Faits-divers

Le gyrocoptère toujours prisonnier du volcan


Le gyrocoptère toujours prisonnier du volcan
Le gyrocoptère de la société Zen Altitude passera une deuxième nuit au volcan.

Ce dimanche, un ULM de type gyrocoptère a été contraint à un atterrissage forcé dans l'enclos du Piton de la Fournaise. Le pilote de 56 ans avait pu poser l'appareil sur les "gratons", ce qui a légèrement endommagé l'engin volant bipale.

L'hélitreuillage de l'appareil, qui devait avoir lieu ce lundi, n'a pas pu se faire en raison des conditions météorologiques selon la société Zen Altitude. Son gérant attend également la nomination d'un expert aéronautique de la part de son assureur pour qu'une analyse de l'appareil puisse être entamée car pour l'heure la raison de cet incident n'est pas clairement établie.

Partis vers 8h30 dimanche matin, le pilote et sa passagère n'avaient plus émis de signal en fin de matinée, ce qui a déclenché le plan SATER (acronyme de Sauvetage Aéro-Terrestre) par la préfecture.

Les passagers de l'ULM seront finalement localisés en milieu de journée, loin de l'appareil, alors qu'ils tentaient de regagner le Pas de Bellecombe à pied.
Lundi 1 Septembre 2014 - 18:21
Lu 2076 fois




1.Posté par noe le 01/09/2014 19:55
J'aimerais en posséder au moins 2 pour faire des ballades et aller bosser en évitant les bouchons !

2.Posté par rigueur et information le 01/09/2014 20:29
hihihi!! une photo du piton des neiges pour illustrer un atterissage forcé dans l'enclos fouqué?

3.Posté par mouaisbof le 01/09/2014 20:44
On dirait le même engin que celui ci pris en photo à main levée pris au centre ville Cilaos, remarquable car il faisait un bruit énorme (c'est carrément le plus bruyant de tous les aéronefs, pire encore que les hélicos, alors que ce n'est qu'un engin biplace !!!)

En plus il passe parfois très bas, il aurait été vu au dessus de l'église et du Matarum à moins de 300m sol: moins haut que la limite autorisée, en plus au dessus d'une ville!
En effet, il était moins haut que la "roche merveilleuse" donc en dessous de 1500m alors qu'il survolait le matarum (plus de 1200m).
Des habitants de l'Ilet à corde s'en plaignent aussi.

- Ça fait un bruit du diable pour seulement un seul touriste qui en profite.
- Près du sol il y a des turbulences

Cet incident devrait servir de leçon..

4.Posté par Badaboom le 01/09/2014 23:37
Bravo au pilote pour cet atterrissage forcé sans suites dramatiques!

On peut quand même se poser des questions sur la fiabilité des machines non certifiées et du systeme declaratif en transport public de passagers qui est un milieu de professionnels.

5.Posté par liberaliser les professions reglementées le 02/09/2014 08:34
hi hi hi! on sent que les ulm n’aiment pas la concurence

6.Posté par Jean97413 le 02/09/2014 15:50
Cet appareil est "symbolique".. il représente LE PIRE que l'on puisse faire en matière de tourisme aérien, car il cumule tous les inconvénients dans le cadre du tourisme: c'est un engin expérimental qui devrait être une curiosité tout comme les vieux avions de la guerre de 40, une curiosité volante pour échanger entres passionnés, et non pas un engin de vol quotidien au service du tourisme, encore moins au dessus de lieux sensibles à la pollution sonore.

Pour quelques personnes par jour il génère un bruit important pour des milliers d'habitants et randonneurs des hauts.
Sa capacité de transport étant limité à une personne pour des nuisances supérieures encore que des hélico ordinaires... on a là un tourisme de privilégiés qui perturbe pour quelques uns le cadre de vie et de séjour de milliers de gens.


On voudrait "contenter" tous les touristes et leur rendre possible "le survol de l'île"?
Il faudrait offrir 100000 places par an..


Actuellement le gros de cette offre est "comblé" par une dizaine environ d'hélico de 6 places et une multitude à peu près équivalente de petits engins de 2 ou 1 places (en plus du pilote)..
Vous connaissez sans doute la situation...

Il faut environ 1 appareil bruyant et vrombissant pour 5 touristes, en moyenne... c'est un ordre de grandeur..

Il faut donc que 20000 fois par an environ, soit 45 fois par jour en moyenne, un appareil fasse un vacarme dans les hauts de la Réunion, et ce durant 3 à 5 minutes que dure son passage où l'on se trouve, au dessus des cirques et du volcan, car pratiquement tout ce qui passe au dessus du volcan... passe au dessus de Cilaos qui a la particularité d'amplifier le son avec ses remparts verticaux placés en cercle...

Les hélicos de 6 places (5 en réalité, le 6eim passager est de "trop" et est dans une situation d'inconfort) ne suffisent même pas à transporter "assez" de touristes par groupe de 6..
ils ne respectent donc même pas les "recommandations" (insuffisante) de s'en tenir entre 7 et 9h de vacarme par jour.. Ils suivent la loi de la demande, il n'y a pas de limite, pas de quiétude..

Il y avait d'après les documents du parc national de juin 2010, 100000 places pour un survol, par an, soit 2000 vols en moyenne si chaque vol fait 5 places, ce qui explique que la moyenne de survols de Cilaos (et du volcan) soit de l'ordre de 40 à 50 par jour EN MOYENNE, en pratique rarement moins de 15 au mois de juin, 60 en décembre... ce qui fait entre 5 et 20 passages par heure... (ce bruit condamne le tourisme des hauts et c'est 400000 visiteurs par an viennent à Cilaos et découvrent le cirque de Cilaos dans un vacarme épouvantable pour peu qu'ils tentent d'apprécier "le calme des cirques").

Avec les hélico et les avions actuels: 100000 touristes gâchent le ressentit des 300000 à 400000 restants qui se sont contenté de rester au sol..

Vous direz que "ils sen foutent" ne s'en rendent même pas compte.. un ressenti n'est pas forcément conscient, mais quand on va dans un "havre de paix, calme et détente" pour entendre passer 12 hélicos par heure tout le temps qu'il fait beau... quelque chose ne va pas... et dégoûte de revenir...

Les petits avions font qu'une ou 2 places, les ULM font qu'une place..

En voulant transporter autant de touristes, il faudrait alors imposer un VACARME CONSTANT à tous les habitants et randonneurs des hauts... il faudrait "pourrir" les hauts totalement..

Faites marcher la loi de l'offre et la demande en toute liberté et les hauts deviendrons invivable...

"En bas les requins, le béton, les embouteillages, en haut: le vacarme aérien: n'allez pas à la Réunion c'est pourri.."


ET cela fait d'autant plus mal que c'est en inadéquation avec la campagne de "tourisme vert".

L'ULM n'est pas si bruyant que l'hélico, il est vrai que contrairement à l'hélico, il ne fait autant bruit en ville qu'un peloton de 50 motards à Cilaos centre ville...

Mais il faut un appareil pour 1 ou 2 touristes, le cumul de passages reste tout aussi gênant quand il installe un ronronnement continu qui envahi la nature.
Même si le bruit de l'ulm est léger, on ne peut pas tolérer un bruit constant "qui n'en finit pas" dans les montagnes.. Ce n'est pas qu'une question d'intensité, mais aussi de durée cumulée.. Si l'Ulm n'est pas un problème... c'est qu'il n'a pas atteint le succès que connaissent les hélico, il reste encore "occasionnel".
Si ils avaient un succès équivalent: il faudrait 100 à 200 Ulm par jour qui nous survolent, pour transporter les 100000 clients par an: en permanence un bruit de moteur en l'air...

Si on veut SAUVER le tourisme sachant que il ne reste plus que les HAUTS la NATURE et la chaleur humaine, d'intéressant sur cette île, il faut préserver les paysages de ce vacarme, ne serait ce que pour le chant des oiseaux réunionnais qui entretiennent le peu de forêt qui reste: le vacarme constant gênent ces derniers pour se reproduire autant que nous humains seraient gênés dans nos relations si nous ne pouvons plus montrer un sourire aux filles par ce que on est trop stressé... le chant des oiseaux, ce n'est pas que pour faire beau; c'est une fonction vitale, et les oiseaux de la Réunion, qui vécurent en silence depuis la naissance de l'île jusqu'en... 1990.. ne sont pas adaptés à une invasion massive aussi soudaine dans les hauts.. à peine échappés des pièges à colle ils se retrouve "en ville"... jusque qu'à la crête des salazes..

ET manque de pot.. les oiseaux chantent et se nourrissent plutôt par beau temps., c'est au soleil qu'ils chantent, le matin, surtout au lever du soleil et 1h30 après le lever du soleil: c'est précisément à ce moment là que le tourisme aérien vient couvrir leur chants et les empêcher de vivre... et menacer ainsi, leur quiétude et du coup, LA FORÊT et l'identité réunionnaise unique au monde des forêts.

Ne comptez pas sur les merles maurice et les martins, ou oiseaux béliers, pour reconstituer la forêt: ces oiseaux qui ne sont pas de l'île et habitués au bruit urbain ne correspondent pas aux besoins des plantes de l'île, au contraire, ils propagent les plantes envahissantes sans soigner de façon convenable les plantes locales..

Ces oiseaux détruisent plutôt les forêts et dans le bruit ils ont un avantage de plus sur les oiseaux de l'île.. ça les aide à prendre le dessus sur les oiseaux indigène, comme si les forêts des hauts devenaient "la ville"..

Si on veut sauver LA POSSIBILITÉ d'un tourisme aérien... il faut que la nuisance redeviennent à "un passage de temps en temps" et ne mette plus en danger ce qui fait encore l'attrait des hauts..

Si on veut transporter au dessus de la Réunion des dizaines de milliers de touristes, la seule solution viable serait de recourir à des gros avions et des gros hélicos dont le dessous est aménagé pour voir la vue et qui sont des engins de transports d'au moins 30 places.. avec des stratégies de vols tels que ça occupe quelques minutes de bruit par matin... et non un passage toutes les 5 minutes pendant 4 heure de suite.. et de fixer des quotas pour que la nuisance sonore reste occasionnelle...
Un gros bruit de temps en temps est bien moins gênant que du bruit en continu..
Et encore, dans un contexte sérieux de préservation des biens les plus précieux de cette île: le parc national, et le titre de patrimoine de l'Unesco devraient protéger d'une telle forme de tourisme tenant compte des nuisances.. Le caractère exceptionnel des lieux pourrait alors se révéler..

Là ces lieux sont en train de devenir... un "champ de foire"... C'est.. "le cirque", et en plus... c'est foireux.. (ha ha ha.)

Les avions peuvent visiter le volcan en gênant QUE les randonneurs qui ne vivent pas là (ce qui est déjà une grosse atteinte: questionnez les randonneurs du volcan!)... Les avions qui ont une finesse de vol suffisante, peuvent revenir en vol plané tout en survolant les cirques lors de la descente... c'est une solution pour que les milliers d'habitants qui y vivent... soient survolé dans le SILENCE..

Car le plus inadmissible dans cette forme de tourisme est en effet d'installer une nuisance sonore massive, durable, continu, qui n'épargne même pas un dimanche matin.. pour des milliers d'habitants et qui va détruire la possibilité de se ressourcer.. PARTOUT... qui détruit le calme des cirques, la douceur de vivre des hauts...

j'aimerais passer autrement mon temps et vivre simplement que de le perdre à écrire pour sensibiliser les gens..
Le silence dans la communication des gens fatigués de le dire, de SE le dire en eux même aussi, ne signifie pas que le problème est résolu.. c'est ainsi que ça semble fonctionner le plus souvent pour "résoudre": l'usure..

Alors, on se résigne.. on n'y pense plus, "on fait l'habitude"... et "faut pas faire attention".on se résigne en se disant que "c'est bon pour l'économie"... et que "faut pas empêche travail à zot".. telle est la devise à CILAOS..
Trop gentils, trop soumis, ça ouvre à toute les dérives..

7.Posté par Anonymous974 le 02/09/2014 15:54
Comme c'est navrant, ces gens qui commentent un sujet sans rien y connaître, sans même prendre la peine de se documenter...

Ce n'était pas un atterrissage "forcé". C'était un atterrissage de précaution car l'aéronef volait encore, même en mode dégradé.

Une interruption de vol est une manœuvre salvatrice et en prendre la décision c'est, de la part du pilote, la preuve d'une grande sagesse.

Le résultat est là : Pilote et passager indemnes !

C'est du même niveau que laisser sa voiture au garage quand on a trop bu. Combien d'entre nous ne se sont pas dit un jour :"Ouaih, j'ai un peu bu... Mais je rentre quand même en voiture... Je roulerai moins vite... Je ferai plus attention..."

Là, le pilote a dû prendre une décision très vite et la mener à bien. Il l'a fait !
Après, chacun pourrait la commenter en en envisageant d'autres, peut être plus pertinentes, certes...
Mais lui, il avait la responsabilité entière de la vie de son passager et seulement quelques secondes pour prendre une décision.

S'il fallait revoir la réglementation de la route à chaque fois qu'une bagnole sort d'un virage à cause d'une panne de GPS, on n'aurait pas fini de pondre des décrets !

Quant au bruit... Quant aux petits malins qui volent trop bas... Il n'est pas nécessaire de regarder en l'air pour en voir d'autres exemples: Scooters trafiqués, bagnoles personnalisées, diesels mal réglés...

Enfin, dire que la réglementation est trop laxiste de par le système déclaratif, c'est mal connaître les services de l'aviation civile. La réglementation qui pèse sur les professionnels exploitant des ULM est de plus en plus restrictive. Et les services de l'Etat n'ont même pas besoin de chasser les délinquants... Certains usagers se plaisent à dénoncer eux mêmes leurs voisins (ou concurrents). Les Français, même outre mer ont toujours eu une grande passion pour la correspondance dénonciatrice. Alors dormez en paix, le peuple veille sur le peuple.

8.Posté par Anonymous974 le 02/09/2014 16:35
J'ai survolé le volcan et les trois cirques ce matin... (Certes, pas en autogyre) Et personne n'a pu m'entendre... Vous savez pourquoi ? Parce que je vole haut ! Parce que je respecte l'environnement et que mon engin possède un pot d'échappement de haute performance (d'ailleurs un moteur d'ULM en échappement libre perdrait tout son rendement).
J'ai traversé Cilaos en descente vers Pierrefonds avec le moteur réduit. J'étais tellement discret que vous ne m'avez pas aperçu... Alors ne mettez pas tout le monde dans le même panier et parlez de ce que vous connaissez.
Vos propos sur la réglementation sont erronés, cher ami.
Vos calculs sont faux. Mais je ne vous en veux pas... Vous ne pouvez pas savoir...
Alors si vous voulez, je vous ferai la démonstration qu'un ULM peut ne pas faire autant de bruit que 50 motos.
Donnez moi un point de rendez vous et une heure approximative. Je vous survolerai et s'il vous reste un peu d’honnêteté intellectuelle, vous constaterez par vous même que je suis silencieux...

9.Posté par Jean97413 le 02/09/2014 19:35
"J'ai traversé Cilaos en descente vers Pierrefonds avec le moteur réduit. J'étais tellement discret que vous ne m'avez pas aperçu... Alors ne mettez pas tout le monde dans le même panier et parlez de ce que vous connaissez. "

C'est bien ce qu'il faut faire: PLANER, ce qui peut se faire en ulm et en avion ou tout autre qui ont une finesse suffisante, mais pas en autogyre ni en hélicoptère.

Mais il faut prendre l'altitude quelque part, si possible là où ça ne gêne pas... il semble que le volcan soit moins habité et que les pentes du volcan résonnent moins que les cirques...

Passer au dessus de Cilaos en expérimentant autant que possible les trajectoires les moins sonores, coupler ces expériences avec des observations, des vrais, avec des enregistrements; pourquoi pas? C'est la vérité qui parlera..

Si on arrive à concevoir et mettre en place un tourisme aérien et à respecter le calme, si le bruit n'empêche pas de se détendre dans la nature, si on n'entend pas que des vrombissement aérien tant qu'on peut être dans le jardin ou dans la nature.. pourquoi empêcher de voler?

Dans le calme de la nature, il y a un effet de contraste important.. même un bruit faible en intensité est gênant: il ne s'agit pas d'accepter "un peu" de bruit tout le temps.. puis BEAUCOUP DE BRUIT tout le temps..

car quand on "donne le pied zot prend le carreau"...
.
C'est un peu ce qui s'est passé... on en arrive désormais à se lever le dimanche matin à 6h sous le vacarme des hélicos..
"de temps en temps" c'est passé à 12 par heure.. plusieurs heures de suite.

il existe encore, témoin d'une réputation mythique.. des prospectus qui conseillent le sentier de Bras Rouge pour "écouter le murmure des cascades"!!!... oui.. mais alors pas le matin au soleil..

Ce qui fait le plus de nuisances à Cilaos, c'est les hélicoptères en descente ou alors à leur limite haute de vitesse: le maximum de bruit est observé pour les hélicos de type écureuil volant vers 240km/h, dans les zones vers lequel le nez de l'appareil est tourné: la trajectoire-Dimitile-Salazes ou l'inverse met Cilaos ville dans l'axe du bruit maximal et envoie de plus le son face à des remparts très réflecteurs... (cela a été mesuré et équivaut bien au passage de 50 motos)

Un hélicoptère ne pouvant pas descendre verticalement rapidement, il descendra plutôt en spirale ou avec un grand virage... cela est extrêmement bruyant dans un cirque fermé et nous pouvons craindre que les déposes se multiplient à cause de l'obligation de répéter ces approches extrêmement bruyantes.. juste pour 5 à 6 personnes, ce qui dans le cadre du tourisme n'est pas acceptable.

Il y a aussi des effets de lentille avec "le vent de la plaine": quand il y a du vent en altitude mais pas à Cilaos et que l''air de la plaine provoque une différence de température des couches d'air, cela provoque des dispersion ou des focalisation du son qui peuvent augmenter considérablement le bruit d'appareils qui volent haut au dessus la la zone de friction des masses d'air. Dans tel cas le bruit aérien apparait modulée, avec du "fadding".

Il y a aussi une zone de rabattant au coteau Kervegen, qui est généralement descendante et à éviter absolument si l'on veut conserver de l'altitude: il n'est pas rare pourtant que des avions y passent tout de même, longeant le rempart sud du piton des neiges pour entrer sur le coteau kervegen, le moteur à fond pour conserver l'altitude au dessus de Bras Sec... en faisant pire que les hélicos et en prenant peut être des risques... car l'air dégringole à plusieurs mètres par seconde parfois dans cette zone..

Tout ça vous le savez si vous avez un "avion"... simplement certains s'en foutent de gêner les autres, d'autres peuvent s'inquiéter de leur réputation: il faut voir dans le long terme.. une activité qui dégrade les lieux, qui provoque des nuisances, ne peux pas durer sans se mettre elle même en danger.

10.Posté par Pieds rapeux le 02/09/2014 22:11
@post 8

Alors si vous voulez, je vous ferai la démonstration qu'un ULM peut ne pas faire autant de bruit que 50 motos.

Si vous aviez vraiment lu le texte.. cette remarque était à propos des hélicos et non des ULM!

cela dit les hélicos étant la référence du pire à ne pas reproduire tout devient possible en dessous de Les ULM ont droit jusqu'au bruit de... 49 motos pas une de plus... sinon vous aurez perdu votre pari!


"Vos calculs sont faux. Mais je ne vous en veux pas... Vous ne pouvez pas savoir... "

Oh comme c'est gentil... comme cela vous pourrez profitez sans complexes des gens "qui ne savent pas".. ils sont si bêtes, mais si gentils..
Surtout, faites bien en sortent que JAMAIS il puissent savoir... Jamais..

Ainsi vous ne leur en voudrez pas de rester SOUMIS et IGNORANTS et pourrez régner en maître...

11.Posté par Xxc le 08/09/2014 03:26 (depuis mobile)
Bonsoir
Tant mieux pas de blessés !
Pour répondre a ceux qui ne connaissent rien aux engins, je vous conseille vivement d aller vous documenter avant de faire des commentaires déplaces!

12.Posté par cilaos-mon-amour le 30/11/2014 13:56
Voici le bruit du dernier engin restant.

depuis le centre ville de Cilaos...
et il n'y a que la moitié du passage.

voir les analyses de fourrier ici
http://cilaos-mon-amour.com/audio/20141118_0749.html

CILAOS MON AMOUR.

il en reste un... c'est bien assez!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales