Economie

Le prix du 6ème chariot-type en baisse de 2,54 %

En l'absence de Pierre-Henry Maccioni , c'est le secrétaire général aux affaires régionales Jean Ballandras qui a présenté le 6ème relevé du chariot type. Dans le contexte actuel, marqué par les mobilisations sur la vie chère, le "chariot type" de la Préfecture apparait en baisse, mais la polémique demeure sur la façon dont il est réalisé.


Le secrétaire général aux affaires régionales Jean Ballandras
Le secrétaire général aux affaires régionales Jean Ballandras

Le prix moyen du 6ème chariot-type a diminué de 2,54% par rapport au 5ème relevé du mois de janvier dernier. Pour le consommateur, il devient de plus en difficile de s'y retrouver... Malgré les nombreuses améliorations méthodologiques apportées à chaque nouveau relevé, le problème de la disponibilité des produits types est toujours d'actualité.

Les services de la préfecture ont mis en place une batterie d'évolutions méthodologiques. Pourtant, les handicaps des différents relevés des chariots type subsistent : au moment où le chariot type est réalisé, ces relevés deviennent caduques pour le consommateur du fait de la fluctuation dans la disponibilité des produits. Le relevé a donc de l'intérêt mais au moment précis où il est réalisé. Pour le secrétaire général aux affaires régionales, la "facilité est une illusion... Il faut beaucoup d'efforts pour obtenir une meilleure lisibilité des prix."

A noter que pour ce 6ème relevé, les évolutions positives en terme de lisibilité pour les consommateurs ne doivent pas être négligées. On peut par exemple noter que les produits non référencés des marques nationales dans certaines enseignes comme les produits en rupture de stock sont désormais identifiés par un code couleur. Par ailleurs, le prix des produits a été ramené au prix au litre ou au kilo, en raison des différences relevées dans les différentes contenances.

Autre problème: au regard du nombre de produits indisponibles, le coût du 6ème chariot-type n'a pas pu être calculé dans 7 des 14 points de vente.

Le second handicap de taille est que sur les 700 prix du relevé, 49 sont des promotions. Il semble qu'il y ait donc un lien direct entre la baisse de 2,54% constatée entre le 6ème et le 5ème relevé et le nombre de promotions (49 prix sur 700 au lieu de 26 sur 700 lors du dernier relevé).

Par ailleurs, 27% de ces promotions concernent les produits de marque nationale et 73% les produits les moins chers disponibles en rayon. Pour Jean Ballandras, "il faut partir de cette situation actuelle pour améliorer les relevés... L'argument de l'indisponibilité ne peut pas être reproché à l'administration."

Une question se pose, quelle est l'utilité d'avoir des produits peu chers s'ils ne sont pas disponibles? Difficile de répondre. Toujours est-il qu'il a été observé une augmentation des prix des produits de marque: +0,74% sur les zones Nord et Est et +1,89% sur les zones Sud et Ouest. Faut-il en tirer comme conclusion que lorsque les enseignes organisent des campagnes de promotions, elles augmentent les prix sur d'autres produits?

A l'inverse, les produits d'entrée de gamme enregistrent des diminutions comprises entre 1,15% et 4,91%.
Enfin, lorsque l'on observe les difficultés rencontrées sur 50 produits, on ne peut que s'interroger sur la future liste des 100 produits des produits d'usage quotidien dont la liste doit être déterminée par une commission composée des services de l'Etat, de la grande distribution, des industriels ou encore des organisations professionnelles et familiales.


Plus forte hausse des prix sur un article entre le 5ème et le 6ème relevé :

Les glaces batonnets (X16) à Hyper Champion Butor : + 43%

Plus forte baisse des prix (hors promotion) sur un article entre le 5ème et le 6ème relevé :

Eau de source locale en pack à DIA Moufia (prix au litre) : - 40%

Quelques exemples de prix de produits notés lors du 6ème relevé (hors promotion) :

Bières Dodo (prix au litre) : le moins cher : 1,60 € à Hyper Crack St-Pierre
                                          le plus cher : 1,95 € à Hyper Champion Butor

1litre d'huile de tournesol : le moins cher : 1,79 € à Hyper U St-Louis
                                          le plus cher : 1,97 € à Jumbo Score Sainte-Marie, Hyper Crack  
                                                                                      St-Pierre, Jumbo le Port, Score St-Louis,
                                                                                      Champion Possession, Jumbo St-André et 
                                                                                      Champion St Benoit

Riz demi-luxe (15% brisures) (prix au kilo) : le moins cher : 0,90 € à Hyper U et Hyper Crack à St-Pierre
                                                                  le plus cher : 0,99 € à Leader Price Monthyon.

Vendredi 20 Février 2009 - 14:18
Ludovic Robert
Lu 1135 fois




1.Posté par phyllie le 20/02/2009 19:17
Ah, les braves gens, les braves technocrates.

Imaginez un peu les difficultés qu’ils rencontrent. Définir une liste de produits, et suivre leurs prix….
Fallait-il que la grande distribution locale soit présente pour suivre ce dossier, à moins qu’elle ne souhaite garder un œil attentif et influencer les résultats.

Pour l’anecdote, cela fait plus de 25 ans qu’en métropole les panels de consommateurs existent et fonctionnent.
Vous allez rire, vous avez même les parts de marché de chaque Marques, mais cela vous le saviez déjà.

Je m’étonne qu’une société comme Nielsen n’ait pas été contacté pour réaliser ce sondage permanent à la Réunion ? leurs expertise est mondiale, ça calme non ? c’est sûr au pays des champion du monde, il vaut mieux démontrer que l’on sait faire mieux que les autres, n'est ce pas ?

Je me mare.

C’est du grand Barnum votre chariot type. La GD locale vous prend pour des C… et vous ne vous apercevez de rien.

Faites appel à des PROs, nous allons gagner en crédibilité, en temps, en efficacité.
Pour les Technocrates de service allumez l'ordinateur, en appuyant sur le bouton prévu à cet effet, non appelez votre assistante et demandez lui de chercher sur les "pages jaunes" par internet (ne vous inquiétez pas elle connait), la société "NIELSEN". puis comoser le numéros de téléphone.
Vous allez être en relation téléphonique avec Tatiana, dites lui que vous appelez de ma part. Vous allez voir ce sont des PROS. Ils vont vous démerder le dossier en deux temps trois mouvements.


2.Posté par G.Maillot le 20/02/2009 19:53
Super!
J'ai encore été faire des courses ce matin...Sauf erreur de ma part, notre petit monde n'a pas changé!
Depuis mon retour, j'ai même pu prendre 10 kg...En mangeant de la merde!
Je rigole...Pas vraiment!
On fait quoi demain? D'après certains, TAK devrait sauver La Réunion dés le 01/03...
Il faudrait qu'on se mette à acheter des enseignes nous aussi!

3.Posté par Jean Pette-Dejoy le 20/02/2009 22:02
On dirait un sondage sur le chômage... pourvu qu'il baisse quoi... Non mais franchement, 2,54% ??!!
Autant ne faire aucun effort c'est pareil.

Défi : va acheter 30 articles distincts et utiles, essaye de ne pas atteindre 100 euros, ensuite repasse me voir, je te refilerai les 2,54 euros d'économie dont je peux me priver.

Comme dit Jardinot (lé où lui ?) : arrêt' plannéééé don !

4.Posté par david le 21/02/2009 08:22
ça me fait penser à la dernière blague en vogue.

Nicolas à Carla : " Je ne comprends pas pourquoi les gens se plaignent du pouvoir d'achat. Dans notre rue, j'ai trouvé un magasin avec des pantalons à 40 euros, chemises à 35 euros...C'est pas cher"
Carla à Nicolas : " C'est les tarifs d'un pressing mon chéri"

5.Posté par Broutille le 21/02/2009 09:54
L'effet boomerang qui nous entraîne vers le nivellement.

Qui se plaignait de la mondialisation quand les industriels implantaient leurs unités de production dans les pays à bas salaire et sans couverture sociale : Personne car les produits revenaient dans les étalages bien moins chers que s'ils avaient été produit dans les pays dit "riches" : Avions, voitures, GSM, ordinateurs, pommes de terre, tomates, téléviseurs, etc. nous reviennent sans être trop pénalisé par la plus value des salaires et des charges.

Les pays émmergeants veulent eux aussi accéder au même confort et leurs salaires augmentent donc les prix augmentent, leur condition de travail s'améliorrent millimètre par millimètre. Le tout est amplifié par la spéculation d'individus (au sens individuel) sans scrupules.

Si on augmente les salaires nous accélérons malheureusement notre appauvrissement, il est peut-être temps de proposer un autre ordre économique.

Cela ne veut pas dire reconstruire le "communisme", car il a montré ces dérives, mais une économie où le fruit de l'activité humaine (manuelle et intellectuelle) est récompensée et non plus seulement le "travail".

Celui qui investit plus que l'autre dans une activité qui fait avancer l'humanité (art, sport, production, distribution, etc.) devrait pouvoir gagner plus que celui qui attend que les autres fassent ou participent.


6.Posté par Basile le 21/02/2009 11:21
Le conseiller : - Monsieur le Président, désormais, en France, il y a deux grands courants d'opinion, les optimistes et les pessimistes.

Sarkozi : - Ah ? Et alors, que disent les optimistes ?

Le conseiller : - Les optimistes disent que bientôt on mangera de la merde...

Sarkozi : - Mais ! Mais que disent donc les pessimistes ???

Le conseiller : - Que peut-être il n'y en aura pas pour tout le monde !

7.Posté par Désiré O'beurnoir le 21/02/2009 12:00
Combien sont payés les gugusses qui "gèrent" ces enquêtes à la mord moi le neutron?
C'est vrai,ce sont des fonctionnaires,alors pas touche à la fonction publique....
On nous prend vraiment pour des imbéciles! je ne vais surement pas aller à Saint Pierre acheter mon riz pour gagner 6 centimes par kilo....

8.Posté par Broutille le 21/02/2009 16:56
Vaine tentative d'amener vers un débat de fond, il vaut mieux peut-être des propositions à la Cambronne qui se complait dans le conformisme affligeant des pros et des antis (jacobins comme il répète inlassablement).

Bon moi je plies mes gaules, j'ai du me tromper de rubrique et de média.

9.Posté par Alain BLED le 21/02/2009 20:35
Quelle arnaque ! ces messieurs à cravate se foutent vraiment de notre gueule ! et en plus ils ne doivent pas souvent manier le caddie eux-même ! Ou bien ils sont incompétents, ou bien ils font leurs études bidon exprès pour boucher les yeux des plus naïfs !

10.Posté par Zora le 22/02/2009 10:42
Ce qui est triste, c'est que ceux qui nous annoncent la baisse du charriot type y croient vraiment.Sinon ils ne passeraient pas dans les médias, la bouche enfarinée, pour faire un effet d'annonce.
Messieurs, revenez sur terre, vous savez bien que les magasins ont baissé les prix en question et ont augmenté ceux qui sont autour et qui sont aussi utiles.
Où pourrait-on obtenir la liste de ces produits de première nécessité ?

11.Posté par despe le 22/02/2009 11:19
En effet, plusieurs sources d'informations différentes et indépendantes apporteraient une garantie plus grande dans l'objectivité et la validité des chariots type :

http://fr.nielsen.com/issues/competition.shtml

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales