Social

Le nombre de barrages filtrants va augmenter dans le Sud

Seuls sept camions citerne ont quitté la SRPP pour l’aéroport de Saint-Marie ce matin. Il n’y aura donc pas d’amélioration de la situation pour le transport de carburant et de marchandises aujourd’hui. Des transporteurs bloquent depuis hier soir l’accès au Conseil régional. Alors que le barrage de Gillot devrait être plus filtrant, des taxiteurs ont bloqué l’accès entre La Rivière et Saint-Louis.


Philippe Bodilis, directeur de Total Réunion, et François Caillé, président du Médef, espéraient que les avancées obtenues à la préfecture auraient convaincu les transporteurs à lever les barrages, dès hier soir.
“Nous avons plusieurs stations service qui sont en rupture de stock. Si la situation se débloque, il faudra les approvisionner, nous allons travailler samedi pour cela”, avait dit Philippe Bodilis.
“Si nous travaillons ce week-end, nous avons possibilité de rattraper les deux jours de retard pris dans l’approvisionnement de nos grandes surfaces”, avait indiqué François Caillé, avant de partir aux Seychelles pour la pose de la première pierre d’une grande surface.
Seulement, les barrages filtrants n’ont pas été levés hier soir. Malgré une confusion provoquée par l’annonce par Pierre-Henry Maccioni, préfet de région, d’une baisse de cinq centimes et la prise en compte de la surcharge de carburant pour les professionnels de la route, les transporteurs ont durci leur position.
Dès hier soir, un convoi a commencé le siège de la pyramide inversée. Les jets de galets sur les camions de Joël Mongin qui étaient sur le rond-point des danseuses, n’ont pas découragé les manifestants.
“Nous avons déplacé notre barrage sur le rond-point du Leader Price à La Possession”, indique le président de la FNTR. Si aucun poids lourd ne reprend position ce matin, Ary-Claude Caro envisage d’y envoyer des taxis.
Le porte-parole de l’intersyndicale a par ailleurs placé d’autres taxis sur le rond-point de la Dame verte, un accès important entre Saint-Louis en La Rivière. La gare routière de Saint-Pierre pourrait être la prochaine cible des routiers.
Toutefois, un mot d’ordre a été donné à l’ensemble des responsables de barrages, “ces barrages doivent être le plus filtrants possibles pour les usagers de véhicules légers”, précisent les membres de l’intersyndicale.
C’est donc le statu quo pour ce week-end. Malheureusement, la situation devrait vite se dégrader dans les grandes surfaces, les commerces et les stations service. Il y a depuis vendredi déjà des ruptures de stocks.
Lundi, les employés du Conseil régional n’auront pas accès à leur lieu de travail. Ceux qui ne font pas le pont du 11 novembre seront sans doute obligés de rentrer chez eux.
Encore une mauvaise nouvelle…
Samedi 8 Novembre 2008 - 13:40
Jismy Ramoudou
Lu 1778 fois




1.Posté par Payet le 08/11/2008 16:33
Bonjour,

Je comprends que le blocage des transporteurs continuent et j'adhère. Mais concernant le mot d'ordre passé aux responsables de barrages, je demande aux responsables de l'intersyndicale de se déplaçaient dans le Sud et de venir constater, une voiture légère a déjà du mal à passer. Pour un week end, c'est bien. Nous sommes toujours prises en otages....


2.Posté par Basile le 08/11/2008 18:50
Vous trouverez facilement sur Internet les plans pour fabriquer des gazogènes à la bagasse, pour les voitures, comme en 40 !

3.Posté par papou le 08/11/2008 20:51
j'ai fait mon plein sans problème ce matin à saint-denis, les média joueraient au sensationnalsime en nous annoncant depuis deux jours que les cuves sont vides et qu'on est proche de "la fin du monde" ? ca serai pas la première fois !

4.Posté par Trouillomètre au maximum le 09/11/2008 10:32
Le droit de grève est le droit d'arrêter de travailler, pas celui de bloquer la circulation, d'entraver artificiellement les activités économiques des autres catégories professionnelles, pas celui d'obliger les autres de faire comme soi, pas celui de saborder le tourisme (seule et unique véritable activité rentable de ce pays ...), pas celui d'emmerder les simples usagers et travailleurs.

Que se passerait-il si après un différent avec l'administration (même pour un problème où j'aurais entièrement raison) je mettais ma bagnole en travers d'une 4 voies ?
Ma bagnole serait collée à la fourrière immédiatement, je me prendrais un beau procès en correctionnelle. L'opinion publique me prendrait pour un fou.

En revanche : Quelques centaines de "petits pois" dirigés par autre "petit pois" qui ne cherche en fait qu'à régler ses comptes personnels avec Pierre Verge (très certainement d'ailleurs pour de bonnes raisons ...) : et voila que tout le monde accepte tout et n'importe quoi.

L'Etat est mou, le préfet est faible, la population adhère car les médias sont passifs ou manipulateurs.
Ca va même plus loin : On met des gendarmes sur les barrages filtrants. Quel est le résultat ? : C'est une protection quasiment officielle de ces canailles contre les débordements des automobilistes ou des lanceurs de galets comme au rond point des danseuses.
L'objectif est atteint : on obtient des gens lobotomisés. Ils comprennent le blocage des transporteurs ! Peu importe si en définitive les usagers sont les dindons de la farce. C'est comme la femme violée qui comprend son violeur et ne porte pas plainte ...
L'Etat et ses valets serviles, la justice et son parquet recouvert de serpillères, les politicards récupérateurs, la presse amorphe, réussissent le tour de force incroyable de faire croire à la femme violée que ce qui lui est arrivé n'était qu'un mauvais moment à passer parce que le violeur avait besoin de se libérer de ses pulsions (et en plus "vous serez bien gentille de continuer à ne rien dire la prochaine fois"...).

On se demande si le régime chinois n'est pas mieux que nos démocraties décadentes. D'ailleurs mesdames, messieurs, dans quelques décennies quand vous ne serez plus de ce monde, vos petits enfants seront les esclaves économiques des pays "à poigne". Toutes les grandes civilisations ont une fin ... La nôtre est comme un fruit mur avec une belle peau rouge, mais avec plein de vers dedans.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales