Société

Le prix des tomates en hausse, mais pourquoi?


Le prix des tomates en hausse, mais pourquoi?
Lavée, coupée en petits morceaux, pour un rougail, un carri, une confiture... la tomate est l'élément essentiel aux recettes de cuisine réunionnaise. Nous sommes partis "bat' karé" sur le marché des Camélias pour tester les prix.

Ici, la tomate cultivée sous serre ou en champ libre, provenant de la Plaine des Cafres, de Salazie, de Saint-Pierre ou encore du Tampon, de l'Etang-Salé, de l'Entre-Deux, de Saint-Joseph, de la Petite île ou enfin de la Bretagne, varie entre 1,50 euros et 2,50 euros, voire même 5 euros le kilo pour les grosses tomates. Pourtant, il y a un mois, le kilo de tomates tournait autour de 1,50 euros. Pourquoi cette différence de prix si marquée?

Après explications avec les différents vendeurs ou maraîchers de la place, il s'avère que l'offre de tomates cultivées plein champ est réduite, ce qui provoque une hausse de prix. "Je n'ai réussi à obtenir qu'une seule récolte potable, les autres pieds sont devenus secs à cause de la chaleur du jour et de la fraicheur des nuits et surtout à cause du mildiou", explique un maraîcher de la Bretagne.

En cause, la sécheresse, principale responsable favorisant l'apparition de virus ou champignons comme le "mildiou". Cette maladie est fréquente chez la tomate et la pomme de terre. Elle se manifeste quand il fait chaud et humide. Les tomates perdent alors leur rouge pour décliner vers le noir.

Sous serre, la culture de la tomate est un peu plus à l'abri des conditions météorologiques et prend jusqu'à six mois pour atteindre sa maturité, tandis qu'en plein champ, il faut à peu près trois mois...

Les prix devraient rester stable sauf si de grosses pluies s'abattent sur l'île. Bonne nouvelle, l'année prochaine devrait coïncider avec la prochaine récolte et donc le retour des petits prix... De quoi garder la banane !

Le prix des tomates en hausse, mais pourquoi?

Le prix des tomates en hausse, mais pourquoi?

Le prix des tomates en hausse, mais pourquoi?
Vendredi 23 Novembre 2012 - 13:28
Lu 1404 fois




1.Posté par tonton le 23/11/2012 13:18
ça pousse chez moi, j'invite à tous les participants de ce forum de s'approvisioner chez moi (moins chers !)

2.Posté par noe le 23/11/2012 13:33
Sècheresse oblige !
Trop grosse consommation ...on met la tomate partout dans n'importe quel carri alors que crue avec du sel , c'est bon pour avoir le teint frais et le ventre plat ...

3.Posté par ineptie le 24/11/2012 05:20
Sous serre, la culture de la tomate est un peu plus à l'abri des conditions météorologiques et prend jusqu'à six mois pour atteindre sa maturité, tandis qu'en plein champ, il faut à peu près trois mois...


Quand on y connaît rien... on se tait !

Quel est le comble du maraîcher ?
Se mettre nu devant ses tomates pour les faire rougir.

4.Posté par Quand la point, lé cher le 24/11/2012 06:49
Non! les agriculteurs réduisent volontairement leurs productions afin de créer un déficit entre l'offre et la demande, de plus, ils misent aussi sur les catastrophes ( pluies, cyclones sécheresses etc ) afin de déclarer des pertes de productions imaginaires?
Plein champ, c'est 14 kilos par pied, sous serre , c'est 28 kilos par pied, celui chez qui , j'ai travaillé, il a arraché ses pieds en pleine production parce que!

5.Posté par Trudy le 24/11/2012 08:56
Autrement dit : le temps sec fait venir le mildiou qui se manifeste quand il fait humide (dit le journaliste) et qui a pour conséquence d’assécher les pieds de tomates (dit le maraîcher).

Comprenne qui pourra…

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales