Société

Le préfet : "Quelqu'un, dans son fauteuil, doit se dire : 'je vous ai bien eu'"


Le préfet : "Quelqu'un, dans son fauteuil, doit se dire : 'je vous ai bien eu'"
 
Les mots choisis par le préfet, Michel Lalande, vers midi dans une conférence de presse improvisée, a marqué la gravité du moment. Imposant le silence autour de lui, il a pour la première fois fait allusion directement à l'action d'une ou de plusieurs personnes malveillante.

"Nous avons la déasgréable sensation, à l'heure où toutes ces caméras et tous ces micros sont tendus devant nous, que quelqu'un, dans son fauteuil, quelque part, doit se dire, finalement : 'je vous ai bien eu'".

Mais très vite, le préfet est revenu à un discours plus offensif. "Ce qui est en jeu aujourd'hui, au-delà du feu, c'est de dire qu'on y arrivera. Eteindre l'incendie ? On y arrivera", a-t-il répété. Certes "au prix de prises de risques pour les hommes engagés et d'un coût considérables".

Un groupe d'individus bien organisé ?

Décidemment prolixe sur la nature criminelle des incendies du Maïdo comme de la Grande Chaloupe, Michel Lalande a caractérisé le ressenti de tous les acteurs. Ce ne serait pas à un pyromane auquel la Réunion a affaire mais bien à un groupe d'individus bien organisé. Pour rappel, hier après-midi, entre les hauts de Saint-Paul, la Grande Chaloupe et la Rivière des Galets, ce ne sont pas moins de neuf foyers qui ont été déclenchés entre 14h56 et 16h30.

"C'est une main, ou un ensemble de mains, anonymes pour l'instant, qui a décidé d'agir dans une unité de temps", contre "l'environnement réunionnais", a-t-il ajouté. Le préfet a aussi rappelé que le procureur de la République s'était saisi de tous ces faisceaux d'indices pour faire avancer une enquête qui s'annonce aussi compliquée que celle de l'année dernière.

Reprenant sa casquette d'homme d'Etat, Michel Lalande a conclu son intervention de 10 minutes par un discours attendu: "Je suis venu vérifier que les dispositifs montaient en puissance et de façon régulière".

Evitant toute critique naissante sur la réactivité des autorités, le préfet a rappelé l'essentiel: "Il faut bien voir que en quelques heures nous avons déployé autant d'hommes qu'au bout d'une semaine en 2010". Malgré sa confiance accordée aux soldats du feu locaux, il a toutefois interpellé le minisère de l'Intérieur pour réclamer des renforts. Son message a déjà été entendu. Vers 16h, une centaine de militaires des Fazsoi gagnait les pentes de la forêt de tamarins.
Mercredi 26 Octobre 2011 - 16:11
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1553 fois




1.Posté par noe le 26/10/2011 16:16
Ce ou ces pyromanes doivent être poursuivis et punis sévèrement ....
C'est un grand criminel ...Une bonne bastonnade sur la voie publique aurait été nécessaire et juste ....

Que des tests d'ADN des feux soient faits au plus vite pour le (les) retrouver !

2.Posté par P Collet le 26/10/2011 16:29
Le Préfet doit se donner tous les moyens pour mettre les auteurs de ces crimes hors d'état de nuire à nouveau.
Comme toujours on peut se demander à qui profite le crime. intérêt d'ordre politique ?
intérêt financier ? quoi d'autre possible ?
Et pourquoi ne pas lancer officiellement un appel à témoins avec une récompense très incitative ?

3.Posté par Zorba le 26/10/2011 16:57
Déclaration du Préfet Lalande le 22 octobre 2010 :"L'objectif doit être à la hauteur et il tient en peu de mots : plus jamais ça!". Encore une déclaration tonitruante de M. Lalande. Pour atteindre un objectif, il faut mettre les moyens. A quoi servent l'ONF, le Parc National, la Brigade Nature, les gendarmes éventuellement? Ne peut-on mobiliser ces personnels pour effectuer des patrouilles dans ces zones sensibles en périodes sensibles. Les braconniers chauffent la colle pour les oiseaux et utilisent le feu dans leur chasse aux tangues. Ils n'ont aucun scrupule. Il faut traquer de façon impitoyable ceux qui n'ont pas une présence justifiée dans le massif forestier.

4.Posté par Kaniar-Tine "à qui profite le crime" le 26/10/2011 17:04
çà doit être surement 1 mise en garde ou carrément une vengeance contre le Parc National des Hauts!Maintes raisons en font des leit-motiv:
-Embauche favorisant plus des goyaves de France que les "kréols"pour soi-disant prendre soin de nos Pitons,cirques et remparts(ah si bientôt on reverra les petits "gars la kour" dans la cendre avec des pics et pelles pendant que "d'autres" réfléchissent le pourquoi du comment!!)
-L'exaspération de ces ptits exploitants agricoles qui peu à peu se retrouvent broyés par les éxigences du système(au nom d'1 soi-disant sauvegarde du patrimoine)Ces"vengeurs masqués" ne sont peut-être pas plus fous que vous et moi.Ce mode de suicide collectif n'est(heureusement)pas étendu à l'humain.N'en déplaise à ceux qui voient là des propos racistes mais il y a bien d'autres réalités plus dérangeantes.Qui nous dira si d'autres Zorros ne balancent pas des ptits chiens à la mer pour attirer les squales: question de faire ch..r le Parc Marin!!

5.Posté par Michel le 26/10/2011 17:14
Bonjour le fantasme !! C'est ridicule d'accuser un groupe organisé, c'est surtout ne rien connaître de la mentalité d'un pyromane. Après les requins, ce Préfet fait surtout la preuve de son incompétence

6.Posté par ALEXANDRA le 26/10/2011 18:11
Si on écoutait et entendait les créoles....
Si on était logique au lieu d'être illogique......
Si .....

7.Posté par anastasié le 26/10/2011 19:12
les terrains brûlés deviendront ils constructibles..., seront ils réservés à l'agriculture ???

8.Posté par ndldlp le 26/10/2011 19:22
ce que la main de l'homme a fait, la main de l'homme le défera .. voici les termes du préfet pour expliquer que le dash8 ou tout autre système plus lourd en terme de charge, que nos braves hélicoptères péi, ne viendra pas.

confirmons que la signature d'un acte de nomination d'un préfet, peut se faire et se défaire également par la main de ce même homme... sacré préfet..aussi inefficace sur certains sujets que ces prédécesseurs.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales