Société

Le lagon dévoile ses richesses à des enfants mafatais

Grâce à un projet mené par des étudiants de l'EGC (Ecole de Gestion et de Commerce), 11 enfants d'une classe de l'Ilet à Malheur, à Mafate, ont pu profiter de la plage et du beau temps durant une matinée.


Le lagon dévoile ses richesses à des enfants mafatais
Dans le cadre de leur première année de formation à l’EGC Réunion, six étudiants ont dû réaliser, seuls, un projet de A à Z, sur le thème "solidaire". Piloté par le jeune Pierre Duchemann, étudiant de l’école, le groupe d’élèves a organisé, ce 6 mai, une matinée "aquatique" pour les enfants de Mafate. Au programme, baignade dans le lagon de la Saline-les-Bains et visite de l’aquarium à Saint-Gilles-les-Bains.

Les étudiants préparent ce projet libre depuis décembre 2013 avec le suivi de leur tuteur permanent, Benoit Gleyzes, professeur depuis deux ans à l’EGC. Il explique que le projet "rentre dans la pédagogie de leur cursus et forme leur autonomie sur la gestion, la logistique, la communication mais aussi les sponsors". Pour réussir à transporter les petits mafatais, les élèves ont dû chercher des financements eux-mêmes, au sein de différents prestataires qui se sont prêtés au jeu.

Ce projet est l’un des plus importants de leur année, très ambitieux de part son coût conséquent lié au trajet des enfants par hélicoptère, puis par bus depuis Dos d’Âne.

Un rapport à l'eau différent

Damien Touvet est depuis 12 ans le directeur de cette école d’Ilet à Malheur et enseigne dans une classe unique et rurale à multi-niveaux, qui accueille des enfants allant de la petite section au CM2. Ce genre de classe requiert un travail spécifique de la part de l’instituteur mais le directeur affirme que Mafate est assez "bien équipée" pour son fonctionnement. Passionné de montagne, ce Montpelliérain est venu chercher à Mafate "le calme et la sérénité d’une manière plus intéressante".

Une fois contactée, l'école était tout de suite très motivée, et favorable à cette excursion: "Tout est pris en charge par les étudiants, alors nous sommes ravis de participer car il est rare de pouvoir descendre de Mafate", explique le directeur.

Damien Touvet, espère tout de même mettre fin aux préjugés sur les habitants de Mafate qui "ne sortent jamais du cirque". "La plupart des enfants sont tous déjà venus à la plage, mais c’est vrai que c’est une sortie assez épisodique…", explique-t-il.

Le problème fondamental que pose cet éloignement de la mer, est pour lui la natation. Les enfants mafatais n’ont "pas la chance d’apprendre à nager comme n’importe quel marmaille de la Réunion". Il rappelle que "tout enfant de CM2 doit avoir acquis un certain niveau de natation" mais que sans aucune piscine à Mafate, "c’est moins évident". Le recteur de l’Académie de la Réunion avait déjà abordé ce problème lors d’une visite dans le cirque en septembre 2013.

Elena a 10 ans, elle est "déjà venue à la plage mais pas pour jouer, uniquement pour visiter" les bas. Pour les enfants, se baigner est avant tout un plaisir que les Mafatais connaissent peu. "Rentrer dans l’eau est quand même une sensation peu habituelle pour eux et c’est ce qui rend cette excursion encore plus exceptionnelle", déclare le directeur. Il évoque aussi une "appréhension historique" de la part des Réunionnais par rapport à l’océan dans la culture de l’île.
 
"Cette journée est une chance"

Une matinée comme celle-ci "est une ouverture" à la fois ludique et pédagogique, assure Damien Touvet. Les élèves, qui ont déjà travaillé sur le récif et les coraux en classe depuis l’annonce du projet en octobre, découvriront pour la première fois, pour beaucoup, les fonds marins de l’île à travers une visite de l'aquarium en début d'après-midi.
 
Après un tirage au sort, ce sont trois mères-parents d’élèves "enchantées" qui ont pu accompagner les enfants dans leur sortie, dont deux d’entre-elles travaillent à l’école en tant qu’ATSEM et secrétaire informatique. Pour elles, c’est vraiment l’occasion de profiter "car les enfants sortent très rarement". "Depuis le dernier cyclone, il n’y a plus de piste vers la Rivière des galets. Avec ses 24 km, elle était la voie la plus facile pour descendre", selon l’une d’entre elles.

Ce n’est pas la première fois qu’une classe mafataise participe à une sortie comme celle-ci, mais comme le souligne Pierre Duchemann, "c’est la première fois qu’une école fait partir une classe à la plage, d’habitude ce sont des organismes". L’année dernière déjà, la classe avait voyagé en métropole durant 15 jours et elle est souvent sollicitée pour différents projets qu’elle peut financer grâce à l’affluence et le passage touristique dans le cirque.

Le grand plongeon

Il est bientôt 10h et les enfants arrivent sur le lagon où un petit déjeuner les attend. Partis à 7h30 de Mafate ce matin, ils ont déjà des kilomètres au compteur… Mais la fatigue est vite oubliée, lorsque les étudiants leurs fournissent le complet kit du plagiste. Munis d’un seau, d’une pelle et d’un râteau chacun, les enfants bondissent. Offerts par un des sponsors trouvés par l’équipe menant le projet, les jouets font des heureux …

"J’ai trouvé des coquillages !", crie l’un d’eux, alors qu’il joue aux explorateurs sur le sable, en brandissant fièrement son trésor. "Ah ! Si on pouvait ramener du sable à Mafate pour qu’ils puissent jouer comme ça…", ironise une accompagnatrice.

Quelques pâtés et châteaux de sables plus tard, il est temps de se jeter à l’eau. Brassards, crème et chapeaux, la vigilance est de mise. Sur le bord, le maitre nageur veille au grain, d’autant plus que beaucoup ne savent pas nager.

Une fois dans le lagon, ça rit aux éclats, on s’éclabousse sous un soleil éclatant. Les enfants pataugent sans craintes et se baignent. On est loin de "l’appréhension historique" décrite par le directeur, et c’est tant mieux. Des planches et frites prêtées par le poste de MNS en ravissent plus d’un… Anne-Line, la plus petite de sa classe, a 3 ans, et elle n’avait jamais été à la mer. Lorsqu’elle glisse ses pieds dans l’eau salée, elle ne peut s’empêcher de rire et d'esquisser un "sourire tranche-papaye".

De son côté, une camarade plus âgée est guidée par "Monsieur Damien" qui l’a équipé de brassards pour qu’elle puisse "se laisser flotter". D’abord craintive, la petite-fille ne sait pas si elle doit rire ou s’effrayer quand elle saute plusieurs fois dans l’eau. Mêlant les "j’ai peur !" aux gloussements, elle finit par se laisser aller et rejoindre ses petits copains.

Mission accomplie

Sous la tente dressée pour l’occasion, quelques membres de l’organisation regardent la scène d'un air satisfait. Pierre Duchemann qui avait lancé ce projet avec son équipe après que son camarade ait eu "une révélation" en proposant d’aider les enfants de Mafate, a mené à bien "un projet humain" en faisant "découvrir ou redécouvrir" les joies de la plage aux Mafatais. Un véritable "plaisir" selon lui, pour les petits.

Ilhyes 7 ans et son petit frère Wûdhan, 5 ans, sont venus "trois ou quatre fois déjà". Mais à Mafate "la mer leur manque" d’après l’aîné, tout content d’avoir aperçu "des poissons et des coraux et même parfois… des balistes !". "C’était super chouette", conclut-il.

L’année prochaine, Damien Touvet et son équipe pédagogique espèrent rester plus longtemps sur le littoral réunionnais, pour que les enfants puissent vraiment profiter "au moins une semaine", avec possibilité de dormir dans un centre d’accueil permanent.

Atelier château de sable
Atelier château de sable

Benoit Gleyzes et ses étudiants
Benoit Gleyzes et ses étudiants

Les MNS de la Saline
Les MNS de la Saline

"Elle est fraîche ! "
"Elle est fraîche ! "

L'équipe de l'EGC
L'équipe de l'EGC

Mardi 6 Mai 2014 - 17:40
Lu 1215 fois




1.Posté par noe le 06/05/2014 19:19
Très bon projet !
J'adhère et félicitation aux organisateurs !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales