Economie

Le groupe Naïade prêt à céder les murs de ses hôtels réunionnais

Il était question il y a quelques mois, au plus fort des conséquences de la crise financière, pour le groupe Naïade de se séparer de ces deux hôtels réunionnais. Mais aujourd'hui, le nouveau boss du groupe, Paul Jones, arrive avec la mine des beaux jours : son groupe va mieux. Mais pas assez pour ne pas songer à céder les murs de ses deux hôtels. Pourtant, il n'est nullement question pour le groupe de se désengager.


Le groupe Naïade prêt à céder les murs de ses hôtels réunionnais
Avec une dette de 6 milliards de roupies (soit environ 149 millions d'euros), le groupe Naïade a confirmé hier matin que des "tentatives d'approche ont lieu depuis un certain temps". Objectif de la manœuvre : céder le foncier du Grand Hôtel du Lagon et de l'Hôtel du Récif. Un moyen de dégager de la trésorerie pour confirmer les bons chiffres du premier trimestre 2011. Il révèle juste que les discussions ont lieu avec des groupes internationaux, sans donner plus de détails.

Paul Jones, le président du groupe, de passage dans l'île, confirmait ce matin que le retour aux bénéfices se confirmait sur différents sites du groupe (aux Maldives, à l'île Maurice à l'Hôtel Tamassa par exemple). Un vrai souffle pour le groupe qui a vu sa dette se creuser ces trois dernières années.

"La renaissance du groupe"

"Sur la situation précise du Grand Hôtel du Lagon, j'espère atteindre un taux de remplissage de 90%" précise-t-il confiant. "Notre approche marketing a changé. Le nombre d'étoiles ne signifie pas grand chose. L'essentiel c'est de s'adapter aux attentes de plus en plus ciblées des clients. Ces derniers veulent un service correct sans pour autant débourser énormément" dit-il. La crise est passée par là. "Le plus important ce n'est pas tant la structure mais le rapport entre le personnel et les clients. C'est l'une des leçons retenue dès les débuts de ma carrière".

Le groupe Naïade prêt à céder les murs de ses hôtels réunionnais
Justement, répondant aux interrogations des clients sur les différences de prestations qui peuvent prévaloir dans un 5 étoiles à la Réunion par rapport à Maurice, le président du groupe insiste sur la réalité économique du coût du travail. "Là où à Maurice l'Hôtel Beau Rivage emploie 400 employés, celui du Grand Hôtel du Lagon à la Réunion en emploie 130".

Malgré ce souhait affiché de céder les murs de ses structures réunionnaises, Paul Jones parle de "renaissance" pour le groupe. "Quand j'ai vu les hôtels à la Réunion, je me suis dit : c'est un vrai défi qui m'attend mais finalement le partenariat qui prend forme entre la Réunion et Maurice ouvre de belles perspectives" selon lui. "Quand je me suis entretenu avec monsieur Didier Robert, j'ai vu qu'il avait une réelle volonté de faire avancer la cause du tourisme. On ne peut pas aimer les Réunionnais un mois puis changer d'avis le mois d'après" dit le professionnel. Selon lui, ce n'est que dans le temps que l'essor touristique entre les deux îles peut se faire.
Samedi 16 Avril 2011 - 07:09
Ludovic Grondin
Lu 2928 fois




1.Posté par Ded le 16/04/2011 09:01
"Là où à Maurice l'Hôtel Beau Rivage emploie 400 employés, celui du Grand Hôtel du Lagon à la Réunion en emploie 130".

Tout est dit!
Un hôtel 5 étoiles ce n'est pas simplement une plaque à l'entrée pour faire joli, c'est aussi entre autres , des surfaces imposées pour les chambres des équipements individuels pour les clients , des offres d'activités dans et hors de l'hôtel,et un service hôtelier très haur de gamme ( avec un ratio imposé personnel/client)

Et c'est toute la différence avec Maurice qui répond la plupart du temps à tous ces critères alors que chez nous ,on est loin du compte...et comme la clientèle internationnale de ces hôtels de luxe n'est pas composée que de "braves gens crédules" qui croient qu'il suffit de payer cher ( ça fait chic sans doute) pour être dans un 5 étoiles, elle fait son choix et ne vient pas chez nous ou, s'il elle y vient , elle ne revient pas car le service n'est jamais à la hauteur ( surtout si l'on tent compte de la différence de tarifs entre La Réunion et Maurice...

2.Posté par tout est dis le 16/04/2011 11:38
tout est dis dans cette phrase: Le nombre d'étoiles ne signifie pas grand chose.

voilà c'est dit, ce qui signifie que vous en valez pas 3

3.Posté par justedubonsens le 16/04/2011 12:01
Si M. Jones met en musique sa philosophie commerciale du rapport personnel-clientèle avec un ajustement des prix des prestations, pas de doute qu'il fera un remplissage correct. Je ne sais pas s'il atteindra les 90% espérés, met j'ai déjà eu l'occasion e constater une nette meilleure considération de la clientèle depuis la reprise de ce complexe par Naïade. Il reste à souhaiter que cela perdure et que les prix soient en relation. Effectivement même cette catégorie d'hôtel à la Réunion ne peut prétendre faire jeu égal avec Maurice. La clientèle le sait, reste à la direction à s'en convaincre !

4.Posté par en voici en voilà le 16/04/2011 13:14
Paul Jones avec le TAMASSA faites-vous réellement du bénéfice ou un équilibrage des comptes et que pensez-vous de la qualité des services ET DES COMMENTAIRES négatifs(sur les forums dédiées) DES PERSONNES QUI Y ONT séjournés???
à + 200€ la nuit(avec un service d'un 3 étoiles...et encore) au Grand Hôtel du Lagon j'espère que votre espérance d'atteindre un taux de remplissage à 90% sera exaucée!!!
les vrais raisons qui ont poussé PATRICE HARDY(le fondateur du groupe NAÏADE) à partir???


5.Posté par michel ravine blanche saint pierre le 16/04/2011 14:03
Paul Jones, qui n'est pas "Tom" n'est pas chanteur viens nous faire quand une chansonnette, style "Maurice 400 employés (sous payés) et la Réunion (France) 130 employés avec leurs charges".90% de remplissage....c'est un syndrome "low cost" !!!
Cher monsieur qu'on vous êtes venu investir à la Réunion, vous savez pertinemment les règles sociales,économiques qui régissent toutes entreprises françaises.
Pour moi vous êtes venus "investir" ici avec l'intention de repartir d'ici avec un plus value...ce que vous allez faire....merci de votre passage et prenez de l'argent des "assistés" que nous sommes pour ré investir chez vous !!!

6.Posté par Gérard le 16/04/2011 15:57
Pourquoi rechercher un travail quand on peut toucher le RMI, cumuler les prestations sociales de toutes sortes et être exempté d'impôts, ne pas payer les frais de santé grâce à la CMU?

7.Posté par le korbo le 16/04/2011 21:27
Bon débara

8.Posté par bon débara le 17/04/2011 07:09
oh que oui, bon débara et le mot a employer.
Quand vous voyez l'incompétence de certains au grand hotel , je comprends mieux qu'ils veulent s'en séparer. Mais entre nous, ça fait 3 ans qu'ils essayent de vendre et leur truc est tellement pourri qu'ils en veulent 10 millions d'euros.
personne n'en veut et j'espère que vous allez regrettez d'être venu chez les assistés

9.Posté par Crado le 17/04/2011 09:19
c'est vrais que le nombre d'étoile ne signifie pas grand chose y a qu'a voir L'HOTEL LE DIMITILE à l'entre-deux,prix coûteux, accueil spécial, Patron raciste,peu ou pas de personnel,et pourtant 3 ETOILES,et tout ça cautionné par la mairie de l'entre-deux.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales