Economie

Le préfet rencontre le Comité des pêches: La "fausse plaisance" dénoncée


Le préfet de La Réunion, Dominique Sorain, a rencontré le CRPEM (Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins) ce mercredi au Port pour faire un point sur la filière pêche à La Réunion et les problèmes qu'elle rencontre. Le comité lui a notamment présenté les enjeux de la Réserve marine, les méthodes de pêche, les différents poissons, les DCP et récifs artificiels qui entourent l'île.

Deux points majeurs ont été abordés: la "fausse plaisance" et la Fédération des pêcheurs artisanaux de l'océan Indien. Le comité rappelle en effet que sur les 4.000 bateaux de plaisance de l'île, environ 150 ont une activité qui ressemble à de la pêche professionnelle commercialisée sans l'être officiellement. Selon le président du CRPEM, Jean René Enilorac, il faut protéger la Réserve marine qui subit ces activités et maintenir la pêche traditionnelle. "Dans les années 90s, les gros pêcheurs ont investi pour aller au large afin de ne pas trop endommager l'écosystème des côtes et aujourd'hui ce sont d'autres qui viennent dans la Réserve", s'indigne-t-il, avant de demander l'aide du préfet. Selon le comité, on peut parfois compter autant de poissons provenant de la "fausse plaisance" que de la pêche professionnelle, soit environ 800 tonnes par an.

Pour Dominique Sorain, ancien directeur des pêches maritimes et de l'aquaculture au ministère de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, l'activité doit être encadrée car "il ne faut pas basculer dans la quasi-professionnalisation" de l'activité.

Enveloppe de 11,9 millions d'euros

Autre point: la nouvelle Fédération des pêcheurs artisanaux de l'océan Indien qui a vu le jour cette année. Son but est de donner de la force à cette filière qui compte 5.000 emplois directs et accroître la visibilité de ces pêcheurs dans le processus décisionnel du secteur. "Les accords de pêche entre les pays sont importés pour faire face à la compétitivité dans la zone, tout en gardant une exploitation raisonnable de la ressource", explique le préfet.

Lutter contre la pêche illégale, augmenter les échanges entre les pays, améliorer la productivité mais aussi la sécurité des bateaux, la stabilité des ressources des pêcheurs... tout cela a été évoqué pour le préfet qui a annoncé qu'il détenait une enveloppe de 11,9 millions d'euros pour y parvenir. "La pêche est une richesse pour La Réunion qu'il faut à tout pris protéger", termine-t-il.

Mercredi 12 Novembre 2014 - 14:39
SH
Lu 1266 fois




1.Posté par AMWIN MEME le 12/11/2014 20:51
Tiens, revoilà le parasite social en chef, a baver sur la plaisance ...pauvre préfet, etre obligé de supporter ce clown grotesque ...gavé de subventions depuis plus de vingt ans, et avec ca même pas le décence de se taire, quand on a été a la tête d'une fraude massive sur les bons de carburants.

Au fait Jean René, est ce que toi et tes amis avez remboursé à l'état et aux collectivités tout le fric que vous leur avez piqué pendant tout ce temps? Évidemment non, puisque tes petits copains de la pref, des aff mar ne t'ont jamais demandé de le faire...ah les amitiés de vingt ans (et accessoirement la paix sociale sous les cocotiers) ça se préserve non?

Puisqu'on en est à dénoncer (pratique usuelle chez tes amis pro paraît-il...) on aimerait entendre ton joli sifflet de canari sur les dégâts provoqués par les thoniers de la sapmer dans l'océan indien...

Et puis après tu viendras nous parler de la protection de la ressource....

Si le sujet n'était pas aussi grave on en rirait: montrer du doigt les plaisanciers et se taire face à la dévastation de notre ocean par la pêche industrielle, autorisée et avalisée par ce même comité des pêches.

Je plains mes amis pêcheurs professionnels (les vrais, ceux qui partent a la pêche) d’être représentés par un tel individu, véritable pantin aux mains d’intérêts beaucoup plus puissants.

Mais en définitive, n'a ton pas les représentants que l'on mérite?

2.Posté par PRR et arrangements entre amis le 12/11/2014 21:56
CAP REQUIN a été proposé par un membre de PRR qui est pecheur professionnel. Comment est ce possible qu'il soit dans lassociation et ensuite le principal beneficiare de Cap Requin ?
Pourquoi la drumline a été choisi alors quon pren pas de requin boulboul avec ? Panier de crabes tout ça

3.Posté par Le Français aux Français, plizz le 13/11/2014 01:07
"Les accords de pêche entre les pays sont importés pour faire face à la compétitivité dans la zone"

???
J'ai des sueurs froides quand je lis les phrases du Préfet. Il cause pareil à la maison ? Ou bien c'est juste pour nous faire sentir qu'entre lui et nous, il y a une différence (un canyon, dans mon cas) de niveau intellectuel ?
Sérieux, j'ai moins de difficultés de compréhension en lisant "Pantagruel" en version originale non sous-titrée. Peut-être que je suis pas né au bon siècle, ou que le Préfet vient du futur ...

4.Posté par le piège de la jalousie le 13/11/2014 10:22
@post n°2:
les vigies, PRR l'a fé
la pêche, PRR l'a fé
les MSP (Médiateurs de Surveillance et de Prévention), PRR l'a fé

donc, avale ta haine et allé cachet'.
-------------------------------------------------------------

Les vigies marine restent une mesure supplémentaire dans la réduction du risque requin. Il est dommage que ce moyen ne soit pas validé car économique, écologique, et cela permettrait de relancer l'économie lié à l'océan.
Il aurait fallut tester les vigies dans des endroits réputés pour les rencontres avec les bull et les tigres afin d'obtenir le nombre d'intéractions nécessaire permettant d'avoir un minimum de données permettant d'affirmer ou d'infirmer l'efficacité des vigies marines.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales