

Un petit budget comparé au coût moyen d'un long-métrage d'animation classique, aux alentours de 8,5 millions d'euros, ou encore d'un block-buster comme "Moi, Moche et Méchant" dont le coût était de 85 millions d'euros.

------------

Par ailleurs, la production recherche des comédiens pour jouer le rôle des personnages principaux (dont Furcy). La production aura aussi besoin de figurants hommes, femmes, enfants et adolescents.

Vous pouvez voir les dessins sur le site www.tiktakprod.com/furcy

Envoyez votre CV à contact@tiktakprod.com

Ou postez-le à l'adresse de la production au :

11ter rue des Ecoliers
Apt. 7, Résidence Pulchérima
97490 Sainte-Clotilde
Mardi 15 Avril 2014 - 15:45
Lu 1599 fois




1.Posté par noe le 15/04/2014 17:01
Un film de plus sur l'esclavage ... Est-ce utile et pédagogique de tj vouloir remuer la "merde" d'antan ?
L'esclavage a existé et existera toujours de par le monde et même chez nous ...
On est tous , esclave de quelque chose : de la vie , de la mort , de soi-même , de sa couillonniste , des autres ...de la bouffe ....du travail mal payé ...du zamal , du champagne ....

2.Posté par .A Noe.. le 15/04/2014 17:15 (depuis mobile)
Esclave Malheureusement De La Connerie Egalment Et Surtt Des Commentaires Inutiles..N'Est Ce Pas..!!

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 15/04/2014 19:34
Ce que je n’ai pas compris c’est pourquoi – après la « découverte » des archives sur l’affaire Furcy, en 2005 – il a fallu que ce soit Monsieur Aïssaoui qui nous rapporte cette belle histoire… Et pas du tout quelqu’un du pays !

Mohammed Aïssaoui s’étonne d’ailleurs de cette totale absence d’intérêt : « Vingt-sept années de procédure, un nom, des hommes qui l’ont soutenu – des Justes –, d’autres qui l’ont maltraité, emprisonné…Des documents précieux, des lettres signées par un esclave… J’ÉTAIS SURPRIS QUE PERSONNE NE S’Y SOIT VÉRITABLEMENT INTÉRESSÉ. Six mois après Drouot, les textes dormaient encore dans le bureau parisien au milieu de bibelots sans intérêt, en attendant leur expédition aux Archives départementales de le Réunion. Quatre ans après, ils n’étaient toujours pas classés. »

Quelle honte pour la Réunion des « historiens » et autres « kolèctifs » de l’esclavage réunionnais, que cette indifférence méprisante devant la dignité, le courage, la persévérance, de cet homme-là ! Pour revendiquer et obtenir – en Droit ! – sa liberté.

Je suis reconnaissante à Monsieur Aïssaoui d’avoir parlé de Furcy avec tant de respect et d’admiration. Je lui suis reconnaissante de me l’avoir fait connaître, vivant et…LIBRE !

4.Posté par iliade974 le 15/04/2014 19:49
Et on remue, on s'enfonce et on se cantonne dans l'eternel '' nous lé descendant z'esclaves'''..
Les statues de ci et de là, les stéles ''a la mémoire de'', des panneaux en créole que personne ne lis..
Est ce que nos voisins mauriciens gémissent éternellement sur leur passé ????

Ils manient le français et l'anglais (parfois même le créole réunionnais) se perfectionnent sur l'accueil et le tourisme. Cumulent deux boulots pour essayer de s'en sortir...
Savent que le reunionnais est une proie naive et attendent les vacances pour pouvoir abuser de ses euros pendant que les cousins de l'ile bourbon en sont encore à se prendre pour des victimes de...
Tout ce petit monde étant gentiment asservi par nos élus locaux qui ont compris ''le filon''
.

5.Posté par Ker Maron le 16/04/2014 12:42
A ceux qui disent qu'ils s'agit encore de remuer notre sombre passe : avez-vous lu ce livre ? Je l'ai lu et ce que j'en retiens c'est le combat noble d'un homme qui voulait que, comme la loi d'alors le prevoyait, sa liberte lui soit rendue. Il ne faut pas voir de revendication et/ou victimisation partout.

6.Posté par iliade974 le 16/04/2014 15:37
@5
Il ne s'agit pas de dénigrer le combat de cet homme loin de moi cette idée..
Mais qui lira ce bouquin ?? vous, moi, une poignée de personnes suffisament interessées par la cultureRéunionnaise...
Quand au commun des personnes ils ne verront à travers le peu qu'ils voudront bien,ou comprendront bien une éternelle commémoration du passé dans laquelle ils se sentent bien et s'y complaisent.....


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales