Economie

Le nouveau groupe hôtelier réunionnais "Exsel" drague la clientèle locale

Le marché de l'hôtellerie se contracte. En prévision d'une desserte aérienne vers la Réunion considérablement réduite en 2013, les hôtels Alamanda, Blue Beach, le Floralys et le Roseau des Sables se trouvent une identité commune : le groupe Exsel. "Tous les avantages d'un groupe hôtelier, sans les inconvénients", affichent ses dirigeants. Le ton est donné.


Le nouveau groupe hôtelier réunionnais "Exsel" drague la clientèle locale
Frémissement dans les établissements hôteliers de l'île. La suppression des lignes depuis la province de la compagnie Air Austral, prévue en 2013, aura des conséquences fâcheuses sur notre destination, s'alarme Yann Le Febvre, président directeur du groupe "local et familial" Exsel Authentic Hotels.

Venus de la grande distribution parisienne, le couple reprend tout d'abord l'activité de l'Alamanda en 2009. "A notre arrivée, nous avons rénové l'hôtel. Le succès est vite arrivé, et le chiffre d'affaires espéré vite atteint", explique le PDG.

Alexandra et Yann Le Febvre poursuivent leur chemin et prennent la suite du groupe international Accor en jetant leur dévolu sur les hôtels Blue Beach (Ermitage), le Floralys et le Roseau des Sables (à l'Etang-Salé). "Exit toutes les appartenances à de groupes commerciaux", la fierté du tandem réside dans le fait que le groupe fait office de seul groupe 100% local du secteur à ce jour. "Contrairement à une chaîne d'hôtels, nous sommes pleinement propriétaires. Ce qui signifie que nous portons l'immobilier, les emplois,... de nos hôtels", résume Yann Le Febvre. La prise de risques est donc totale.

La création d'un groupe : Exsel, contraction de "excellence et sélection", est, ne s'en cachent pas ses dirigeants, guidée par un souci de mutualisation et liée à la conjoncture.

"Avec la suppression par Air Austral en 2013  de ses lignes de et vers la province, l'hôtellerie réunionnaise s'attend à une chute de 20% du nombre de touristes", explique Yann Le Febvre. L'effet ciseau est donc attendu avec inquiétude. Ce qui ne fait pas baisser les bras à la jeune équipe. Bien au contraire, mais le coeur de cible se recentre donc vers la clientèle locale.

Le nouveau groupe hôtelier réunionnais "Exsel" drague la clientèle locale
"Nous voulons que les Réunionnais s'accaparent cette marque", ajoute Yann Le Febvre. Sans doute pour mieux trancher avec les grands hôtels de la place au caractère parfois impersonnel. Les quatre hôtels du groupe affichent quant à eux entre 2 et 3 étoiles.

Fidéliser la clientèle réunionnaise

"Nous mettons l'accent sur l'ambiance chaleureuse des lieux. Nos bars proposent des produits de qualité. Les travaux effectués l'ont été par des artisans réunionnais. La fraîcheur des produits du restaurant est importante. L'humain n'est pas mis de côté avec des plans de formation sur l'accueil ou encore l'insertion de personnes handicapées via des contrats de professionnalisation", qui forment le "management participatif et de proximité" du groupe, loue Vera Florent, responsable hébergement au Blue Beach.

En créant une entité de groupe unique, ses dirigeants lorgnent aussi sur la mutualisation des dépenses. "Aujourd'hui, vous pouvez avoir une offre sur les 4 hôtels en même temps lorsque vous questionnez notre site de réservation", assure le PDG. La qualité, c'est aussi l'assurance que "tous nos produits soient les mêmes partout, dans tous nos hôtels, que ce soit à Saint-Gilles ou l'Etang-Salé", poursuit-il. Yann Le Febvre espère que ce gain en "volume donnera plus de force" auprès des acteurs touristiques tels que les tour-opérateurs.  

Des petits plus non négligeables viendront agrémenter l'année 2013. Pour la clientèle frileuse tout d'abord : toutes les piscines du groupe disposeront d'un système de chauffage en 2013. "Vous aurez le plaisir d'y trouver une eau constante autour de 27°", apprécie Yann Le Febvre. Enfin, la mise en place d'une carte de fidélité pour la clientèle locale offrira de réels avantages sur des partenariats passés avec les sites de loisirs proches de ses hôtels. "On sera loin du parapluie et du stylo offert", rigole Yann Le Febvre.

Le jeune groupe emploie aujourd'hui une centaine de personnes. Il propose 230 lits et reçoit environ 460 personnes/jour sur ses quatre sites. Ses restaurants servent entre 500 à 600 repas chaque jour.
Vendredi 14 Décembre 2012 - 16:18
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 4526 fois




1.Posté par pas content le 14/12/2012 20:24
Demander un peu aux 100 employés dans quelle ambiance ils travaillent .
C'est beau un groupe... en façade juste, parce que l'envers du décor, c'est différent hélas...
Allez plutôt faire un vrai article de fond en interrogeant les gens qui travaillent dans ce groupe et pas leur dirigeant stp

2.Posté par mdrrr le 14/12/2012 21:00
si je comprend bien le fond de Mr Le Febvre, il ne s’intéresse a la clientèle locale que parce-que air austral supprime des lignes depuis la province... cela veux dire que ce même Mr Le Febvre se moquerais complétement de nous si air austral n'avait pas supprimer des vols. c'est une superbe mentalité, on est juste la pour lui remplir les poches car il a moins de touristes.

3.Posté par Denise VITTORI le 15/12/2012 05:39
Il faudrait savoir ce que vous voulez : le développement de l’île, ou pas? Est ce mal de solliciter la clientèle réunionnaise et de l'inviter à profiter des offres à la Réunion? plus il y aura de clients, plus il y aura d'emplois!
On ne peut pas vouloir une chose, et son contraire.
Le groupe dit privilégier l'humain, et certains employés ne sont pas satisfaits? et bien au lieu de taper sur votre entreprise ( qui vous procure aujourd’hui un emploi) vous auriez du profiter de cet article en allant discuter avec votre employeur, et lui dire ce qui ne va pas, en présentant la valeur ajoutée de vos emplois qui permettent le bon fonctionnement de l’hôtel, plutôt que de vous plaindre anonymement.Je suis sûre que cela marchera! Pour que le client soit satisfait, les employés doivent être au centre de leur préoccupation.
Alors prenez rdv avec votre chef du personnel, et mettez carte sur table. Pour que le client ne ne pose pas de question quand il vient dans un de vos hôtels, et vienne conforter le chiffre d'affaires qui permettra de continuer à payer les salaires.
Toute initiative qui génère des emplois pérennes à l’île de la Réunion doit être considérée. et le travail de chef d'entreprise est difficile, de plus par les temps qui courent : encouragez les plutôt!

4.Posté par ronan974 le 15/12/2012 07:48
c est une bonne idée de viser aussi la clientéle locale,c est peut etre une moins bonne idée de passé des prix de chambre de 80 euros a 150 euros ... pour la meme prestation et la meme qualité ,je ne suis pas sur que ce soit le meilleur moyen d attirer les réunionnais ...
( j ai eu l info en mangeant hier soir a l hotel blue beach a l ermitage )

5.Posté par Boa Bill le 15/12/2012 10:03
La clientèle locale bénéficie déjà des solutions locales/familiales d'hébergement "sur le fromage sud-ouest- de ce DOM".

Si le groupe "Exsel" propose réellement des offres respectant le client et l'employé, alors cela se saura et les clients suivront.

Bertel de Vacoa

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales