Société

Le mode de vie des dauphins autour de la Réunion mieux cerné

On le voit souvent s’activer de part et d’autre des bateaux. Particulièrement expressif, le dauphin à long bec (Stenella longirostris) reste en grande partie bien mystérieux. C'est pour lever une part de ce mystère que les membres de l'association Globice ont mené une étude de photo-identification sur deux années. Ces premiers résultats sont inédits à la Réunion.


Crédit photo : Globice
Crédit photo : Globice
Afin de lever le voile sur certains de ses secrets, l'association Globice * a mené en 2010-2011 une première étude sur la population de dauphins à long bec de la Réunion. La collecte en mer de données de photo-identification permet, dans le cadre de cette étude, la reconnaissance individuelle et le suivi des groupes.

L’étude a été réalisée en utilisant les données collectées entre 2008 et 2011 (taille des groupes, nombre de juvéniles, activités, etc.) et les photo-identifications récoltées au cours de 28 sorties effectuées entre le 25 avril 2010 et le 29 mai 2011. La photo-identification individuelle par la reconnaissance de la forme de la nageoire dorsale et de marques est délicate chez cette espèce. En effet, les individus y présentent généralement peu de signes distinctifs.

L’analyse des données a tout de même permis une meilleure connaissance de l’espèce au niveau de la structuration sociale des groupes, du degré de fidélité des individus à la Réunion, ou encore sur les déplacements des individus.

Grâce à la photo-identification, une cinquantaine d’individus a pu être reconnue. Parmi eux, plus de la moitié ont été classés comme étant "bien marqués’’, c’est-à-dire portant des marques bien visibles et facilement reconnaissables sur la nageoire dorsale. D’autres, classés comme ‘‘peu marqués’’, ont une probabilité de recapture plus faible et nécessitent des photos particulièrement nettes pour permettre une identification fiable.

Un domaine vital relativement étendu

La majorité des individus photo-identifiés (85%) a été observée plusieurs fois en un an, avec un maximum de 17 observations pour l’un d’entre eux. Il apparaît ainsi que les taux de recapture des individus identifiés sont relativement importants. Ces résultats préliminaires tendent à démontrer qu’au moins une partie de la population de dauphins à long-bec est résidente de la Réunion démontre l'association Globice.

Plusieurs individus ont été identifiés puis recapturés dans différents secteurs de l’île : Saint-Gilles, Saint-Leu, Sainte-Rose et l’Etang-Salé. Il semble donc que les déplacements de dauphins à long bec soient assez fluides autour de la Réunion et que les individus aient un domaine vital relativement étendu.

Toutes les catégories d’activités ont été observées, bien que les activités les plus fréquemment notées au sein des groupes soient la socialisation et le voyage. Les phases de prédation ont lieu dans les eaux plus profondes et plus éloignées des côtes. Ainsi, comme pour les populations étudiées à l’île Maurice et à Tahiti, la population présente à la Réunion tend à gagner les eaux plus profondes du large en fin de journée afin de chasser.

Dans les études à venir, les membres de Globice tenteront d’évaluer la stabilité des groupes dans le temps et de savoir si les déplacements observés des individus entre les différents secteurs de l’île correspondent à un déplacement de l’ensemble du groupe.

*Groupe Local d'Observation et d'Identification des Cétacés
Vendredi 9 Mars 2012 - 17:38
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1816 fois




1.Posté par marwa khayi moussa le 16/04/2012 19:05
je comprend rien a vos truc de merde

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 09:00 Les Avirons: Le noël magique des micro-crèches

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales