Social

Le personnel éducatif de l'Oasis réclame la venue du Recteur

Les salles de cours du collège de l'Oasis sont restées désespérément vides ce matin et le seront demain encore. Exerçant son droit de retrait, le personnel éducatif, accompagné pour une fois de façon plus conséquente par des parents d'élèves, demande la venue, en personne, du Recteur Mostapha Fourar.


Les enseignants se sont concertés pour exercer leur droit de grève (comme ici en décembre dernier déjà)
Les enseignants se sont concertés pour exercer leur droit de grève (comme ici en décembre dernier déjà)

La mobilisation semble gagner du terrain du côté du collège l'Oasis du Port où les parents d'élèves apportent petit à petit leur soutien à l'équipe éducative.

A la suite d'une agression survenue lundi après-midi dans les locaux du principal adjoint, touchant ce dernier ainsi que le conseiller principal d'éducation (CPE), les enseignants avaient exercé leur droit de retrait dès mardi matin 11h (voir notre article). Pas une première pour ce collège qui en est à son quatrième épisode violent en l'espace d'une année.

Le Recteur, sinon rien

Une absence de cours qui se poursuivra donc demain jeudi. "Depuis février 2010 et la première agression, le Recteur nous avait promis de se rendre dans notre collège. Jusqu'à maintenant, en décembre dernier et au début de février, seuls des personnes du Rectorat qui n'ont pas de pouvoir décisionnel sont passées", explique Thierry Chabriat, professeur d'EPS et représentant syndical SE-UNSA.

"L'ensemble des aides éducateurs, des enseignants suivent le mouvement et même le CPE. Cependant, pour un droit de réserve évident, le principal adjoint ne peut se positionner. Mais depuis aujourd'hui, nous voyons venir des parents d'élèves qui nous témoignent de leur solidarité, certains appellent même l'établissement pour nous dire qu'ils en ont assez de ce climat de violence".

Un point de vue que souhaite partager tous les protagonistes du collège avec Mostapha Fourar, mais cette fois-ci de vive voix.
Mercredi 2 Mars 2011 - 16:01
Ludovic Grondin
Lu 1166 fois




1.Posté par noe974 le 02/03/2011 16:11
Heureusement que dans une semaine , ce sont les vacances , ça va refroidir les esprits qui s'échauffent beaucoup en ce moment ...
Ne peut-on dialoguer avec ces jeunes qu'on a mis à la porte ?...les textes demandent le dialogue et que tout doit être fait pour les jeunes dans le cadre scolaire avant l'exclusion ...
Si les professionnels de l'éducation n'arrivent plus à dialoguer , campent sur sur des positions archaïques (c'est nous qui détenons la Vérité et vous les Jeunes , vous n'êtes rien ... nous sommes des fonctionnaires ... nous sommes la voix du juste ...) alors , lèche béton .
Ces Jeunes reviendront et vous emmerderont de plus belle et vous l'avez chercher .

Que peut faire le Recteur ? on le met à toutes les sauces quand on s'est mis dans la M.... seul .
Que ces profs résonnent en "professionnels" s'ils le peuvent encore !

Dans un autre collège , on a mis un élève à la porte pour 8 jours , alors que c'est le prof de math qui a pêté les boulons et l'a insulté et insulté ses parents devant des témoins !!!!
Toulours les élèves qui paient l'incompétence des fonctionnaires sans scrupules !

2.Posté par OASis le 02/03/2011 16:27
Le personnel éducatif de l'Oasis devrait plutot réclamer l'armée...

3.Posté par marco le 02/03/2011 16:35
Il a raison noe974. Ça sert à rien l'école. Lui qui a été élevé dans la brousse par les tangs, il peut donner des leçons à tout le monde ici. En tout cas si il se présente aux cantonales, mon vote est pour lui.

4.Posté par thebest974 le 02/03/2011 17:18
noe974 va faire un tour à l'oasis, travaille la bas et reviens l'ouvrir, tu ne sais pas de quoi tu parles alors arrête de faire celui qui sait tout et de parler pour ne rien dire.

5.Posté par Martine le 03/03/2011 07:18
ce sont effectivement les élèves qui paient les pots cassés, la démotivation pour TOUS les collégiens de l'oasis devient réelle.
les profs font ce qu'ils peuvent,certains jeunes arrivent sous l'effet du zamal et de l'alcool; ils ne sont pas physiquement en état de recevoir un enseignement
il n'y a pas d'infirmière, d'assistante sociale, comment voulez-vous que ça se passe autrement?
des caméras? ça ne servira à rien, sauf à agacer les jeunes, qui font se sentir espionnés,
la solution, c'est du personnel en plus mais là, c'est pas possible, c'est bien ça le problème


6.Posté par sifflette le 03/03/2011 07:53
nana un afer mi comprend pas du temp de Mme PALLANT-VERGOZ jamais lavé ce zafer la mon zenfant té sava lécole la- bas et rien té i passe si lavé un problème en un fraction de seconde lété régler zordi niet aussi nous lé parents nous té soutien nout principal a fond personne té i bouge kan un marmaille té déconne nou té sava voir lo parents et toute té rentre dans l'ordre un jeune de 15 ans i nerve li té gagne 2 gifles avec nous parent déor et li té vien le meilleur marmaillebaprés et lavé point personne té i bouge ou dit un afer ou sa i lé les parents i regarde télé même ou bien.......

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales