Social

Le plan social de l'ARAST sera connu fin avril

Le président de l'Association régionale d'aide sociale territorialisée a confirmé l'étude d'un plan social au sein de l'institution. Laurent Técher (notre photo) n'avance aucun chiffre pour le moment. Car, des discussions sont en cours avec le Conseil général. L'ARAST comptait 1258 salariés au 31 décembre 2008. Ils étaient 1450 en 2006.


L’ARAST n’a pas dit son dernier mot. Le refus du Conseil général d’honorer la rallonge demandée de 10 millions d’€, conduit l'association à revoir son plan de gestion sur l’avenir. Ses perspectives seront étroitement liées à ce qui ressortira des discussions actuelles entre les deux parties.
“Nous continuons à discuter avec le Conseil général, concernant l’enveloppe supplémentaire dont notre structure a besoin pour remplir ses missions. Nous discutons aussi le tarif horaire de 16 €, sur lequel le Conseil général veut nous payer nos prestations”, explique Laurent Técher.
Le président de la structure réfute de manière catégorique, l’argument selon lequel le Département souhaite le démembrement de l’ARAST pour en récupérer ses missions, et ce à travers diverses associations.
Aussi bien dans le ton que dans le choix des mots, Laurent Técher, président de l’association, préfère la discussion constructive à la polémique inutile avec le Conseil général. “Nous avons d’abord une mission sociale auprès de la population. Nous devons avant tout en préserver la qualité”.
“En préserver la qualité” signifie et c’est étroitement lié, préserver l’emploi de 1258 professionnels formés et diplômés. “Le plan social à l’étude actuellement menace cet objectif”, ont indiqué plusieurs salariés de l’ARAST hier à la sortie de la rencontre avec Nassimah Dindar.
Laurent Técher, président de l’ARAST apporte d’autres précisions sur la vidéo.

Mardi 24 Mars 2009 - 18:50
Jismy Ramoudou
Lu 2213 fois




1.Posté par mac arthur 974 le 24/03/2009 22:52
du serieux ,que du serieux , à tous les niveaux et des personnes recrutées sur une base de compétence reconnue; voilà ce qui vous manque à l 'arast .

2.Posté par marcopolo le 24/03/2009 23:15
J'espère que le conseil général ne va pas céder.
Il n'est pas normal que depuis des années l'argent de nos impots servent à entretenir une structure qui n'a jamais été gérée dans les règles de l'art , l'ARAST n'ayant pas fait mieux que l'ARFUTS: dirigeants touchant des salaires de ministres , hiérarchie incompétente et plétorique , agents souvent sous employés , non formés et non diplomés et affectés à des missions qui n'ont pas une réelle activité.
Faut il ainsi s'étonner que les maires en aient eu marre que les crédits de fonctionnement de la politique de la ville gérés par le département aillent à l'arast et demande qu'on arrete la gabegie?
Pour une fois Nassimah a fait le bon choix. Elle devrait procéder de meme pour tous les autres satellites du Département dont la gestion est souvent opaque et la productivité très discutable (le SDIS , l'ADI,le CNARM,le GIHP...j'en passe et des meilleures....

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 25/03/2009 00:39
marcopolo, tes propos confirment donc le caractère politique de certaines gestions.. les politiques en sont donc pleinement responsables, et il ne faut pas blâmer à la limite les hommes ou femmes de paille qui sont positionnés à l'encadrement, sauf à ce que ceux là condamnent également le jean m'en foutisme de ceux qu'ils protègent, et à qui ils doivent leur place..

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales