Economie

Le plan du groupe Caillé accepté : "Pas un jugement par défaut"


 
Comme attendu (lire ici ), le tribunal de commerce a validé le plan de sauvegarde du groupe Caillé. Présenté hier, il prévoit le remboursement de 221,6 millions d'euros sur 10 ans. Un remboursement des dettes qui sera progressif, de 7% du passif la première année pour atteindre 23% du passif pour la dixième et dernière année.

Le président du tribunal a tenu à souhaiter "bonne chance" au groupe Caillé tout en précisant qu'il ne "pourra pas éviter de nouveaux écueils, comme toute société". Le président a enfin expliqué qu'il ne "s'agit pas d'un jugement par défaut".

"On a réussi à sauver beaucoup d'activités avec un transfert quasi total du personnel", s'est félicité le premier intéressé tout en estimant qu'il y a "malgré tout de la casse". "Je suis quelqu'un de sensible contrairement à ce que certaines personnes pourraient penser et je suis très affecté par ces emplois de perdu. Maintenant, il s'agit de faire de ce groupe l'exemple qu'il a été à la Réunion", a poursuivi François Caillé.

Parmi les entreprises en redressement dont le sort sera connu dans quelques jours, notons le cas de Sorequip dont le repreneur doit encore ficeler l'offre de reprise, avec le 28 septembre comme dernier délai. 50 salariés sont toujours dans l'expectative même si les garanties semblent suffisantes.

Concernant l'activité de location de véhicules, la société Budget se démantèle à l'adresse de la société Georges Michel, qui jouera désormais sur les deux tableaux avec de la location en courte et longue durée. Son président, Jean de la Perrière, avait déjà acquis la partie courte durée en 2010. "Il ne s'agit que d'une reprise de 100.000 euros", a-t-il affirmé à la sortie du tribunal. Le gros du portefeuille de clients est déjà engagé. Ici, l'activité de la société ne devrait pas souffrir d'une transition périlleuse. Quatre salariés sont confortés dans leur poste.

Enfin, sur l'autre volet des entreprises en sauvegarde, notons que le schéma est le même pour les sociétés Din Auto, HG Automobiles, Cash OI ou encore Logicar, qui devront toutes redresser la barre dans les 10 ans impartis. L'acceptation de ce plan de sauvegarde était "l'unique moyen de sauvegarder l'activité", a conclu le président du tribunal. "Le plus dur commence aujourd'hui", a ajouté Philippe Lauthier, le nouveau numéro 1 du groupe.
Mercredi 14 Septembre 2011 - 14:30
Lu 2628 fois




1.Posté par Le bateau coule le 14/09/2011 15:05
Personne ne croit qu'il remboursera sa dette
Les créanciers n'ont pas d'autre choix que tout perdre maintenant ou attendre pour récupérer un peu.
220 M€ à rembourser en 10 ans (sans compter les dettes contestées mais qui sont pour la plupart réeeles) c'est impossible pour un groupe qui cumule les pertes.
Bonnes chances aux salariés, mais qu'ils aillent ailleurs dès qu'ils en ont l'occasion, le bateau coule.

2.Posté par Z''embroKaf le 14/09/2011 15:34
Bonne chance !!!

3.Posté par olive le 14/09/2011 17:53
Ouf, ses prochaines vacances à Courchevel sont sauvées !!

4.Posté par David ASMODEE le 14/09/2011 19:14
"Ouf, ses prochaines vacances à Courchevel sont sauvées !! "

Maloki na point remède.
Pète un bon coup.

5.Posté par JEREMY le 14/09/2011 19:44
mr Caillé,je ne vous plains pas car vous dites que les réunionnais ne vous ont pas soutenu dans votre période de difficulté.Mais en embauchant des gens de l’extérieur payés grassement au lieu de faire confiance à vos compatriotes. Et vos collaborateurs qui ont pris un vol sans retour vers la France , ils sont ôû maintenant? Alors?.......Cela vous sert de leçon je l’espère de tout coeur.

6.Posté par aloz le 14/09/2011 19:47
En 1987 lors de l'inauguration de CONTINENT je n'ai pas compris pourquoi François Caillé avait besoin de Bernard Ayot pour investir dans la grande distribution. C'était comme si son aïlleul Jules allait s'associer avec l'importateur de Peugeot aux antilles pour vendre des voitures à la Réunion.

Un peu comme un loup dans une bergerie le groupe martiniquais a mis 25 ans pour manger petit à petit le groupe Caillé. Back to square one.

7.Posté par Mwinmidike le 14/09/2011 20:05
Vu les réactions de M. CAILLE au JT d'antenne. Je n'ai rien contre le bonhomme, mais je le trouve un peu excessif. Quand ça allait bien pour lui, j'espère qu'il a tendu la main à ceux qui en avait besoin, car c'est justement un manque de solidarité qu'il semble vouloir reprocher au monde économique local.

8.Posté par LUDO le 08/10/2011 18:18
moi pour ma part rien a changé depuis le tribunal c est a se demander si mr caille ne veut pas la mort de sont groupe volontairrement . de plus il y a autant de cadre dans ses societer qui son grassement payer et qui ne sert a rien. je pense que c est une façon de degraisser ses entreprise proprement

9.Posté par pere Plexe le 08/10/2011 20:49
???
té naze LUDO !!
tu te reveilles là ??
PTDR
un mois apres !!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales