Social

Le mardi noir de la réforme des retraites


Le mardi noir de la réforme des retraites

Quatrième journée d'action depuis la rentrée et sixième depuis le début du mouvement. Les salariés du public comme du privé s'apprêtent à manifester une nouvelle fois contre la réforme des retraites. Au niveau national, un durcissement du mouvement est à prévoir, comme c'est déjà le cas dans les ports de Nantes et de Saint-Nazaire où les bateaux sont bloqués à quai.

Les unions locales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, Unsa, SEN, UNEF, UNL appellent les salariés, les retraités et les chômeurs à participer à la manifestation. Les étudiants devraient également faire partie du cortège même si, en métropole, leur présence fait polémique car cela implique qu'ils délaissent les cours… Localement, pas de problème, nous sommes en période de vacances scolaires.

Partout, les débrayages se multiplient et les appels à la mobilisation sont lancés. La Réunion ne devrait pas connaître de blocage particulier, "une partie du personnel suivra le mouvement normalement", assure Evenor Caritchy, responsable syndical à la SRPP (Société Réunionnaise de Produits Pétroliers).

"J'étais en métropole il y a dix jours et mon syndicat, FO, assurait un durcissement du mouvement"

Pour beaucoup, cette journée du mardi 12 octobre n'est que le début d'un conflit qui devrait s'étendre dans le temps. "Je serai à Saint-Pierre demain, mais nous avons appelé l'ensemble des agents de la police municipale à participer au mouvement. Puis, nous attendront le mot d'ordre national, mais j'étais en métropole il y a dix jours et mon syndicat, FO, assurait un durcissement du mouvement", explique Lucas Gobalou, représentant syndical des agents de la police municipale. Pour Pierrick Ollivier, secrétaire départemental Trésor Public- Impôts de la CGTR, "l'appel a été lancé à l'instar des journées précédentes. Nos taux restent en général assez élevés, autour de 40 à 50%. Suivant l'ampleur, il faudra poursuivre en passant par un mouvement reconductible".

Cette semaine est jugée décisive dans le bras de fer entre le gouvernement et les syndicats, pour cette raison, samedi16 octobre sera marqué par une nouvelle journée d'action. Protester contre la réforme des retraites, c'est passer par une mobilisation forte, par une solidarité de tous les secteurs : "Nous suivons le mouvement mais seule une partie du personnel en repos pourra se joindre aux manifestations car nous n'avons pas le droit de grève. Nous pensons à nous évidemment, mais aussi à tous les autres travailleurs car notre statut spécial nous donne le droit de prétendre à la retraite entre 50 et 52 ans. Il faut être solidaire", analyse Christian Noël, représentant syndical pénitentiaire.

Perturbations dans les transports

La distribution du courrier, le fonctionnement des services municipaux ainsi que les transports publics seront très perturbés ce mardi. A noter des perturbations sur le réseau Citalis à Saint-Denis. Tous les renseignements doivent être pris au 0 800 655 655 (appel vert). Fonctionnement normal pour les cars jaunes.

Dans les aéroports parisiens, la direction de l’aviation civile prévoit 30 % des vols annulés demain à Roissy et Beauvais et 50 % à Orly. A l'aéroport Roland Garros, on nous informait à 14h30 que le poste de coordination et d'exploitation n'avait enregistré aucune modification sur le programme de demain mais il est fortement conseillé aux passagers de se tenir informé auprès de leur compagnie.

Le gouvernement reste pour le moment inflexible sur le relèvement des âges de départ en retraite, de 60 à 62 ans pour l’âge légal et de 65 à 67 ans pour une retraite sans décote, seul moyen selon lui de préserver les régimes de retraite, dont les déficits ont bondi avec la crise économique.

Du côté des représentants politiques, on peut s'attendre à voir demain des personnalités du PCR, mais les autres partis de gauche (Europe écologie, NPAR, PG, FASE, PS, Verts) appellent aussi la population à participer à la manifestation.
Lundi 11 Octobre 2010 - 16:00
Melanie Roddier
Lu 1089 fois




1.Posté par noe974 le 11/10/2010 19:29
Grèvez si vous le voulez : la masse vous regarde au loin .

42 ans c'est rien , un peu de courage !!!!

2.Posté par Mu'adib le 11/10/2010 21:43
Déclaration Française des Droits de l’Homme et du Citoyen
du 24 juin 1793

Article 35
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

travailler jusqu'à la mort voilà une chose que va aimer le medef
rassurez vous les politiciens ont surement voter un loi afin d'abroger l'article 35

3.Posté par vipère le 12/10/2010 05:26
Noé974 c'est pas de 42 ans dont il est question,c'est d'une démolition de tous les acquis sociaux y compris ton RMI

4.Posté par noe974 le 12/10/2010 09:37
Nous verrons s'il y a des courageux (es) pour aller manifester ce matin sous le soleil contre une réforme juste et équitable pour ceux qui travaillent en ce moment et qui ont la sureté de l'emploi (fonctionnaires) , les autres , c'est un autre problème : rester 42 ans dans la même boîte est impossible , vu que les enseignes changent au gré des marchés .
Et les chômeurs , comment feront-ils ? Et le privé sans sécurité de l'emploi ?

Les fonctionnaires doivent aider les autres en travaillant un peu plus . Il n'y a aucune gène à avoir : c'est de la solidarité . On veut tout , sans partager ? Pas bien , pas honnête !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales