Social

Le pilote d'Air Austral licencié puis réintégré attend toujours...

Souvenez-vous du pilote d'Air Austral qui avait été licencié par sa direction au mois de novembre dernier. Alors que la signature de l'annulation de son licenciement avait été considérée comme acquise le 29 décembre dernier, Phong Son Ho n'est, à ce jour, pas réintégré dans l'effectif de la compagnie.


Le pilote d'Air Austral licencié puis réintégré attend toujours...

Le pilote d'Air Austral qui avait pris l'initiative de ne pas décoller son appareil à Pierrefonds pour un problème de sécurité (voir ici ) n'a toujours pas été réintégré, plus de quinze jours après l'accord signé par Gérard Ehève, son Directeur général.

Le pilote, toujours aussi étonné de la décision de sa hiérarchie, n'en revient toujours pas. "J'attends toujours la notification de la direction", tout en indiquant que son dossier est également très attendu par le Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) qui s'est également senti visé par la mise à pied d'un pilote.

Aucune réponse depuis fin décembre


Pourtant, le 29 décembre dernier, après plusieurs heures de négociations entre la direction et le SNPL, le pilote de ligne avait finalement été réintégré, ou plus exactement, sa lettre de licenciement annulée, ouvrant droit à un nouveau contrat de travail.

Jacques Boju, délégué syndical de la SNPL et élu du personnel reste circonspect. Dans l'accord signé, Air Austral signifiait l'abandon du motif pour faute grave et signifiait la réintégration du pilote. Un accord avec "effet immédiat, ce qui veut bien dire que cela aurait dû se passer dans les jours qui suivent, il y a toujours un petit délai, mais là c'est beaucoup. On ne comprend pas à quoi ils jouent", rappelle Jacques Boju.

"A quoi veulent-ils nous pousser ?"


"C'est un jeu de ping-pong incompréhensible. La semaine dernière j'ai envoyé une lettre de relance, je n'ai eu aucun retour pour le moment. En appelant, guère de succès, les principaux interlocuteurs n'étant pas là, les subordonnés ne peuvent rien me répondre", ajoute le délégué syndical des pilotes.

"On est nous-même surpris par cette attitude. On ne comprend pas comment cet accord ne puisse pas être respecté dans les délais. A quoi veulent-ils nous pousser ?", questionne Jacques Boju. "Nous serons obligés, si rien n'est fait, de donner une suite sociale ou juridique à cette affaire" , conclut-il.
Lundi 17 Janvier 2011 - 15:51
Ludovic Grondin
Lu 2922 fois




1.Posté par lillas le 17/01/2011 16:57
et ça vs etonne ?? vous pensiez que Son allait être reintegrer comme ça , qu on allait lui derouler le tapis rouge ...franchement ?? on ne doit pas bosser ds la meme boite . vs pensiez syndicat et "amis " que vs aviez eu le dernier mot ....c etait juste les fetes et qu il fallait regler vite le probleme à n importe quelles conditions ...
Je ne sais pas qui a tord ou raison mais c etait peut etre pas la bonne solution cette greve ...meme si le dialogue est tres compliqué avec "Dieu " , fallait pas voir ses subordonnés. Le seul avancement , de TAILLE que ns avions obtenu c est cette commission ...merci à toi Jacques pour notre sécurité à tous .

2.Posté par hervetufal le 17/01/2011 17:30
Y aurait il une peur de révolution du goyavier , comme elle est de jasmin en Tunisie, avec risque d'un vol chargé d'or ou des familles de potentats locaux fuyant la révolution , vol que ce pilote pourrait empêcher , usant du même droit que celui dont il a usé dans sa société employeur et qui l'a conduit dans l'état où il est ?
Nous n'en sommes pas là, ....quoique.....?????

3.Posté par noe974 le 17/01/2011 17:35
il doit repasser les tests de pilotage : la Halde veille !

Comme celui qui a perdu les points en roulant à 168 km/h sur la Route sans Tamarins (ça ne pousse pas et c'est pour ça que certains font la pousse)

Soit le pilote attend ses points , ça prend 2 ans ou bien il refait les tests après un stage !


4.Posté par môvélang le 17/01/2011 21:35
viré de mon entreprise comme un malpropre par un patron voleur, je suis resté plus de 2 ans à attendre une hypothétique reintégration.
j'ai travaillé au noir, et mon patron a été condamné à me payer plus de 75 000 € (en plus de la réintégration)

le licenciement étant annulé, le patron doit payer les jours non travaillé de son fait!
présentes toi à ton poste selon ton contrat, ne te fais pas de soucis, tes heures non travaillées seront payées

5.Posté par PNC le 18/01/2011 13:43
Air Austral est une boîte de M.... je suis bien placé pour le dire, j'y travaille. Marre de ce dictateur qui ns prend pour ses esclaves.

6.Posté par un passager le 11/03/2011 22:34
Quand j'entend lé employer d'air austral se plaindre, cela me fait rigoler. Vous vous la péter quand vous étiez au moda bar lors dé soirée karaoké. Surtout quand le DJ annonce un bonsoir a nos amis d'air austral, et là tout le monde crie.

Et là vous dite que 'est une boite de M..., Aller TIR IN FEUILLE", ban l'intéréssan.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales